Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Khartoum met ses fonctionnaires à contribution pour financer son armée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/04/2012

Les fonctionnaires soudanais doivent désormais céder une partie de leur salaire à l'armée pour financer la "campagne pour repousser l'agression" du Soudan du Sud. Khartoum a aussi ordonné à l'administration de réduire sa consommation d'essence.

AFP - Le Soudan, en conflit avec son voisin du Sud, a ordonné aux fonctionnaires de reverser une partie de leur salaire à l'armée, et à son administration de réduire sa consommation d'essence, a rapporté l'agence de presse officielle Suna.

Le ministre de l'Economie et des Finances, Ali Mahmoud al-Rassoul, a annoncé que les fonctionnaires devaient désormais donner deux jours de salaire à l'armée et décidé d'abaisser de moitié le quota hebdomadaire d'essence alloué aux voitures de l'administration, a indiqué l'agence dans la nuit de mercredi à jeudi.

L'administration et les compagnies publiques devront également céder une part de leur budget pour financer la "campagne pour repousser l'agression" du Soudan du Sud, selon la même source.

Depuis plusieurs semaines, des affrontements à la frontière opposent le Soudan à la République du Sud-Soudan, indépendant depuis juillet 2011, au sujet notamment de la zone d'Heglig, riche en pétrole et revendiquée par les deux pays.

Le 20 avril, Khartoum a annoncé avoir repris le contrôle de cette région qui était aux mains des autorités de Juba depuis le 10.

Selon l'ONU, plusieurs milliers de personnes ont fui les combats qui auraient fait plus de 1.000 morts selon les autorités de Khartoum.

Les combats ont également conduit à l'arrêt de production de brut à Heglig, affaiblissant encore une économie soudanaise déjà en crise depuis que la partition a laissé les trois-quarts des réserves pétrolières au Soudan du Sud.

Cette interruption devrait faire chuter de 20% les revenus pétroliers du Soudan, soit une perte de plus de 700 millions de dollars (529,7 millions d'euros), a estimé un économiste qui tient à conserver l'anonymat.

"Cela représente un trou budgétaire considérable", a ajouté cet économiste interrogé par l'AFP, assurant que le Soudan avait par ailleurs déjà perdu cette année 55% de ses revenus pétroliers par rapport à 2011.

La situation est tout aussi difficile pour le Soudan du Sud, en charge d'un pays dévasté par la guerre civile Nord/Sud (1983-2005, 2 millions de morts) et qui est tributaire pour exporter son pétrole des infrastructures de son voisin du nord, pour l'instant fermées.
 

Première publication : 26/04/2012

  • ÉNERGIE

    Les revenus du pétrole au cœur du conflit entre les deux Soudan

    En savoir plus

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    Le Soudan du Sud affirme que Khartoum lui a "déclaré la guerre"

    En savoir plus

  • SOUDAN-SOUDAN DU SUD

    La guerre, une option "contre-productive" pour les deux pays

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)