Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis - Cuba : "Somos todos americanos"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Cuba : la décision historique de Barack Obama

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Cuba - USA : un jour historique"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

EUROPE

L'ancien ministre libyen du pétrole est mort par noyade dans le Danube

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/04/2012

Le corps de Choukri Ghanem, l'ancien ministre libyen du pétrole qui s'était exilé à Vienne, en Autriche, après la chute de Mouammar Kadhafi, a été retrouvé dans le Danube. Selon les autorités viennoises la mort est due à une noyade.

AFP - La mort de l'ancien ministre libyen du pétrole du dictateur déchu Mouammar Kadhafi, depuis tué par des rebelles libyens, Choukri Ghanem, retrouvé dans le Danube à Vienne le 29 avril, est due à une noyade sans intervention extérieure, selon les premiers résultats de l'autopsie, a confirmé la police viennoise lundi.

"La cause de la mort est une noyade. Il n'y a pas d'éléments d'une responsabilité extérieure à ce moment" de l'enquête, a expliqué Roman Hahslinger, porte-parole de la police de Vienne, en présentant les premiers éléments de l'autopsie du corps de Choukri Ghanem au cours d'une conférence de presse.

Le corps de cet ancien ministre du pétrole du dictateur déchu Mouammar Kadhafi avait été retrouvé dans le Danube vers 08H40 (06H40 GMT), avait indiqué la police hier dimanche, qui n'avait alors déjà pas décelé d'élément relevant d'un éventuel crime.

Une de ses filles avait remarqué l'absence de son père dimanche sur le coup de 10 heures (08H00 GMT), au moment où le corps avait déjà été retrouvé.

Des résultats plus complets de l'autopsie sont attendus en cours de semaine, avec un rapport de toxicologie qui devrait être publié probablement la semaine prochaine. La police n'a pas souhaité donner plus de détails sur les causes de la noyade.

Le porte-parole de la police de Vienne a indiqué que le comportement de Choukri Ghanem était apparemment normal la soirée précédant sa mort, mais qu'il se sentait "un peu mal". La police a précisé qu'il n'y avait pas d'information sur une possible maladie sérieuse de Choukri Ghanem et que l'ancien ministre n'avait pas laissé de lettre annonçant un suicide.

L'enquête se poursuit et les policiers sont toujours à la recherche d'évenuels témoins de la noyade.

Choukri Ghanem, âgé de 69 ans, avait rompu avec Kadhafi en mai 2011 et s'était exilé à Vienne, une ville qu'il connaissait bien pour y avoir très souvent résidé pour les réunions de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont le siège est dans la capitale autrichienne.

Il possédait aussi un domicile fixe dans la capitale autrichienne, dans un quartier situé près du siège de l'Orgaisation des Nations Unies (ONU) à Vienne, précisément sur les bords du Danube, non loin du lieu de sa noyade. Selon ses amis, il s'occupait d'une société de conseils en matière d'énergie pétrolière et travaillait dans un bureau du centre-ville.

Choukri Ghanem avait été chef du gouvernement de 2003 à 2006 et ministre du pétrole, ainsi que président de la Compagnie nationale de pétrole (NOC), de 2006 à 2011.

Le 1er juin à Rome, peu après avoir fait défection, il avait déclaré avoir "quitté son pays" pour rejoindre la rébellion et "combattre pour un Etat démocratique".

Première publication : 29/04/2012

  • LIBYE

    Seïf al-Islam sera transféré la semaine prochaine à Tripoli

    En savoir plus

  • LIBYE

    Violences mortelles entre groupes armés à l'ouest de Tripoli

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'Otan accusée de négligence après la mort de 63 réfugiés libyens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)