Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

Afrique

L'un des principaux quotidiens nationaux visé par un double attentat

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/04/2012

Un double attentat kamikaze perpétré dans les locaux du journal This Day, à Abuja, la capitale du pays, et à Kaduna, dans le nord, a provoqué la mort d'au moins huit personnes. Un suspect, membre présumé du groupe islamiste Boko Haram, a été arrêté.

AFP - Au moins huit personnes, dont un kamikaze, ont été tuées jeudi au Nigeria, dans la capitale Abuja et à Kaduna, une grande ville du nord, dans deux attentats visant pour la première fois des journaux de ce pays régulièrement secoué par des attaques meutrières d'islamistes.

Quelques heures plus tard une autre bombe a explosé sur une route du sud de Kaduna, faisant trois blessés, a indiqué un responsable des secours.

A Abuja, un attentat-suicide a frappé le bâtiment abritant la rédaction et l'imprimerie du quotidien national privé ThisDay, l'un des journaux les plus influents du pays.

Un kamikaze en voiture a été autorisé par la sécurité à s'introduire dans l'enceinte de ce journal par le portail situé à l'arrière. Il a provoqué une explosion au niveau de l'imprimerie, endommageant sérieusement l'édifice.

Il a tué trois personnes, dont un agent de sécurité et deux individus qui se trouvaient à l'extérieur, selon une source au sein des services de secours.

A Kaduna, l'une des grandes villes du nord majoritairement musulman, une bombe a explosé devant un immeuble abritant les rédactions de plusieurs journaux, dont ThisDay.

"Il y a également quatre morts et 19 blessés", selon la même source;

Les médias au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec 160 millions d'habitants, n'avaient encore jamais été la cible de telles attaques.

Les Etats-Unis ont condamné les attentats de jeudi, estimant qu'ils visaient "la liberté d'expression elle-même".

Sans pouvoir en désigner les auteurs, la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland s'est inquiètée de "la menace que représente Boko Haram", le groupe islamiste accusé d'être derrière la plupart des attaques au Nigeria.

L'un des deux auteurs de l'attaque de Kaduna a été appréhendé par des témoins puis remis aux autorités, selon le service des renseignements de la police (SSS).

Dans un communiqué, les SSS affirment qu'il s'appelle Umaru Umaru Mustapha et provient de Maiduguri, ville du nord-est où Boko Haram a sa base.

Ce mouvement a revendiqué plusieurs attentats meurtriers de grande envergure ces derniers mois. Il est tenu responsable d'attaques quasi quotidiennes à l'explosif ou à l'arme à feu, le plus souvent dans le nord.

Un porte-parole présumé de Boko Haram avait récemment menacé la presse, affirmant que les autorités utilisaient les journaux pour diffuser des informations contre le groupe.

Le président nigérian Goodluck Jonathan, en déplacement en Côte d'Ivoire, a condamné des actes "ignobles".

L'explosion d'Abuja a provoqué la panique chez des habitants se rappelant l'attentat-suicide du 26 août 2011 contre le siège des Nations unies dans la capitale, qui avait fait 25 morts. L'attaque avait été revendiquée par Boko Haram.

ThisDay a son siège dans la capitale économique Lagos mais dispose d'une importante rédaction dans la capitale fédérale.

A Kaduna, des témoins ont affirmé qu'un homme avait déposé une bombe devant le bâtiment, puis avait conduit sa voiture dans l'enceinte de cet édifice avant de s'enfuir. La bombe a explosé, puis le véhicule.

Les SSS affirment que les assaillants étaient au nombre de deux dont celui qui aurait été neutralisé par des témoins. Ils ne précisent pas ce qu'il est advenu du second.

La bombe, moins forte, qui a explosé plus tard à Kaduna avait été déposée sur la route par un membre présumé de Boko Haram, selon un responsable de l'agence nationale des services de secours (NEMA), Aliyu Mohammed.

Kaduna avait été secouée le dimanche de Pâques par un attentat à la voiture piégée, près d'une église, ayant fait au moins 41 morts. L'attaque n'a pas été revendiquée mais rappelle celle du jour de Noël 2011, dans le centre du pays, dont Boko Haram s'était attribué la responsabilité. Une explosion visant une église avait fait 44 morts à la sortie de la messe de la Nativité.

Plus de 1.000 personnes ont été tuées depuis mi-2009 dans des violences attribuées au groupe.
 

FOCUS

Première publication : 26/04/2012

  • NIGERIA

    Boko Haram pose ses conditions au gouvernement pour mettre fin aux violences

    En savoir plus

  • NIGERIA

    La secte Boko Haram aurait des liens avec Al-Qaïda, selon un haut-gradé nigérian

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Les pourparlers avec la secte Boko Haram peuvent-ils apporter la paix ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)