Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: présercer son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy prêt à poursuivre en justice le site d'information Mediapart

Vidéo par Florence VILLEMINOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/04/2012

Le 28 avril, le site d'information a publié une note selon laquelle Mouammar Kadhafi aurait accepté de financer la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Ce dernier, qui dément formellement, a annoncé lundi son intention de porter plainte.

AFP - Nicolas Sarkozy a annoncé lundi une plainte contre Mediapart pour la publication d'un document qu'il a qualifié de "faux" sur un financement libyen de sa campagne de 2007, son adversaire PS François Hollande s'en remettant à la justice pour dénouer cette affaire complexe.

Elle se double en effet d'un débat sur le destinataire supposé du document incriminé, Bachir Saleh, recherché par Interpol et qui se trouve en France, selon son avocat, qui a démenti dimanche l'avoir reçu. Lundi, François Fillon a assuré qu'il n'y avait "aucune trace d'un mandat international" contre cet ex-dignitaire libyen visé par "une notice rouge" d'Interpol pour fraude.

C'est cependant sous un autre nom, Bashir Al-Shrkawi, qu'il apparaît sur le site internet d'Interpol, photos à l'appui, authentifiées par l'AFP à Tripoli comme étant celles de Bachir Saleh.

Interrogé par l'AFP, Interpol a expliqué lundi que le nom de Bashir Al-Shrkawi a été fourni par la Libye qui le recherche. "Ce n'est pas Interpol qui choisit les noms des fugitifs", a déclaré une porte-parole, précisant que la notice rouge complète, qui est confidentielle, mentionne peut-être également un autre nom.

La note controversée, publiée samedi par le site dirigé par Edwy Plenel, une semaine avant le second tour de la présidentielle, est présentée comme signée par Moussa Koussa, ex-chef des services de renseignements extérieurs libyens. Selon ce document, le régime Kadhafi aurait accepté en 2006 de financer pour "50 millions d'euros" la campagne de Sarkozy. M. Koussa, qui vit en exil à Doha, a qualifié dimanche le document de "faux".

"Nous déposerons plainte contre Mediapart", a déclaré Nicolas Sarkozy sur France 2. "Ce document est un faux grossier" et la plainte sera déposée "avant la fin" de la campagne, qui s'achève vendredi à minuit.

"Le canard, on lui a coupé la tête. C'était un document faux. Mediapart est une officine, M. (Edwy) Plenel (directeur du site Mediapart) c'est le bidonnage à chaque fois", a argumenté M. Sarkozy.

"Pression d'un pays européen"

Mediapart "attend avec sérénité un éventuel procès", a répliqué son directeur Edwy Plenel, pour qui "il ne suffit pas de contester l'authenticité du document révélé pour mettre fin aux suspicions".

Le président-candidat a ajouté avoir "honte pour l'AFP d'avoir fait une alerte sur un document faux" et plus généralement pour tous ceux qui ont utilisé ce document.

"Vous croyez vraiment qu'avec ce que j'ai fait à M. Kadhafi, il m'a fait un virement? Pourquoi pas un chèque endossé?", a insisté le candidat UMP.

Sur RTL, M. Fillon s'est dit "certain" que la note était un "faux" et a accusé M. Plenel d'être un "récidiviste" de ce type de pratiques.

Selon le Premier ministre, il n'y a "aucune trace d'un mandat international" visant Bachir Saleh, qui vit en France. "J'imagine que le gouvernement français serait au courant".

M. Fillon a assuré que M. Saleh disposait d'un "passeport diplomatique du Niger" et qu'"à ce titre, il est protégé par l'immunité diplomatique". Bachir Saleh "fait actuellement des allers et retours entre la France et le Niger".

En mars, un haut responsable militaire nigérien, le colonel Djibou Tahirou, avait assuré à l'AFP que son pays avait délivré à M. Saleh un passeport "sur le conseil et la pression d'un pays européen" qu'il n'a pas nommé, puis l'avait annulé.

Interrogé sur cette affaire, François Hollande a estimé que "c'est à la justice d'être saisie".

"Si c'est un faux eh bien le site sera condamné, si ce n'était pas un faux, à ce moment-là il y aurait des explications à fournir", a dit le candidat PS à l'Elysée, niant tout lien entre lui et Mediapart.

Plus incisive, Ségolène Royal, qui affronta le président sortant en 2007, veut savoir "si l'élection de 2007 s'est déroulée dans des conditions légales". Sinon, a-t-elle affirmé, "le Conseil constitutionnel aurait inversé les résultats. Vous imaginez les conséquences? Ca voudrait dire que pendant cinq ans, Nicolas Sarkozy a exercé son mandat de façon illégitime".

Première publication : 30/04/2012

  • FRANCE

    François Fillon met en cause l'impartialité du site d'information Mediapart

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mediapart publie une note sur le financement libyen de la campagne 2007 de Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)