Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

FRANCE

Pour le CNT, la note de Mediapart est un faux

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/05/2012

"Cette lettre est fausse" affirme le président du Conseil national de transition, Moustafa Abdeljalil(photo), évoquant la note publiée par Mediapart selon laquelle le régime de Mouammar Kadhafi aurait financé la campagne de Nicolas Sarkozy.

REUTERS - Une note publiée par le site d'informations Mediapart et présentée comme un accord des autorités libyennes à un appui financier à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 est un faux, a déclaré mercredi le président libyen, Moustafa Abdeljalil.

"Cette lettre est fausse", a déclaré le président du Conseil national de transition (CNT) lors d'une conférence de presse à Tripoli.

"Lorsque les médias ont fait état de cette lettre, nous l'avons regardée, nous l'avons vérifiée et nous n'avons trouvé aucune référence à cette lettre dans les archives libyennes", a-t-il expliqué.

Moustafa Abdeljalil a également relevé que les formules de politesse n'étaient pas celles d'ordinaire employées par l'ancien régime libyen.

Le parquet de Paris a ouvert lundi une enquête préliminaire de police après avoir été saisi d'une plainte déposée par le chef d'Etat sortant contre deux journalistes et le directeur de publication de Mediapart pour "faux, usage de faux, recel de faux et publication de fausses nouvelles".

Cette plainte a été déposée à la suite de la publication, samedi, par Mediapart d'un document daté de 2006 et présenté comme une note des autorités libyennes formalisant un accord à un appui déjà convenu à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007
pour un montant de cinquante millions d'euros.

Lors d'une autre conférence de presse mercredi, le porte-parole du gouvernement libyen, Nasser El Manee, a déclaré: "Nous n'avons aucune information officielle à propos d'argent transféré pour soutenir Sarkozy dans sa campagne."

Exilé au Qatar, l'ex-chef des services secrets libyens Moussa Koussa a nié dans plusieurs médias être le signataire de ce document.

Nommé aussi, Bachir Saleh, autre ex-dignitaire du régime Kadhafi censé en avoir été le "trésorier", a publié un communiqué via son avocat Pierre Haïk à Paris. Il dit que la
note est mensongère.

Moustafa Abdeljalil a demandé à la France de lui remettre l'ancien chef de cabinet de Mouammar Kadhafi, qui vit actuellement en France sous son nom et avec sa famille. Nicolas Sarkozy a déclaré mardi que la France était prête à le livrer à
la Libye en cas d'émission d'un mandat d'arrêt international à son encontre. (voir )

Mediapart a annoncé mercredi avoir déposé plainte auprès du procureur de la République de Paris contre Nicolas Sarkozy et X pour "dénonciation calomnieuse".

Mediapart "maintient l'intégralité de ses informations et estime que l'accusation de faux portée contre lui est une calomnie", lit-on sur son site.

Première publication : 02/05/2012

  • FRANCE

    Le parquet ouvre une enquête après la plainte de Sarkozy contre Mediapart

    En savoir plus

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy prêt à poursuivre en justice le site d'information Mediapart

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mediapart publie une note sur le financement libyen de la campagne 2007 de Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)