Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le président élu, George Weah prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Trump, un an après : derrière l'euphorie, une économie fragile ?

En savoir plus

#ActuElles

#MeToo : la France entre exception culturelle et changement de génération

En savoir plus

Economie

L'UE enjoint le futur gouvernement à respecter les engagements pris

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/05/2012

Au lendemain des législatives au cours desquelles la politique d'austérité menée par la coalition au pouvoir a été sanctionnée, Bruxelles appelle le futur gouvernement grec à tenir les engagements pris dans le cadre du plan de sauvetage du pays.

AFP - La Commission européenne attend du gouvernement grec qu'il "respecte les engagements qu'il a pris" dans le cadre du plan de sauvetage du pays, a déclaré lundi une de ses porte-parole, au lendemain des élections législatives en Grèce.

Les électeurs grecs ont massivement rejeté dimanche la politique d'austérité exigée par l'UE et le FMI en échange de l'aide versée au pays.

Le leader de la droite gouvernementale Antonis Samaras, arrivé en tête des législatives grecques, a proposé la formation "d'un gouvernement de salut national" pour maintenir la Grèce dans l'euro, en s'engageant à "changer la politique du mémorandum" d'austérité jusqu'"au retour de la croissance et l'apaisement de la société".

"Le casse-tête a commencé"



"Il n'y a pas encore de nouveau gouvernement en Grèce, mais la Commission espère et s'attend à ce que le futur gouvernement respecte les engagements pris par la Grèce", a déclaré la porte-parole de la Commission, Pia Ahrenkilde-Hansen, au cours d'une conférence de presse.

"La Commission reste bien entendu prête à continuer à assister la Grèce avec les réformes en cours dans le cadre du deuxième programme d'ajustement économique", a-t-elle ajouté.

La Grèce devrait lancer lundi les procédures de formation d'un gouvernement de coalition, tâche qui semble impossible sans y faire entrer un des cinq partis opposés à la politique de rigueur imposée à la Grèce par ses créanciers publics, le Fonds monétaire international et l'Union européenne.

Il appartient aux Grecs "de se mettre d'accord et nous espérons que cela pourra se faire rapidement pour former un gouvernement", a ajouté Mme Ahrenkilde-Hansen, soulignant que le programme d'ajustement "constitue la base d'une reprise économique avec une croissance soutenable et la création d'emplois" en Grèce.

Le gouvernement allemand a réaffirmé lundi de son côté que le plan d'aide européen décidé avec Athènes restait la meilleure voie pour sortir de la crise.

Première publication : 07/05/2012

  • GRÈCE - LÉGISLATIVES

    Les socialistes du Pasok sanctionnés, les extrêmes confirment leur percée

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Témoignages d'électeurs grecs : "Ça ne peut plus durer"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)