Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : une déception pour la gauche ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Kamel Mennour, galeriste

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Marie Le Guen : "Le problème, c’est l’emploi"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Un homme, une femme : la parité vue par la Génération Y

En savoir plus

POLITIQUE

Le Guen : "C’est toute l’Europe qui est malade aujourd’hui"

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : quelle place pour l'enseignement religieux?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

Amériques

Delta Air Lines va acheter une raffinerie pour produire son propre carburant

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/05/2012

La compagnie américaine va prochainement investir 250 millions de dollars pour acquérir une raffinerie pétrolière afin de produire son propre kérosène. Elle espère ainsi couvrir 80 % des besoins en carburant de ses vols domestiques.

AFP - La compagnie aérienne américaine Delta Air Lines a annoncé lundi qu'elle allait investir un total de 250 millions de dollars pour acheter et faire fonctionner une raffinerie lui permettant de couvrir 80% de ses besoins intérieurs en kérosène.

L'initiative, qui fera de Delta la seule compagnie américaine à produire son propre carburant, était considérée avec scepticisme par certains spécialistes américains du secteur aérien, qui y voient "une énorme distraction".

Le coût d'acquisition est de 180 millions de dollars, dont 30 millions sont couverts par l'Etat de Pennsylvanie, où se trouve la raffinerie de Trainer, jusqu'à présent propriété de la société Phillips 66, issue de la scission de ConocoPhillips.

"Un investissement supplémentaire de 100 millions de dollars" permettra de "modifier l'usine pour maximiser la production de kérosène", a indiqué Delta dans un document transmis aux autorités boursières.

"Cet investissement modeste, l'équivalent du prix catalogue d'un nouvel avion gros porteur, permettra à Delta de réduire sa dépense de carburant de 300 millions de dollars par an et garantira la disponibilité de kérosène dans le nord-est" du pays, a fait valoir le directeur général de Delta Richard Anderson, cité dans un communiqué.

La transaction est réalisée techniquement via une filiale à 100% de Delta, Monroe Energy, qui a conclu des accords d'approvisionnement avec BP et Phillips 66.

"L'accord, d'une durée de trois ans, prévoit que BP fournira le brut qui sera raffiné sur place. Monroe Energy échangera de l'essence et d'autres produits issus du site de Trainer pour du kérosène de Phillips 66 et de BP ailleurs dans le pays, via des accords pluriannuels", est-il expliqué.

Certains experts du secteur étaient extrêmement dubitatifs lundi soir.

"Je ne suis pas sûr que l'intégration verticale soit une bonne idée, c'est une chose qui se faisait il y a une centaine d'années avec Henry Ford", commentait l'analyste George Hamlin, président de Hamlin Transportation Consulting.

"Une compagnie aérienne est déjà compliquée à gérer", abondait Aaron Gellman, professeur à l'Université Northwestern, "si (une raffinerie) est disponible, pourquoi les autres ne font-ils pas pareil?".

Pour lui, le fait que Southwest, une prospère compagnie à bas coûts basée au Texas, fief de l'industrie pétrolière, ne se soit pas risquée à produire son propre kérosène, est un avertissement fort plaidant contre cette initiative.

"Maintenant, si (Delta) parie sur la hausse du prix du pétrole, c'est une hypothèse intéressante, mais il mise beaucoup d'argent. Moi je consacrerais de l'argent à être plus intelligent dans mon programme de couverture (hedging) sur les prix du pétrole: en s'occupant du prix du pétrole comme ça, je crois qu'on a un meilleur retour sur investissement", disait-il.

A l'inverse, Geary Sikich, patron de Logical Management Systems, estimait que l'opération devrait aider Delta à réduire ses coûts - et notait que Trainer était un site de qualité, a proximité de l'aéroport de Philadelphie et d'un port, qui sera dirigé par une équipe expérimentée.

"C'est une occasion pour Delta", estime M. Sikich, dans une période où "le prix du carburant est en hausse, et les capacités de raffinage (aux Etats-Unis) déclinent".

En outre, avantage supplémentaire, "il y a le potentiel d'un flux de recettes", avec les autres productions de la raffinerie que Delta pourra revendre, notait M. Sikich.

La transaction devrait être bouclée avant l'été, et la production de kérosène débuter dès cet été, si bien que Delta espère économiser plus de 100 millions de dollars rien qu'en 2012.

 

Première publication : 01/05/2012

  • AÉRONAUTIQUE

    Les États-Unis et la Chine refroidis par le permis de polluer européen

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    À Air France, un plan d’économies sous influence électorale

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    Air France-KLM accuse une perte de plus de 800 millions d'euros

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)