Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

EUROPE

La crise pourrait bien faire le jeu des extrêmes aux législatives

©

Vidéo par Alexia KEFALAS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/05/2012

Les Grecs votent ce dimanche à l'occasion de législatives anticipées. Alors que les partis de la coalition au pouvoir sont en perte de vitesse dans les sondages, les formations opposées au plan d’austérité devraient faire le plein de voix.

La Grèce s’apprête à jouer, dimanche 6 mai, une partie électorale capitale. Onze millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour des élections législatives anticipées, suite à la dissolution du Parlement le 11 avril dernier. Alors que le pays connaît un éclatement politique inédit depuis la chute de la dictature des généraux en 1974, une tâche ardue attend la majorité qui se dessinera à l’issue du scrutin : constituer un nouveau gouvernement capable de donner suite aux tentatives de sortir la Grèce de la crise.

"Beaucoup de gens s'inquiètent de la possibilité de former un nouveau gouvernement après les élections", souligne le politologue Ilas Nikolakopoulos interrogé par l'AFP. Les deux formations principales de la coalition au pouvoir depuis près de six mois, les socialistes du Pasok et les conservateurs de la Nouvelle Démocratie (ND), s’effondrent dans les sondages au profit d’une foule de petits partis politiques opposés à l’austérité. En tout, 32 formations sont en lice pour les législatives.

" Des urnes explosives"

Multitude de petits partis extrémistes

Selon les sondages, une dizaine d’entre eux dépasseront les 3 % de voix nécessaires à leur entrée au Parlement, actuellement composé de cinq partis. La chute vertigineuse du Pasok et de la Nouvelle Démocratie profite aux extrêmes tant à gauche, notamment le Parti communiste staliniste KKE, qu'à droite, à l’instar de Chryssi Avhi (Aube dorée) un parti xénophobe exprimant ouvertement des positions néo-nazies. "L’Aube dorée pourrait dépasser les 5 % de voix, et le Parti communiste grec, qui fait normalement 8 %, est crédité de 12 % des voix. L’ensemble des petites formations opposées à l’austérité participant aux législatives pourraient rassembler en tout 60 % des voix", explique Fabio Liberti, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) et spécialiste de l’Union européenne.

Le Pasok et la Nouvelle Démocratie, qui cumulent traditionnellement 80 % des voix, rassemblent aujourd’hui à eux deux moins de 40 % des intentions de vote. Les sondages accordent une légère avance aux conservateurs, avec 21,9 % des voix selon les projections de l’Institut Marc, contre 17,8 % en faveur des socialistes. Même si la loi électorale grecque instaure un système proportionnel "renforcé", accordant 50 sièges de députés supplémentaires de plus au parti arrivé en tête, former un gouvernement dans ce contexte est une gageure.

Des créanciers qui veillent au grain

Mais pour Fabio Liberti, l’enjeu n’est pas tant de savoir qui va gagner que de savoir si la Grèce va ou non sortir de l’euro. "Deux plans d’aide ont été accordés à la Grèce en contrepartie de concessions très importantes, indique-t-il. Si les conditions ne sont plus remplies, le versement des plans d’aide peut être mis en échec. Ce qui signifierait une rapide faillite de la Grèce." Aujourd'hui, les deux partis traditionnels qui se sont engagés à respecter les engagements européens rassemblent désormais moins de voix que ceux qui s’y opposent.

Les créanciers de la Grèce, l’Union européenne (UE) et le Fonds monétaire européen (FMI), ont mis Athènes en garde : le versement du deuxième prêt accordé en mars ne sera versé que si les nouvelles coupes budgétaires, prévues par la Troïka (UE, FMI et Banque centrale européenne), sont mises en œuvre. "Ce sera le test crucial du nouveau gouvernement", estime Panayotis Petrakis, professeur d'économie financière à l'université d'Athènes, interrogé par l’AFP. Le parti au pouvoir "verra probablement sa popularité s’effrondrer après ces mesures, qui devront être prises en juin", renchérit Théodoros Pelagidis, professeur de macroéconomie à l’université du Pirée. Et d'ajouter à propos de la situation post-électorale : "Le risque d’une instabilité gouvernementale est patente".

Première publication : 02/05/2012

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Standard and Poor's relève la note de la Grèce

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Athènes boucle la restructuration de sa dette

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    L'avenir de la Grèce s'annonce de plus en plus noir

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)