Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

EUROPE

Merkel exclut toute renégociation du traité budgétaire européen

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/04/2012

Angela Merkel a annoncé que la croissance serait à l'ordre du jour du sommet européen de juin. La chancelière allemande s'oppose cependant à une renégociation du traité budgétaire européen, souhaitée par François Hollande en cas d'élection.

AFP - "Nous préparons un agenda croissance pour le sommet européen de juin", a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel, dans un entretien au quotidien allemand Leipziger Volkszeitung à paraître samedi.

Angela Merkel favorable au renforcement des moyens de la BEI

Angela Merkel se dit favorable à un renforcement des capacités de la Banque européenne d'investissement (BEI) et à une utilisation plus flexible du Fonds d'infrastructure de l'Union européenne afin de soutenir la croissance.

"J'imagine qu'on peut renforcer davantage les capacités de la Banque européenne d'investissement", a dit la chancelière allemande, selon un extrait de l'interview qui sera publiée samedi par le Leipziger Volkszeitung.

Cette déclaration traduit un infléchissement de la position de Berlin, apôtre de l'austérité au sein de l'UE, face à la multiplication des appels à prendre des mesures de soutien à la croissance.

La chancelière a cependant réitéré qu'il "n'y (aurait) pas de nouvelles négociations sur le traité budgétaire européen".

Interrogée sur d'éventuelles impulsions supplémentaires pour la croissance, Mme Merkel a dit: "elles sont à l'agenda dans l'UE depuis l'an passé. Plusieurs conseils européens s'en sont déjà très concrètement occupés, pour le conseil de juin nous préparons un agenda croissance".

S'exprimant lors d'un colloque à Bruxelles, le président de l'Union européenne Herman Van Rompuy avait annoncé jeudi qu'une rencontre non prévue jusqu'ici des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE pourrait se tenir avant un sommet programmé lui de longue date les 28 et 29 juin.

Une réunion pour commencer à définir les contours d'une stratégie de croissance alors que les appels se multiplient pour faire redémarrer l'économie de l'Union et équilibrer l'austérité budgétaire.

"Je n'exclus pas d'organiser un dîner informel des chefs d'Etat et de gouvernement des 27 afin de préparer le Conseil européen de juin", avait-il affirmé, sans donner plus de précision sur le calendrier.

Clairement, cette réunion extraordinaire interviendrait après le deuxième tour de l'élection présidentielle, selon une source diplomatique, alors que le favori des sondages, le socialiste François Hollande a fait de la croissance son viatique.

Interrogée sur les souhaits du candidat socialiste et favori à la présidentielle française, François Hollande, d'ajouter un volet croissance au Pacte budgétaire européen, Mme Merkel a dit une fois de plus: "il n'y aura pas de nouvelles négociations sur le traité budgétaire. 25 chefs du gouvernement l'ont signé. Au Portugal et en Grèce, il a déjà été ratifié, en Irlande il fera l'objet d'un référendum fin mai".

Et d'ajouter: "Dans beaucoup de pays membres, aussi en Allemagne, le traité budgétaire est dans les mains des parlements".

Première publication : 28/04/2012

  • ZONE EURO

    Après Hollande, Draghi s'attaque à l'austérité "made in Berlin"

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    L'influent "The Economist" juge François Hollande "dangereux"

    En savoir plus

  • CRISE DE LA DETTE

    La zone euro doit-elle craindre une débâcle espagnole ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)