Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Irak : des milices sunnites aident les Peshmergas à lutter contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : un accord introuvable ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : un accord introuvable ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Nigeria souhaite bonne chance à Buhari"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mots vides"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Prise d'otage sanglante à Istanbul

En savoir plus

FOCUS

Iran - Oman : avec les contrebandiers du détroit d'Ormuz

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

François Hollande maintient le cap malgré la claque électorale

En savoir plus

Economie

François Hollande répond aux questions de FRANCE 24 et RFI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/05/2012

Le candidat socialiste à la présidentielle a accordé une interview à FRANCE 24 et RFI. Hormis la question du retrait des troupes françaises d'Afghanistan, il se situe dans la continuité de l’action menée par Nicolas Sarkozy en politique étrangère.

Au lendemain du débat crucial qui l’a opposé au président sortant Nicolas Sarkozy, François Hollande assure n’avoir aucun regret. Le candidat du Parti socialiste, interrogé par Roselyne Febvre (FRANCE 24) et Frédéric Rivière (RFI) dans le cadre du "Rendez-vous RFI/FRANCE 24", exprime sa satisfaction à la suite du déroulement de l’émission.

"Je pense que le débat s’est déroulé non pas comme je l’avais prévu, mais comme je l’avais souhaité", explique François Hollande, qui a reconnu avoir eu le trac, notamment parce qu’il y avait "une attente très grande et un nombre de téléspectateurs considérable".

Dans la droite ligne de la joute organisée la veille avec son adversaire, le candidat socialiste réitère le bilan qu’il a tiré de la présidence de Nicolas Sarkozy : il y a eu "beaucoup de désordre et de divisions dans le quinquennat qui se termine", affirme-t-il.

François Hollande s’exprime également plus en détails sur les dossiers internationaux, sans toutefois trancher singulièrement avec les politiques actuelles menées par la diplomatie française sur les dossier du nucléaire iranien, du Sahel, de la Syrie et du conflit israélo-palestinien.

"Un état de grâce"

Il fustige en revanche l’image du pays véhiculée par l'actuel président : "Il y a eu des phrases, des comportements, des attitudes, des choix qui ont beaucoup heurté notre pays et quelquefois troublé au plan international. Souvenons-nous du discours de Dakar pour l’Afrique, souvenons-nous des réceptions qui ont été faites pour Kadhafi ou Bachar al-Assad."

Le candidat Hollande insiste également sur la nécessité de redorer le blason de l’identité française à l’étranger et de "renforcer l’attractivité de notre langue et de notre culture".

Au niveau européen, il réaffirme son souhait de renégocier le pacte budgétaire européen adopté en janvier dernier, mais aussi de s’appuyer sur "la capacité d’emprunt de l’Europe" pour relancer l’économie.

Il rappelle également ses priorités pour la France : l'éducation et l'économie. Deux axes à partir desquels il défend une nouvelle fois quelques-unes des mesures phares de son programme : la création de 60 000 postes dans l’éducation et le contrat de génération, notamment.

Enfin, en cas d'élection, celui-ci s’attend à "un état de grâce, comme à chaque élection présidentielle", mais dont la durée dépendra surtout des "mesures" qui seront mises en place.
 

Première publication : 03/05/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Débat télévisé : les petits arrangements chiffrés des candidats avec la réalité

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    L’économie au cœur du débat entre Nicolas Sarkozy et François Hollande

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)