Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Argentine : OGM et pesticide, un tandem toxique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Meriam Rhaiem : "Il voulait faire de ma fille une future endoctrinée"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Ethiopie: le défi vert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Handicap : l'Europe à la traîne ?

En savoir plus

LIGNE DIRECTE

Étudiants d'Abidjan, la colère gronde

En savoir plus

REPORTERS

Antiquités syriennes : sur les routes du trafic

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

Asie - pacifique

Ban Ki-moon rencontre le président birman Thein Sein

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/04/2012

Afin d'encourager le gouvernement birman sur la voie de l'ouverture démocratqiue, le secrétaire général de l'ONU a rencontré le président Thein Sein ce lundi à Naypyidaw. Le diplomate devrait s'entretenir mardi avec l'opposante Aung San Suu Kyi.

AFP - Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a rencontré lundi le président birman Thein Sein, nouveau signe du soutien de la communauté internationale au nouveau régime qui a multiplié les réformes depuis un an, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Je voudrais (vous) souhaiter la bienvenue de la part du peuple birman", a déclaré Thein Sein lors de cet entretien au palais présidentiel dans la capitale Naypyidaw.

SUU KYI va prêter serment et entrer au parlement

REUTERS - L'opposante birmane Aung San Suu Kyi et les membres de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), ont annoncé lundi qu'ils mettaient fin à leur boycott du Parlement.

Lors des élections législatives partielles, le 1er avril, la LND l'a emporté dans 43 des 44 circonscriptions où elle présentait un candidat.
 

M. Ban, qui a estimé il y a quelques jours que la Birmanie se trouvait à un "moment crucial dans sa transition", devait prononcer lundi le premier discours d'un responsable étranger devant le parlement.

Mais il le fera en l'absence de l'opposante Aung San Suu Kyi, qui a remporté son premier siège de députée lors des élections partielles historiques du 1er avril, mais est engagée dans un bras de fer politique avec le régime.

L'opposante et les autres élus de sa Ligue nationale pour la démocratie (LND) refusent de prêter le serment de "sauvegarder" la Constitution de 2008, conçue par l'ancienne junte et dont ils réclament la modification.

Le secrétaire général de l'ONU doit rencontrer mardi la lauréate du prix Nobel de la paix pour la première fois à Rangoun. Il n'avait pas été autorisé à la voir, alors qu'elle était encore en résidence surveillée, lors de sa dernière visite en 2009.

Sa visite coïncide avec celle de la diplomate en chef de l'Union européenne Catherine Ashton, qui a ouvert samedi à Rangoun le nouveau bureau de l'UE, quelques jours après la suspension pour un an de toutes sanctions européennes, hormis l'embargo sur les armes.

Depuis la dissolution de la junte en mars 2011, le nouveau gouvernement "civil", mais dirigé par d'anciens militaires, a multiplié les réformes spectaculaires.

Il a notamment libéré des centaines de prisonniers politiques, engagé des discussions avec les groupes rebelles des minorités ethniques et encouragé le retour de Suu Kyi au coeur du jeu politique légal.

Première publication : 30/04/2012

  • BIRMANIE

    Le président refuse d'accéder à une demande d'Aung San Suu Kyi

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi et son parti boycottent la première session au Parlement

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi choisit la Norvège pour sa première sortie officielle depuis 1989

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)