Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Economie

L'Allemagne exclut de nouveau toute renégociation du pacte budgétaire européen

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/05/2012

Au lendemain de l'élection du socialiste François Hollande à la tête de la France, Berlin a réaffirmé son désaccord avec le président élu, qui avait fait de la révision du pacte budgétaire européen l'un de ses thèmes de campagne.

AFP - L'Allemagne a posé lundi ses conditions au président élu français François Hollande, en excluant toute renégociation du pacte budgétaire européen et toute initiative de "croissance par les déficits".

"Il n'est pas possible de renégocier le pacte budgétaire", qui a déjà été "signé par 25 des 27 Etats membres de l'Union européenne" et qui a pour but de renforcer la discipline dans la gestion des finances publiques, a dit le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert, lors d'une conférence de presse régulière.

Il était interrogé sur la volonté de M. Hollande d'adjoindre à ce pacte un volet sur la croissance.

A ce sujet, M. Seibert a également réaffirmé les conditions de Berlin: l'Allemagne ne veut pas "d'une croissance par des déficits, mais de croissance par des réformes structurelles".

En clair, il n'est pas question pour le gouvernement Merkel d'encourager en Europe des politiques de relance, mais de promouvoir la voie choisie par l'Allemagne et les réformes du marché du travail mises en place par l'ancien chancelier Gerhard Schröder.

Le président élu français avait marqué dès son allocution de victoire sa volonté de "donner à la construction européenne une dimension de croissance, d'emploi, de prospérité, d'avenir" et d'expliquer à Berlin et ses autres partenaires que "l'austérité pouvait ne plus être une fatalité".

Première publication : 07/05/2012

  • ZONE EURO

    Après la Grèce, le Portugal ratifie à son tour le pacte budgétaire européen

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Grève générale contre la politique d'austérité du gouvernement

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Lisbonne dans les pas d'Athènes ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)