Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Reprise des manifestations en Guinée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditérrannée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Reconnaissance du génocide des Arméniens : quel rôle joue la France ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Centenaire du génocide des Arméniens entre commémoration et provocations turques

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival de Cannes : 17 films en sélection officielle

En savoir plus

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Émilie Gassin présente son premier album "Curiosity"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Royaume-Uni : des élections décisives pour l'Europe

En savoir plus

Asie - pacifique

Neuf mille soldats américains quitteront la base militaire d'Okinawa

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/04/2012

Tokyo et Washington ont annoncé vendredi être parvenus à un accord pour amorcer le retrait de 9 000 Marines sur les quelque 18 000 stationnés sur l'île d'Okinawa au Japon. La présence américaine est de moins en moins bien acceptée par les insulaires.

AFP - Le Japon et les Etats-Unis ont annoncé le retrait de 9.000 Marines de l'île d'Okinawa (sud du Japon), où la présence militaire américaine est de moins en moins bien acceptée par la population.

"Environ 9.000 Marines, accompagnés de leur famille, vont être déplacés d'Okinawa vers une autre affectation en dehors du Japon", a indiqué un communiqué conjoint publié vendredi à Tokyo.

Le redéploiement sera réparti entre les îles américaines de Guam et Hawaï, et l'Australie.

En revanche, aucune avancée n'est signalée sur la question controversée du déménagement de la base aérienne de Futenma vers une baie protégée de l'île, qui est rejeté par une large partie de la population locale.

Dans le communiqué, les deux gouvernements "reconfirment qu'il s'agit là de la seule solution viable qui ait été trouvée à ce jour", sans fixer de calendrier.

Le ministre japonais des Affaires étrangères, Koichiro Gemba, a déclaré que cet accord était nécessaire pour refléter une réalité régionale en pleine évolution, sur fond de montée en puissance de la Chine.

"Les changements dans l'environnement sécuritaire ne nous attendront pas. Le Japon et les Etats-Unis doivent assumer leurs responsabilités, jouer leur rôle et appliquer les plans rapidement", a-t-il dit aux journalistes.

"Le problème (du déménagement de la base) a tout bloqué. Nous devons progresser partout où cela est possible."

L'accord intervient juste avant une visite la semaine prochaine à Washington du Premier ministre japonais, Yoshihiko Noda, qui s'entretiendra avec le président Barack Obama.

Il fait partie d'une stratégie globale de redéploiement du contingent américain en Asie, avec une intensification de la coopération militaire avec l'Australie, les Philippines et Singapour.

La forte présence militaire américaine sur l'île d'Okinawa, où est concentrée la moitié environ des 47.000 soldats stationnés dans l'archipel, est depuis longtemps une source de tensions entre les deux pays.

En 2006, les Etats-Unis ont accepté de déplacer la base aérienne de Futenma située en pleine zone urbaine vers une baie protégée de l'île.

Mais les opposants nippons à la présence militaire américaine, accusée d'être une source d'insécurité, réclament la fermeture définitive de la base.

Environ 5.000 soldats vont quitter Okinawa pour Guam, le reste, soit environ 4.000 hommes, se répartissant entre Hawaï et l'Australie où Washington est en train "d'établir une présence par rotation du Corps des Marines", a précisé le communiqué conjoint.

"Par ces redéploiements, le gouvernement américain réaffirme son engagement à maintenir sa présence militaire actuelle et à développer sa capacité militaire dans le Pacifique ouest", a-t-il ajouté.

Le texte précise que le coût total du redéploiement des Marines vers l'île de Guam devrait être de 8,6 milliards de dollars, dont plus d'un tiers serait assumé par le Japon, selon un responsable américain.

"L'engagement japonais à hauteur de 3,1 milliards de dollars (...) est important et nous l'apprécions tout particulièrement dans le contexte des difficultés budgétaires du Japon", a dit un haut responsable du ministère de la Défense.

Première publication : 27/04/2012

COMMENTAIRE(S)