Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

Economie

Après Hollande, Draghi s'attaque à l'austérité "made in Berlin"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/04/2012

Comme François Hollande, le président de la BCE a remis en cause l’austérité défendue par l'Allemagne. Mais l’appel de Mario Draghi pour un pacte de croissance n’implique pas les mêmes solutions que celles proposées par le candidat socialiste.

Mario Draghi, le patron de la Banque centrale européenne (BCE) vient d'entrer dans la campagne électorale française, en reprenant le credo du candidat socialiste François Hollande, qui s'est prononcé, mercredi 24 avril, en faveur “d’un pacte de croissance" au lieu d'un simple pacte budgétaire marqué du sceau de la rigueur.

Un renfort inattendu pour le favori des sondages à l’élection présidentielle française et un camouflet pour la chancelière allemande Angela Merkel, qui a fait de l’austérité l’alpha et l’omega de son message aux autres pays européens.

Mario Draghi ne s'est d'ailleurs pas contenté de plaider pour une politique de la croissance, il a même jugé qu’”il fallait revenir en arrière” afin de modifier le pacte budgétaire. Pacte que Berlin, soutenu par Paris, a réussi à imposer à 25 des 27 pays de l’Union européenne début mars. “C’est soit un acte politique fort contre la Merkozy [barbarisme qui désigne la ligne politique défendue par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, NDLR], soit une gaffe de Mario Draghi”, note Pascal de Lima, économiste et enseignant à Sciences-Po Paris.

La Merkozy isolée

Le président de la BCE n’est pourtant pas le seul à appeler à une politique économique européenne davantage axée sur la croissance. À Madrid, le Premier ministre conservateur Mariano Rajoy a estimé, le 24 avril, que l’austérité n’allait pas aider l’Espagne à sortir de la récession. Mario Monti, son homologue italien, avait lui aussi assuré, à la mi-mars, que toute politique de rigueur avait ses limites. La crise politique aux Pays-Bas prouve, en outre, que le bloc des pays du Nord n’est pas traversé par un même souci de rigueur budgétaire que l’Allemagne.

“On assiste actuellement à un isolement croissant d’Angela Merkel sur la scène européenne”, reconnaît Pascal de Lima. Nicolas Sarkozy, qui a soutenu une politique de rigueur voulue par Berlin se retrouve dans une situation délicate, analysait pour sa part, mercredi, le quotidien américain le New York Times décrétant le retour en force en Europe des chantres de la croissance.

Mais si de plus en plus de dirigeants critiquent l'austérité à tout-va de Berlin, ils ne s’accordent

pas pour autant sur la solution préconisée pour favoriser le retour de la croissance. “Il y a ceux qui veulent comme les socialistes français un plan européen de relance qui passent par de nouvelles dépenses, et ceux qui penchent pour une ‘rigueur plus intelligente””, explique Pascal de Lima. La Banque centrale européenne et Mario Monti feraient partie de ce deuxième wagon. Ils militeraient pour un assouplissement des objectifs de réduction des déficits afin de desserrer l’étau autour du cou des pays de la zone euro les plus fragilisés.

Pascal Lima estime pour sa part qu’“on pourrait mettre en place une évaluation de l’efficacité des coupes budgétaires pour mieux identifier les économies à faire au niveau européen”.

Timing

Si ce changement de rapport de force en Europe fait le jeu politique de François Hollande, le candidat socialiste n’est pas pour autant celui qui a provoqué la remise en cause de la Merkozy, juge Pascal de Lima. “Il y a avant tout des raisons économiques qui expliquent cette évolution des mentalités”, affirme l’expert précisant que “les gouvernements européens se rendent enfin compte que la récession se nourrit de l’austérité”.

“François Hollande a simplement senti que le moment était venu pour rappeler à l’Europe qu’il existait des alternatives économiques aux politiques d’Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy”, rappelait jeudi au quotidien allemand de gauche Sueddeutsche Zeitung, Sigmar Gabriel, le président des sociaux-démocrates allemand du SPD.

Après s’être réjoui des propos de Mario Draghi, François Hollande a précisé, jeudi, qu’il n’avait pas ”la même conception de la croissance” que le président de la Banque centrale.

Première publication : 26/04/2012

  • CRISE DE LA DETTE

    La zone euro doit-elle craindre une débâcle espagnole ?

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Cinq scénarios pour la fin de l'euro

    En savoir plus

  • CONJONCTURE

    Et si la crise économique n'avait pas de fin ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)