Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants veulent court-circuiter la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

Afrique

L'escalade de violences se poursuit entre les deux Soudan

Vidéo par Stéphanie BRAQUEHAIS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/04/2012

Le Soudan du Sud affirme avoir repoussé à la frontière une attaque rebelle soutenue par le voisin nordiste. Lequel rejette pour sa part toute implication des Nations unies dans les efforts de pacification entre les deux pays.

AFP - La crise entre les deux Soudans n'a pas donné de signes d'appaisement samedi, Khartoum rejetant par avance toute implication de l'ONU tandis que Juba affirmait avoir repoussé une attaque de rebelles soutenus par le Soudan dans une région frontalière.
              
"Le Soudan confirme qu'il rejette tout effort pour entraver le rôle de l'Union africaine et porter la crise entre le Soudan et le Soudan du Sud au Conseil de sécurité de l'ONU", a annoncé le ministre soudanais des Affaires étrangères, Ali Karti, dans un communiqué.
              
"L'intervention de l'ONU va aboutir à privilégier des considérations politiques au détriment d'un règlement pacifique juste", a-t-il prévenu.
              
Mardi soir, l'Union africaine, qui mène une mission de médiation depuis la partition du Soudan en juillet 2011, a elle-même appelé le Conseil de sécurité à soutenir ses efforts dans le cadre de son chapitre 7, qui permet des mesures coercitives pour faire appliquer une décision.
              
L'UA a donné à cette occasion 48 heures aux deux Soudans pour faire taire les armes, deux semaines pour reprendre les négociations et trois mois pour résoudre leurs différends, sous peine de prendre des "mesures appropriées" à leur encontre.
              
Les Etats-Unis ont soumis jeudi à leurs partenaires du Conseil de sécurité un projet de résolution visant à "soutenir rapidement et fermement les décisions" de l'UA sur les deux Soudans, a annoncé l'ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice, en précisant que les discussions autour du texte pourraient prendre plusieurs jours.
              
Les tensions se sont accumulées entre Khartoum et Juba, qui ne parviennent pas à s'entendre sur les questions laissées en suspens lors de la partition, au premier rang desquelles la situation des zones frontalières disputées et le partage des revenus pétroliers.
              
Les négociations sont dans l'impasse, et l'offensive début avril de l'armée sud-soudanaise sur la zone de Heglig, principal site pétrolier du Soudan de nouveau sous contrôle de Khartoum mais ravagé après deux semaines de combats, a plongé les deux pays au bord d'un conflit ouvert.
              
Parallèlement, l'aviation soudanaise a multiplié les raids parfois meurtriers en territoire sud-soudanais.
              
La communauté internationale a multiplié les appels pour que les deux pays, déjà parmi les plus pauvres du monde, ne se déchirent pas à nouveau comme lors de la guerre civile (1983-2005) qui a abouti à la partition entre le Nord arabe et musulman et le Sud, essentiellement chrétien.
              
Mais outre les oppositions directes, les deux pays s'accusent mutuellement de soutenir des rébellions sur le territoire de l'autre, surtout dans les régions frontalières.
              
Samedi, l'armée sud-soudanaise a affirmé avoir repoussé vendredi une attaque de rebelles venus du Soudan et soutenus par Khartoum dans les faubourgs de Malakal, capitale de l'Etat sud-soudanais du Haut Nil située à quelques dizaines de kilomètres de la frontière.
              
"Des milices soutenues par le Soudan ont attaqué (vendredi) des positions" de l'armée sud-soudanaise autour de Malakal, a affirmé à l'AFP le colonel Philip Aguer, assurant que l'assaut avait été repoussé mais sans donner de bilan de pertes éventuelles.
              
Le mouvement rebelle de l'Armée démocratique du Soudan du Sud (SSDA) a revendiqué l'opération sur Malakal dans un communiqué.
              
Selon M. Aguer, un autre groupe rebelle est également entré samedi clandestinement en territoire sud-soudanais.
              
Les rebelles "viennent de Khartoum. Comme ils (les Soudanais) ne peuvent plus nous bombarder, ils arment et envoient des miliciens et des mercenaires", a affirmé à l'AFP le porte-parole du gouvernement sud-soudanais, Barnaba Marial Benjamin.
              

 

Première publication : 28/04/2012

  • SOUDAN - SOUDAN DU SUD

    Khartoum met ses fonctionnaires à contribution pour financer son armée

    En savoir plus

  • SOUDAN - SOUDAN DU SUD

    Le conflit entre les deux Soudan, un laboratoire pour la diplomatie chinoise

    En savoir plus

  • ÉNERGIE

    Les revenus du pétrole au cœur du conflit entre les deux Soudan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)