Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Football: sanction démesurée pour Brandao ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Tchéky Karyo

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jeff Koons, l'icône du néo-pop s'expose à Paris !

En savoir plus

FOCUS

Massacre de Thiaroye : une histoire toujours controversée, 70 ans après

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Réunion de l'Opep sous haute pression

En savoir plus

Afrique

Un mausolée profané par des combattants d'Ansar Dine à Tombouctou

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/05/2012

Un mausolée, classé au patrimoine mondial de l'Unesco, a été incendié par des membres d'Ansar Dine, un groupe islamiste lié à Al-Qaïda. Le lieu sacré renferme la tombe d'un érudit musulman qui est l'un des saints les plus vénérés de Tombouctou.

REUTERS - Des combattants du groupe islamiste malien Ansar Dine ont attaqué et brûlé le mausolée de l'un des saints les plus vénérés de Tombouctou, classé au patrimoine mondial de l'Unesco, ont rapporté samedi des habitants et un responsable régional.

Les activistes d'Ansar Dine, liés à Al Qaïda, ont déferlé avec d'autres groupes armés en mars et avril dans le nord du Mali, s'emparant des villes de Tombouctou, Gao et Kidal.

Ils ont brisé vendredi les fenêtres et le portail en bois de la tombe de l'érudit Sidi Mahmoud Ben Amar, avant d'y mettre le feu, selon des témoins. Il s'agit de la première attaque de ce type au Mali.

"Ce que vous faites est haram ! (interdit). Demandez directement à dieu plutôt qu'à un mort", a déclaré l'un des hommes armés aux habitants, qui tentaient de se recueillir sur la tombe, a rapporté Ahmed Ibrahim, témoin de la scène. "Après avoir prononcé ces mots, trois d'entre eux sont entrés dans le mausolée. Ils ont déchiré et brûlé aux yeux de tous des morceaux d'étoffes blanches qui recouvraient le mausolée du saint", a-t-il ajouté.

Les hommes en armes, qui considèrent la vénération du saint musulman comme contraire à l'islam, ont annoncé qu'ils reviendraient détruire d'autres mausolées. L'Unesco n'a pas réagi dans l'immédiat.

"Il y a un risque que la population se révolte parce qu'il s'agit d'un événement qui affecte la dignité des gens. Cette tombe est sacrée, c'est trop difficile à supporter", a estimé El Hadj Baba Haidara, représentant élu au parlement originaire de Tombouctou.

Le gouvernement malien a vivement condamné la profanation dans un communiqué lu par la télévision nationale. "Le gouvernement condamne dans les termes les plus forts cet acte innommable perpétré au nom de l'islam, une religion de tolérance et de respect pour la dignité humaine."

Ansar Dine, dirigé par le touareg Iyad Ag Ghaly, a rejeté l'indépendance du nord du pays proclamée par les rebelles touaregs du MNLA, et souhaite imposer la loi islamique dans l'ensemble du Mali.

Des sous-officiers ont renversé le 22 mars le président malien Amadou Toumani Touré, plongeant le pays dans un chaos dont des rebelles touaregs appuyés par des combattants islamistes ont profité pour s'emparer du nord du Mali.

Tombouctou, surnommée "la ville aux 333 saints", est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1988. Elle abrite 333 mausolées de saints dont 16 sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco, les mosquées de Sankore, Sidi Yahia et Djingarei-ber, ainsi que des célèbres bibliothèques et plusieurs dizaines de milliers de manuscrits anciens.

 

Première publication : 05/05/2012

  • MALI

    L'otage suisse enlevée le 15 avril à Tombouctou a été libérée

    En savoir plus

  • Sur Les Observateurs

    La chute de Tombouctou racontée par nos Observateurs

    En savoir plus

  • MALI

    Avec la prise de Tombouctou, la rébellion touareg fait mainmise sur le Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)