Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La perpétuité requise contre Hissène Habré à Dakar

En savoir plus

ICI L'EUROPE

En Irlande sur les traces de l’agriculture européenne "réformée"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Agriculture : que change réellement la nouvelle PAC?

En savoir plus

FOCUS

France : comment sensibiliser les jeunes aux concepts de patriotisme et de défense de la Nation?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peur de rien" : l’errance parisienne d'une jeune Libanaise

En savoir plus

FACE À FACE

Déchéance de nationalité : l'heure de vérité

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bataille d'Alep : l'offensive du régime syrien, appuyé par Moscou

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : la bataille d'Alep, un tournant ?

En savoir plus

LE DÉBAT

État d'urgence en France : l'exception va-t-elle devenir la règle?

En savoir plus

Afrique

Une peine de 80 ans de prison requise contre Charles Taylor

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/05/2012

Le procureur du Tribunal spécial pour la Sierra Leone a requis 80 années de prison à l'encontre de Charles Taylor (photo). Le 26 avril, l'ancien président du Liberia a été reconnu coupable de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.

AFP - L'accusation "recommande" une peine de 80 ans de prison contre l'ancien président du Liberia, Charles Taylor, reconnu coupable le 26 avril de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre commis en Sierra Leone, a annoncé jeudi le bureau du procureur.

"L'accusation recommande une peine globale de 80 ans de prison", a indiqué le bureau du procureur du Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) dans un document rendu public jeudi.

"La peine recommandée est appropriée pour refléter le rôle essentiel que M. Taylor a joué dans des crimes d'une portée et d'une gravité extrêmes", a ajouté la même source.

L'ancien président du Liberia était devenu le 26 avril le premier ex-chef d'Etat condamné par la justice internationale depuis le tribunal militaire international de Nuremberg en étant reconnu coupable de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre commis en Sierra Leone entre 1996 et 2002.

Charles Taylor, qui plaidait non coupable, purgera sa peine en Grande-Bretagne en vertu d'un accord avec le TSSL.

Président du Liberia de 1997 à 2003, Charles Taylor, 64 ans, a selon les juges "aidé et encouragé" une campagne de terreur visant à obtenir le contrôle de la Sierra Leone, dans le but d'exploiter ses diamants, au cours d'une guerre civile qui a fait 120.000 morts dans ce pays entre 1991 et 2001.

L'ex-président libérien a joué un rôle "crucial" dans les viols, meurtres et actes inhumains, notamment, commis en Sierra Leone par les rebelles sierra-léonais du Front révolutionnaire uni (RUF) en leur fournissant armes et munitions en échange de diamants.

Première publication : 03/05/2012

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    Charles Taylor déclaré coupable de crimes de guerre en Sierra Leone

    En savoir plus

  • LIBERIA

    L'ex-président Charles Taylor a collaboré avec la CIA, selon le Boston Globe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)