Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

Economie

L'Allemagne exclut de nouveau toute renégociation du pacte budgétaire européen

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/05/2012

Au lendemain de l'élection du socialiste François Hollande à la tête de la France, Berlin a réaffirmé son désaccord avec le président élu, qui avait fait de la révision du pacte budgétaire européen l'un de ses thèmes de campagne.

AFP - L'Allemagne a posé lundi ses conditions au président élu français François Hollande, en excluant toute renégociation du pacte budgétaire européen et toute initiative de "croissance par les déficits".

"Il n'est pas possible de renégocier le pacte budgétaire", qui a déjà été "signé par 25 des 27 Etats membres de l'Union européenne" et qui a pour but de renforcer la discipline dans la gestion des finances publiques, a dit le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert, lors d'une conférence de presse régulière.

Il était interrogé sur la volonté de M. Hollande d'adjoindre à ce pacte un volet sur la croissance.

A ce sujet, M. Seibert a également réaffirmé les conditions de Berlin: l'Allemagne ne veut pas "d'une croissance par des déficits, mais de croissance par des réformes structurelles".

En clair, il n'est pas question pour le gouvernement Merkel d'encourager en Europe des politiques de relance, mais de promouvoir la voie choisie par l'Allemagne et les réformes du marché du travail mises en place par l'ancien chancelier Gerhard Schröder.

Le président élu français avait marqué dès son allocution de victoire sa volonté de "donner à la construction européenne une dimension de croissance, d'emploi, de prospérité, d'avenir" et d'expliquer à Berlin et ses autres partenaires que "l'austérité pouvait ne plus être une fatalité".

Première publication : 07/05/2012

  • ZONE EURO

    Après la Grèce, le Portugal ratifie à son tour le pacte budgétaire européen

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Grève générale contre la politique d'austérité du gouvernement

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Lisbonne dans les pas d'Athènes ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)