Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Amel Karboul, ministre tunisienne du Tourisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La sous-traitance des handicapés français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

  • Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

    En savoir plus

  • Ukraine : Washington met en garde Moscou contre une "erreur coûteuse"

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Quatre policiers du "36 quai des Orfèvres" placés en garde à vue pour viol

    En savoir plus

  • Standard & Poor's maintient la note "AA" pour la France

    En savoir plus

  • Le NETmundial condamne l’espionnage sur le Web

    En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

EUROPE

Le conservateur Samaras renonce à former un gouvernement

©

Vidéo par Damien COQUET , Shirli SITBON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/05/2012

Antonis Samaras, chef de file de la Nouvelle Démocratie, parti conservateur arrivé en tête des législatives, renonce à former un gouvernement. Le président Papoulias va donc confier cette tâche à la Coalition de la gauche radicale.

AFP - Le premier tour de table lundi pour la formation d'un gouvernement grec a échoué avec l'annonce du leader des conservateurs Antonis Samaras qu'il s'était heurté au refus des partis anti-austérité, qui ont enregistré un succès notable aux élections de dimanche, de former une coalition.

Le chef de La Nouvelle Démocratie a déclaré que ses efforts pour former un gouvernement de salut national avaient échoué, ce qui veut dire que c'est au tour du parti de la gauche radicale Syriza de tenter de former un gouvernement.

"J'ai fait ce que j'ai pu pour obtenir un résultat, mais c'était impossible", a déclaré M. Samaras dans une interview télévisée après une journée de rencontres séparées avec les chefs des autres partis.

"J'en ai informé le président (Carolos Papoulias) et lui ai restitué mon mandat" a ajouté le chef sexagénaire de La Nouvelle Démocratie.

M. Samaras a été éconduit par le parti Syriza (Coalition de la gauche radicale), arrivé en deuxième position aux élections, ainsi que par le petit parti Dimar (Gauche démocratique),tandis que le Parti communiste et le parti des Grecs indépendants, n'ont même pas accepté de le rencontrer.

Le Pasok, arrivé en troisième position aux élections et qui faisait partie de la coalition sortante, a accepté de coopérer mais à la seule condition que les autres partis de gauche l'acceptent.

Le chef de Syriza, Alexis Tsipras, sera convoqué par le président Papoulias à 11h00 GMT mardi et aura trois jours pour former un gouvernement.

Alexis Tsipras a déclaré qu'il essaierait de former une coalition de gauche afin de rejeter les "mesures barbares" liées à l'accord sur le remboursement de la dette.

"Nous allons épuiser toutes les possibilités de parvenir à un accord, en priorité avec les forces de gauche" a-t-il déclaré lundi.

Les partis anti-austérité totalisent 151 sièges au parlement mais il semble quasiment impossible qu'ils parviennent à s'entendre.
 

Première publication : 07/05/2012

  • LÉGISLATIVES GRECQUES

    La gauche radicale exclut une alliance avec les conservateurs

    En savoir plus

  • GRÈCE

    L'UE enjoint le futur gouvernement à respecter les engagements pris

    En savoir plus

  • GRÈCE - LÉGISLATIVES

    Les socialistes du Pasok sanctionnés, les extrêmes confirment leur percée

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)