Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

"La mort de Ben Laden a eu moins d'effets sur Al-Qaïda que les révoltes arabes"

Vidéo par Noémie LEHOUELLEUR

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 01/05/2012

Un an après la mort du chef d'Al-Qaïda, les experts estiment que la menace terroriste dans le monde est loin d'avoir marqué le pas. Anne Giudicelli, experte en terrorisme international, répond à FRANCE 24.

Il y a un an, jour pour jour, des commandos américains tuaient le chef d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, l’ennemi public numéro un des États-Unis, à Abbottabad, au

Des documents publiés cette semaine montrent un Ben Laden aux abois (USA)

AFP - Des documents saisis dans le repaire d'Oussama ben Laden au Pakistan vont être publiés cette semaine aux Etats-Unis, et montrent que le chef d'Al-Qaïda reconnaissait que son organisation subissait "catastrophe après catastrophe", a affirmé lundi la Maison Blanche.

Ces documents qui vont être publiés sur internet par l'école militaire de West Point montrent que des membres d'Al-Qaïda sont conscients "qu'il s'agit d'un combat qu'ils ne gagneront jamais (...) Et Ben Laden le savait. Dans les documents que nous avons saisis, il reconnaissait subir +catastrophe après catastrophe+", a affirmé le principal conseiller du président Barack Obama pour l'antiterrorisme, John Brennan.
 

Pakistan. Un événement hautement symbolique qui aura permis à l'Amérique de tourner une douloureuse page de son histoire contemporaine. Les experts estiment cependant que la menace terroriste dans le monde n’a pas été affaiblie par cette disparition. Pis, la nébuleuse Al-Qaïda aurait continué à se développer depuis un an.

Anne Giudicelli, experte en terrorisme international et fondatrice du cabinet Terrorisc spécialisé dans l'étude des menaces politico-sécuritaires, répond aux questions de FRANCE 24.

 
FRANCE 24 - La disparition d’Oussama Ben Laden a-t-elle fait diminuer la menace terroriste dans le monde ?
 
Anne Giudicelli - Non, nul ne peut affirmer que la menace terroriste a baissé. D’ailleurs, les pays occidentaux restent très vigilants sur cette question. En réalité, les conditions mêmes de l’élimination de Ben Laden par les États-Unis ont fait de celui qui était déjà une icône de son vivant, un martyr. Par conséquent, le modèle et l’exemple à suivre qu’il représentait pour certains ont été renforcés. En ce qui concerne Al-Qaïda, la mort de Ben Laden n’a pas affaibli l’organisation ; au mieux elle n’a pas changé grand-chose à son fonctionnement. Avant sa disparition, Ben Laden n’était déjà plus un décisionnaire sur le terrain et le réseau fonctionnait sans lui. D’ailleurs, une répartition des rôles au sein de l’organisation avait déjà été entamée de son vivant. Al-Qaïda avait en effet commencé à faire émerger plusieurs nouveaux leaders dans le cadre d’une régionalisation de ses activités dans des zones stratégiques telles que le Sahel et la péninsule Arabique.
F24 - Cette disparition a-t-elle eu une incidence sur la stratégie globale d’Al-Qaïda ?
 
A. G. - Il faut rappeler que la mort de Ben Laden est intervenue au beau milieu du "printemps arabe". Un an plus tard, on peut affirmer que la dynamique de ces révoltes a eu davantage de répercussions sur Al-Qaïda que n'en a eues la mort de Ben Laden, malgré le symbole qu’il incarnait pour les courants extrémistes islamistes.
Car, finalement, les peuples arabes ont obtenu ce que rêvait de faire le groupe, c'est-à-dire faire tomber des régimes jugés proches des Occidentaux. Je pense notamment à des pays comme l’Égypte, dont le pouvoir était honni par Al-Qaïda. Ce qui a dépossédé l’organisation de Ben Laden de l’un des objectifs fondamentaux sur lesquels il s’est construit. Après une phase de sidération, Al-Qaïda a décidé de s’adapter et de tirer profit de ce contexte. Je pense notamment au Yémen, où Al-Qaïda était déjà fortement implantée. L'organisation a profité du soulèvement de la population contre le régime en place pour se développer dans le chaos et consolider son assise pendant que le pouvoir était occupé à réprimer les manifestations.
 
F24 - Quel a été l’impact de sa mort sur la politique anti-terroriste américaine ?
 
A. G. - Même si la menace terroriste reste présente, Ben Laden incarnait une décennie guerrière pour les États-Unis. Depuis le 11 septembre 2001, les Américains s’étaient engagés dans de coûteuses campagnes militaires en Irak et en Afghanistan au nom de la lutte contre le terrorisme. Ben Laden était devenu un objectif prioritaire et obsessionnel aux yeux de l’ancien président George W. Bush. Même son successeur Barack Obama avait promis d’éliminer le chef d’Al-Qaïda, que ce soit lors de sa campagne électorale ou après son arrivée au pouvoir. Son équipe de campagne actuelle utilise cet événement comme l’un des plus grands succès de son premier mandat. La mort de Ben Laden, vécue comme une victoire aux États-Unis, a surtout permis de justifier un changement stratégique régional des Américains, illustré par leur retrait d’Irak et d’autres théâtres d’opération comme l’Afghanistan. Cette réorientation voulue par le président Barack Obama ne pouvait se faire tant que Ben Laden était en vie.
 

 

Première publication : 30/04/2012

  • ÉTATS-UNIS

    La cote de popularité d'Obama dopée par la mort de Ben Laden

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Al-Qaïda, plus de 20 ans au service du djihad

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Ben Laden, une traque qui aura duré près de dix ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)