Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour le tournage de "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • En direct : Laurent Fabius à la conférence des ambassadeurs

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

Economie

L'influent "The Economist" juge François Hollande "dangereux"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/04/2012

"The Economist", magazine britannique proche du milieu des affaires, a pris position, par défaut, en faveur de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle française. L'hebdomadaire juge en effet François Hollande "dangereux" pour l'économie européenne.

AFP - The Economist, l'influent hebdomadaire britannique du monde des affaires, estime qu'une élection de François Hollande à la présidence serait "mauvaise pour son pays et pour la France" et qualifie le candidat socialiste d'"homme plutôt dangereux". 

Sous le titre "Le dangereux M. Hollande", l'éditorial du numéro à paraître vendredi vote pour le rival du candidat socialiste, le président de droite sortant Nicolas Sarkozy.

"Si nous avions une voix le 6 mai, nous la donnerions à M. Sarkozy, non tant pour ses mérites que pour écarter M. Hollande", déclare-t-il.

"Bien que vous ne le devineriez jamais à la vue des programmes sur lesquels les candidats ont fait campagne", ironise l'hebdomadaire, "la France a un besoin criant de réforme".

"La dette publique est élevée et en hausse, l'Etat n'a pas connu d'excédent budgétaire depuis plus de 35 ans, les banques sont sous-capitalisées, le chômage est persistant et corrosif et, à 56% du PIB, l'Etat français est le plus gros de tous les pays européens", résume The Economist.

"Le programme de M. Hollande est une bien piètre réponse à tout cela", écrit l'hebdomadaire. Il cite en exemples les voisins de la France qui ont eux "mené de véritables réformes" et accusant le candidat de parler "beaucoup de justice sociale et pratiquement pas de la nécessité de créer des richesses".

The Economist voit en revanche "un très bon point" dans l'opposition du candidat socialiste à "la sévère contraction budgétaire dirigée par l'Allemagne et qui étrangle les chances de rétablissement de la zone euro". Mais pour ses éditorialistes, "il le fait pour de mauvaises raisons et il fera probablement tant d'autres erreurs que la prospérité de la France (et de la zone euro) serait mise en péril".

"Il s'agit principalement d'une résistance au changement et d'une détermination à préserver le modèle social français à tout prix", estime The Economist.

"M. Hollande ne propose pas de ralentir l'ajustement budgétaire pour adoucir le chemin des réformes: il propose de ne pas réformer du tout. Il n'est pas étonnant que la chancelière d'Allemagne Angela Merkel ait dit qu'elle ferait camapagne contre lui", écrit-il.

Mais "tous les chanceliers allemands ont fini par apprendre à dresser le président du pays voisin et M. Hollande serait un partenaire moins versatile que M. Sarkozy", se rassure l'hebdomadaire libéral.

"Une chose est certaine: un président français si hostile au changement minerait la volonté de l'Europe de mener les réformes douloureuses qu'elle doit à terme adopter pour que l'euro survive. Cela fait de lui un homme plutôt dangereux", conclut l'éditorial.

Première publication : 27/04/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande et Nicolas Sarkozy poursuivent leur duel à distance

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Après Hollande, Draghi s'attaque à l'austérité "made in Berlin"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Hollande réitère sa volonté de renégocier le traité budgétaire européen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)