Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Afrique

La vie des diplomates algériens enlevés à Gao est "en danger"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/04/2012

Le Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest, qui a revendiqué l'enlèvement le 5 avril de sept diplomates algériens à Gao, au Mali, déclare qu'après l'échec des négociations avec l'Algérie, la vie des otages est désormais en danger.

AFP - Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), qui détient depuis le 5 avril sept otages algériens, dont le consul d'Algérie à Gao (nord du Mali), a affirmé dimanche à l'AFP que "la vie des otages est en danger" après l'échec des négociations avec l'Algérie.

"La délégation algérienne (...) a refusé complètement nos demandes, et cette décision mettra la vie des otages en danger", a déclaré dans un court message envoyé à l'AFP Adnan Abu Walid Sahraoui, porte-parole du Mujao.

Il a précisé qu'une délégation algérienne avait assisté aux négociations, sans donner de détails sur les revendications de son mouvement.

Mercredi, le Mujao avait affirmé vouloir négocier la libération du consul algérien et de ses six collaborateurs "au nom de l'islam".

Cette déclaration avait été interprétée comme un durcissement de ton, le Mujao ayant auparavant affirmé avoir "donné (son) accord" pour la libération des six otages.

"Nous avons donné l'accord à nos frères d'Ansar Dine", groupe islamiste dirigé par le chef touareg malien Iyad Ag Ghaly, avait déclaré il y a une semaine cette même source, sans toutefois préciser de date ou de lieu, ni évoquer une éventuelle contrepartie à leur libération.

Le Consul d'Algérie et ses six collaborateurs ont été enlevés le 5 avril à Gao, quelques jours après que le Nord du Mali fut tombé sous le contrôle de divers groupes armés dont le Mujao, Ansar Dine, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg).

La semaine dernière, le ministre algérien des Affaires étrangères, Mourad Medelci, avait assuré lors d'une conférence de presse à Alger que ses compatriotes otages étaient "en bonne santé" et que "les perspectives" de leur libération étaient "réelles".

"Nous avons bon espoir que les discussions qui se sont développées très rapidement après leur privation de liberté nous conduisent vers une fin heureuse", avait ajouté le chef de la diplomatie algérienne.

Outre les sept otages algériens, le Mujao avait revendiqué en décembre 2011 le rapt fin octobre dans l'ouest de l'Algérie de deux Espagnols et une Italienne qui, selon un porte-parole du groupe, sont toujours retenus par ce groupe dissident d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

 

Première publication : 30/04/2012

  • MALI

    Les diplomates algériens enlevés à Gao pourraient être bientôt libérés

    En savoir plus

  • MALI

    Enlèvement du consul d'Algérie à Gao

    En savoir plus

  • SAHEL

    Une vidéo montre deux otages français enlevés par Aqmi au Mali en novembre 2011

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)