Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

EUROPE

Le chef de l'opposition de gauche nommé Premier ministre

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/04/2012

Le chef de l'opposition de gauche, Victor Ponta, a été nommé par le président roumain au poste de Premier ministre après la chute du gouvernement de centre-droit, renversé à la suite du vote d'une motion de censure.

AFP - Le président roumain Traian Basescu a nommé vendredi le chef de l'opposition de gauche Victor Ponta au poste de Premier ministre après la chute du gouvernement de centre-droit, affichant son souhait de rassurer les marchés inquiets du risque d'instabilité politique.

"J'ai chargé Victor Ponta de former le nouveau gouvernement", a déclaré le président dans une allocution publique.

"Rien de dramatique ne s'est produit aujourd'hui, c'est la démocratie", a-t-il ajouté, précisant qu'il n'y avait "pas de raisons de paniquer sur les marchés financiers".

"Il s'agit d'un mandat limité jusqu'aux élections législatives pendant lequel je vais essayer d'assurer une gouvernance qui redonne aux Roumains l'espoir que les choses peuvent évoluer dans la bonne direction", a pour sa part dit M. Ponta, coprésident de l'Union sociale-libérale (USL, opposition).

Il a désormais dix jours pour former un gouvernement dont la composition devra être approuvée par le parlement.

Juriste de formation et procureur jusqu'en 2001, Victor Ponta est à 39 ans l'un des plus jeunes députés de Roumanie et le chef du Parti social-démocrate (PSD) depuis deux ans.

Il a brièvement occupé à deux reprises les fonctions de ministre, en 2004 et 2008.

"Il faudra attendre les élections législatives prévues pour novembre pour avoir un gouvernement solide", car la nouvelle majorité parlementaire est fragile, a indiqué à l'AFP le politologue Iosif Boda, faisant allusion aux récentes "migrations" de plusieurs parlementaires du PDL vers l'USL.

En outre, a-t-il ajouté, "la stabilité économique peut à tout moment voler en éclats".

La chute du gouvernement de Mihai Razvan Ungureanu, au pouvoir depuis moins de trois mois, est intervenue en pleine mission d'évaluation du Fonds monétaire international (FMI) et de l'Union européenne, dans le cadre d'un accord conclu en mars 2011.

Bucarest s'est engagé auprès du FMI et de l'UE à maintenir sous contrôle les dépenses publiques et à privatiser plusieurs compagnies du secteur énergétique afin d'attirer des capitaux pour leur modernisation, des mesures critiquées par l'USL.

Le FMI a annoncé qu'il continuait les discussions techniques, mais que ses experts reviendront à Bucarest pour des discussions avec le nouveau gouvernement lorsqu'il sera en place.

"Nous espérons que la Roumanie va continuer à respecter ses engagements économiques vis-à-vis de ses partenaires internationaux", a indiqué le FMI, soulignant qu'une "politique macroéconomique prudente et des réformes structurelles restent essentielles pour assurer une croissance économique à long terme".

La Roumanie devrait replonger dans la récession au premier trimestre 2012, mais s'attend à voir son produit intérieur brut (PIB) progresser de 1,5% pour l'ensemble de l'année.

Dans un rapport analysant les deux scénarios possibles avant le vote de la motion de censure, la banque d'investissement J.P. Morgan a jugé qu'un gouvernement formé par l'USL conduirait à "moins de réformes et moins de contrôle des dépenses dans le secteur public".

"Des mesures populistes ne sont pas à exclure", a ajouté la banque.

Première publication : 27/04/2012

  • ROUMANIE

    Face à la fronde sociale, le Premier ministre roumain démissionne

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)