Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : la Seleçao veut sauver son honneur

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

Afrique

Khartoum met ses fonctionnaires à contribution pour financer son armée

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/04/2012

Les fonctionnaires soudanais doivent désormais céder une partie de leur salaire à l'armée pour financer la "campagne pour repousser l'agression" du Soudan du Sud. Khartoum a aussi ordonné à l'administration de réduire sa consommation d'essence.

AFP - Le Soudan, en conflit avec son voisin du Sud, a ordonné aux fonctionnaires de reverser une partie de leur salaire à l'armée, et à son administration de réduire sa consommation d'essence, a rapporté l'agence de presse officielle Suna.

Le ministre de l'Economie et des Finances, Ali Mahmoud al-Rassoul, a annoncé que les fonctionnaires devaient désormais donner deux jours de salaire à l'armée et décidé d'abaisser de moitié le quota hebdomadaire d'essence alloué aux voitures de l'administration, a indiqué l'agence dans la nuit de mercredi à jeudi.

L'administration et les compagnies publiques devront également céder une part de leur budget pour financer la "campagne pour repousser l'agression" du Soudan du Sud, selon la même source.

Depuis plusieurs semaines, des affrontements à la frontière opposent le Soudan à la République du Sud-Soudan, indépendant depuis juillet 2011, au sujet notamment de la zone d'Heglig, riche en pétrole et revendiquée par les deux pays.

Le 20 avril, Khartoum a annoncé avoir repris le contrôle de cette région qui était aux mains des autorités de Juba depuis le 10.

Selon l'ONU, plusieurs milliers de personnes ont fui les combats qui auraient fait plus de 1.000 morts selon les autorités de Khartoum.

Les combats ont également conduit à l'arrêt de production de brut à Heglig, affaiblissant encore une économie soudanaise déjà en crise depuis que la partition a laissé les trois-quarts des réserves pétrolières au Soudan du Sud.

Cette interruption devrait faire chuter de 20% les revenus pétroliers du Soudan, soit une perte de plus de 700 millions de dollars (529,7 millions d'euros), a estimé un économiste qui tient à conserver l'anonymat.

"Cela représente un trou budgétaire considérable", a ajouté cet économiste interrogé par l'AFP, assurant que le Soudan avait par ailleurs déjà perdu cette année 55% de ses revenus pétroliers par rapport à 2011.

La situation est tout aussi difficile pour le Soudan du Sud, en charge d'un pays dévasté par la guerre civile Nord/Sud (1983-2005, 2 millions de morts) et qui est tributaire pour exporter son pétrole des infrastructures de son voisin du nord, pour l'instant fermées.
 

Première publication : 26/04/2012

  • ÉNERGIE

    Les revenus du pétrole au cœur du conflit entre les deux Soudan

    En savoir plus

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    Le Soudan du Sud affirme que Khartoum lui a "déclaré la guerre"

    En savoir plus

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    La guerre, une option "contre-productive" pour les deux pays

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)