Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

Economie

Après Hollande, Draghi s'attaque à l'austérité "made in Berlin"

©

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/04/2012

Comme François Hollande, le président de la BCE a remis en cause l’austérité défendue par l'Allemagne. Mais l’appel de Mario Draghi pour un pacte de croissance n’implique pas les mêmes solutions que celles proposées par le candidat socialiste.

Mario Draghi, le patron de la Banque centrale européenne (BCE) vient d'entrer dans la campagne électorale française, en reprenant le credo du candidat socialiste François Hollande, qui s'est prononcé, mercredi 24 avril, en faveur “d’un pacte de croissance" au lieu d'un simple pacte budgétaire marqué du sceau de la rigueur.

Un renfort inattendu pour le favori des sondages à l’élection présidentielle française et un camouflet pour la chancelière allemande Angela Merkel, qui a fait de l’austérité l’alpha et l’omega de son message aux autres pays européens.

Mario Draghi ne s'est d'ailleurs pas contenté de plaider pour une politique de la croissance, il a même jugé qu’”il fallait revenir en arrière” afin de modifier le pacte budgétaire. Pacte que Berlin, soutenu par Paris, a réussi à imposer à 25 des 27 pays de l’Union européenne début mars. “C’est soit un acte politique fort contre la Merkozy [barbarisme qui désigne la ligne politique défendue par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, NDLR], soit une gaffe de Mario Draghi”, note Pascal de Lima, économiste et enseignant à Sciences-Po Paris.

La Merkozy isolée

Le président de la BCE n’est pourtant pas le seul à appeler à une politique économique européenne davantage axée sur la croissance. À Madrid, le Premier ministre conservateur Mariano Rajoy a estimé, le 24 avril, que l’austérité n’allait pas aider l’Espagne à sortir de la récession. Mario Monti, son homologue italien, avait lui aussi assuré, à la mi-mars, que toute politique de rigueur avait ses limites. La crise politique aux Pays-Bas prouve, en outre, que le bloc des pays du Nord n’est pas traversé par un même souci de rigueur budgétaire que l’Allemagne.

“On assiste actuellement à un isolement croissant d’Angela Merkel sur la scène européenne”, reconnaît Pascal de Lima. Nicolas Sarkozy, qui a soutenu une politique de rigueur voulue par Berlin se retrouve dans une situation délicate, analysait pour sa part, mercredi, le quotidien américain le New York Times décrétant le retour en force en Europe des chantres de la croissance.

Mais si de plus en plus de dirigeants critiquent l'austérité à tout-va de Berlin, ils ne s’accordent

pas pour autant sur la solution préconisée pour favoriser le retour de la croissance. “Il y a ceux qui veulent comme les socialistes français un plan européen de relance qui passent par de nouvelles dépenses, et ceux qui penchent pour une ‘rigueur plus intelligente””, explique Pascal de Lima. La Banque centrale européenne et Mario Monti feraient partie de ce deuxième wagon. Ils militeraient pour un assouplissement des objectifs de réduction des déficits afin de desserrer l’étau autour du cou des pays de la zone euro les plus fragilisés.

Pascal Lima estime pour sa part qu’“on pourrait mettre en place une évaluation de l’efficacité des coupes budgétaires pour mieux identifier les économies à faire au niveau européen”.

Timing

Si ce changement de rapport de force en Europe fait le jeu politique de François Hollande, le candidat socialiste n’est pas pour autant celui qui a provoqué la remise en cause de la Merkozy, juge Pascal de Lima. “Il y a avant tout des raisons économiques qui expliquent cette évolution des mentalités”, affirme l’expert précisant que “les gouvernements européens se rendent enfin compte que la récession se nourrit de l’austérité”.

“François Hollande a simplement senti que le moment était venu pour rappeler à l’Europe qu’il existait des alternatives économiques aux politiques d’Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy”, rappelait jeudi au quotidien allemand de gauche Sueddeutsche Zeitung, Sigmar Gabriel, le président des sociaux-démocrates allemand du SPD.

Après s’être réjoui des propos de Mario Draghi, François Hollande a précisé, jeudi, qu’il n’avait pas ”la même conception de la croissance” que le président de la Banque centrale.

Première publication : 26/04/2012

  • CRISE DE LA DETTE

    La zone euro doit-elle craindre une débâcle espagnole ?

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Cinq scénarios pour la fin de l'euro

    En savoir plus

  • CONJONCTURE

    Et si la crise économique n'avait pas de fin ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)