Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

Afrique

La Cédéao impose des sanctions contre la junte au pouvoir à Bissau

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/04/2012

La Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a décidé de sanctionner la junte militaire au pouvoir en Guinée-Bissau. L'organisation sous-régionale exclut tout dialogue avec les putschistes.

AFP - La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a décidé d'imposer des sanctions contre la junte militaire qui a pris le pouvoir à Bissau le 12 avril et "ne souhaite pas négocier", a annoncé lundi la Cédéao dans un communiqué.

"Après plus de douze heures de négociations" à Banjul entre les pays membres du "groupe de contact" de la Cédéao et "une seule personne, le général Antonio Indjai, chef d'état-major de l'armée de Guinée-Bissau et chef de la junte", il est "apparu évident" que ce dernier "ne souhaite pas négocier et préfère clairement affronter les conséquences" de sanctions, indique le communiqué.

"A la fin des discussions, aucun accord n'a été trouvé avec le commandement militaire (junte) et ses alliés", ajoute le texte qui souligne qu'en conséquence, "le rejet de la position du groupe de contact signifie l'imposition de sanctions" qui ont commencé "à minuit le 29 avril".

Le communiqué précise que le groupe de contact (sept pays d'Afrique de l'Ouest), qui s'est réuni à Banjul au niveau ministériel, rendra un rapport au président du groupe, le chef de l'Etat nigérian Goodluck Jonathan.

Un sommet des chefs d'Etat du groupe de contact se réunira le 3 mai "pour prendre toutes les autres mesures nécessaires, y compris l'usage de la force pour faire appliquer les décisions du sommet", selon le texte.

En ouvrant la réunion de Banjul dimanche, le président gambien Yahya Jammeh avait affirmé que la patience de la Cédéao "s'épuise". "Nous sommes ici pour vous dire qu'en dernier ressort, soit vous choisissez un solution pacifique avec la Cédéao, soit la Cédéao prendra des mesures pour mettre un terme à ce qui s'est passé à Bissau", avait-il prévenu.

Depuis son indépendance en 1974, la Guinée-Bissau, ancienne colonie portugaise, vit au rythme des coups d'Etat, tentatives de putsch et assassinats politiques sur fond de rivalités pour le contrôle du trafic de cocaïne.

Le 26 avril, les chefs d'Etat ouest-africains, réunis en sommet à Abidjan, avaient fixé un ultimatum de 72 heures aux putschistes pour qu'ils se plient à leurs décisions en vue d'un retour à l'ordre constitutionnel, sous peine de sanctions individuelles mais aussi diplomatiques et économiques.

Le lendemain, la junte avait annoncé qu'elle acceptait les exigences de la Cédéao sur l'instauration d'une transition de douze mois et l'envoi d'une force militaire régionale.

Première publication : 30/04/2012

  • CÉDÉAO

    Les anciens dirigeants bissau-guinéens libérés par la junte

    En savoir plus

  • AFRIQUE DE L'OUEST

    La Cédéao annonce l'envoi de forces militaires au Mali et en Guinée-Bissau

    En savoir plus

  • MALI

    La Cédéao peut-elle intervenir militairement au Mali ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)