Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Offre surprise de Free sur le géant américain T-Mobile

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le Liberia en lutte contre le virus Ebola

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il faut lever la voix face au massacre perpétré à Gaza"

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" : l'Argentine en défaut de paiement, et après ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

  • En direct : l'armée israélienne annonce la fin du cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

Economie

Après Hollande, Draghi s'attaque à l'austérité "made in Berlin"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/04/2012

Comme François Hollande, le président de la BCE a remis en cause l’austérité défendue par l'Allemagne. Mais l’appel de Mario Draghi pour un pacte de croissance n’implique pas les mêmes solutions que celles proposées par le candidat socialiste.

Mario Draghi, le patron de la Banque centrale européenne (BCE) vient d'entrer dans la campagne électorale française, en reprenant le credo du candidat socialiste François Hollande, qui s'est prononcé, mercredi 24 avril, en faveur “d’un pacte de croissance" au lieu d'un simple pacte budgétaire marqué du sceau de la rigueur.

Un renfort inattendu pour le favori des sondages à l’élection présidentielle française et un camouflet pour la chancelière allemande Angela Merkel, qui a fait de l’austérité l’alpha et l’omega de son message aux autres pays européens.

Mario Draghi ne s'est d'ailleurs pas contenté de plaider pour une politique de la croissance, il a même jugé qu’”il fallait revenir en arrière” afin de modifier le pacte budgétaire. Pacte que Berlin, soutenu par Paris, a réussi à imposer à 25 des 27 pays de l’Union européenne début mars. “C’est soit un acte politique fort contre la Merkozy [barbarisme qui désigne la ligne politique défendue par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, NDLR], soit une gaffe de Mario Draghi”, note Pascal de Lima, économiste et enseignant à Sciences-Po Paris.

La Merkozy isolée

Le président de la BCE n’est pourtant pas le seul à appeler à une politique économique européenne davantage axée sur la croissance. À Madrid, le Premier ministre conservateur Mariano Rajoy a estimé, le 24 avril, que l’austérité n’allait pas aider l’Espagne à sortir de la récession. Mario Monti, son homologue italien, avait lui aussi assuré, à la mi-mars, que toute politique de rigueur avait ses limites. La crise politique aux Pays-Bas prouve, en outre, que le bloc des pays du Nord n’est pas traversé par un même souci de rigueur budgétaire que l’Allemagne.

“On assiste actuellement à un isolement croissant d’Angela Merkel sur la scène européenne”, reconnaît Pascal de Lima. Nicolas Sarkozy, qui a soutenu une politique de rigueur voulue par Berlin se retrouve dans une situation délicate, analysait pour sa part, mercredi, le quotidien américain le New York Times décrétant le retour en force en Europe des chantres de la croissance.

Mais si de plus en plus de dirigeants critiquent l'austérité à tout-va de Berlin, ils ne s’accordent

pas pour autant sur la solution préconisée pour favoriser le retour de la croissance. “Il y a ceux qui veulent comme les socialistes français un plan européen de relance qui passent par de nouvelles dépenses, et ceux qui penchent pour une ‘rigueur plus intelligente””, explique Pascal de Lima. La Banque centrale européenne et Mario Monti feraient partie de ce deuxième wagon. Ils militeraient pour un assouplissement des objectifs de réduction des déficits afin de desserrer l’étau autour du cou des pays de la zone euro les plus fragilisés.

Pascal Lima estime pour sa part qu’“on pourrait mettre en place une évaluation de l’efficacité des coupes budgétaires pour mieux identifier les économies à faire au niveau européen”.

Timing

Si ce changement de rapport de force en Europe fait le jeu politique de François Hollande, le candidat socialiste n’est pas pour autant celui qui a provoqué la remise en cause de la Merkozy, juge Pascal de Lima. “Il y a avant tout des raisons économiques qui expliquent cette évolution des mentalités”, affirme l’expert précisant que “les gouvernements européens se rendent enfin compte que la récession se nourrit de l’austérité”.

“François Hollande a simplement senti que le moment était venu pour rappeler à l’Europe qu’il existait des alternatives économiques aux politiques d’Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy”, rappelait jeudi au quotidien allemand de gauche Sueddeutsche Zeitung, Sigmar Gabriel, le président des sociaux-démocrates allemand du SPD.

Après s’être réjoui des propos de Mario Draghi, François Hollande a précisé, jeudi, qu’il n’avait pas ”la même conception de la croissance” que le président de la Banque centrale.

Première publication : 26/04/2012

  • CRISE DE LA DETTE

    La zone euro doit-elle craindre une débâcle espagnole ?

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Cinq scénarios pour la fin de l'euro

    En savoir plus

  • CONJONCTURE

    Et si la crise économique n'avait pas de fin ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)