Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye: "je ne suis pas à vendre"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : Jacobin ou girondin?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seal : "C’est un honneur pour moi de chanter des classiques du jazz"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

Economie

La croissance américaine se calme

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/04/2012

Le PIB des États-Unis a progressé de 2,2 % pendant les trois premiers mois de l'année, annonce le ministère du Commerce. Un rythme de croissance en net ralentissement par rapport au 3 % d'augmentation du PIB lors du dernier trimestre 2011.

AFP - La croissance économique des Etats-Unis a ralenti nettement au premier trimestre mais certaines de ses bases essentielles se sont renforcées, selon la première estimation officielle du PIB américain de l'hiver publiée vendredi à Washington.

Par rapport au trimestre précédent, le produit intérieur brut du pays a augmenté de 2,2% en rythme annualisé de janvier à mars après avoir progressé de 3% pendant les trois mois d'automne, a indiqué le ministère du Commerce.

Le chiffre du ministère est inférieur à l'estimation médiane des analystes, qui donnait un taux de croissance de 2,5% au premier trimestre.

Le ralentissement du PIB découle d'une contribution moins forte de la hausse des stocks des entreprises "et d'une baisse de l'investissement privé hors logement qui ont été compensés en partie par une hausse plus rapide des dépenses de consommation des ménages et des exportations", écrit le ministère dans un communiqué.

La hausse de la consommation est ainsi passée de 2,1% pendant l'automne à 2,9% de janvier à mars.

Selon les chiffres officiels, l'investissement privé hors logement a reculé, pour la première fois depuis l'automne 2009, de 2,1%.

A l'inverse, l'investissement dans le logement a bondi de 19,1%. Réalisant ainsi sa meilleure progression depuis le printemps 2010, il a apporté 0,4 point de croissance, un peu moins que la hausse des stocks des entreprises (0,6 point), qui avait été le moteur principal de la croissance au quatrième trimestre en assurant 1,8 point de hausse du PIB.

Selon le ministère, la demande intérieure finale pour les produits américains a augmenté de 1,6% au premier trimestre, contre 1,1% au trimestre précédent, ce qui traduit un renforcement sous-jacent de la croissance aux Etats-Unis.

Grâce à l'accélération des exportations, le commerce extérieur a finalement eu un effet nul sur la croissance économique du pays pendant l'hiver alors qu'il l'avait légèrement entamée au quatrième trimestre.

Le ministère indique encore que la baisse de la dépense publique a continué, mais à un rythme moins rapide que pendant l'automne, faisant perdre finalement 0,6 point de croissance au pays contre plus de 0,8 au quatrième trimestre.

Première publication : 27/04/2012

  • ÉTATS-UNIS

    La baisse du taux de chômage subit un léger ralentissement

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Quatre banques américaines sur dix-neuf échouent aux stress-tests

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La croissance américaine sensiblement moins élevée que prévu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)