Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : la Seleçao veut sauver son honneur

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

Moyen-orient

Interpol délivre un mandat d'arrêt contre le vice-président Al-Hachémi

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/05/2012

Interpol a publié mardi une notice rouge, synonyme de demande d'arrestation internationale, à l'encontre du vice-président irakien Tarek al-Hachémi. Il est suspecté d'avoir soutenu et financé des actions terroristes en Irak.

AFP - Interpol a annoncé mardi la diffusion internationale d'une demande d'arrestation en vue d'extradition, à la requête de l'Irak, à l'encontre du vice-président irakien en fuite Tarek al-Hachémi, soupçonné d'avoir "financé des attaques terroristes" dans le pays.

L'intéressé, dont le procès par contumace doit commencer jeudi à Bagdad, a pour sa part indiqué dans un communiqué ne pas être "au-dessus des lois" et s'est dit prêt à comparaître devant un tribunal à condition que sa sécurité et un procès équitable soient garantis.

M. Hachémi, l'un des leaders sunnites les plus en vue du pays, est l'un des dirigeants du bloc laïque Iraqiya, en conflit depuis des mois avec le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki, accusé d'autoritarisme. Il estime être l'objet dans ce contexte d'une chasse aux sorcières à visées politiques.

L'organisation policière internationale, basée à Lyon, demande à travers une "notice rouge" l'aide de ses 190 pays membres pour "localiser et arrêter" Tarek al-Hachémi, objet d'un mandat d'arrêt depuis décembre 2011 et qui se trouvait début mai en Turquie.

"Cette notice rouge d'Interpol à l'encontre de Tarek al-Hachémi va réduire considérablement ses capacités à voyager et franchir les frontières internationales. C'est un outil puissant qui va aider les autorités dans le monde à le localiser et à l'arrêter", a déclaré le secrétaire général d'Interpol Ronald K. Noble dans un communiqué.

Pour M. Noble, "cela démontre également l'engagement des autorités irakiennes à travailler avec les forces de police mondiales, via Interpol, pour interpeller des individus accusés de crimes graves".

"Il s'agit depuis le début d'un problème politique et nous attendons une solution politique", a pour sa part indiqué M. Hachémi dans un communiqué sur son site internet mardi.

"Je respecte la justice (irakienne) et je ne suis pas au-dessus des lois", indique-t-il.

"Si un procès équitable est possible, non politisé, et que des garanties sont fournies pour ma sécurité et mes droits constitutionnels, je comparaîtrai devant n'importe quelle cour, même à Bagdad car je suis certain de mon innocence", ajoute-t-il.

Le dirigeant précise qu'il était sur le point mardi de revenir à Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien, mais a changé d'avis après en avoir été prié par certains hommes politiques irakiens dont il ne précise pas l'identité.

Prévu jeudi 3 mai devant la Cour criminelle centrale d'Irak, le procès de Tarek al-Hachémi, jugé par contumace pour meurtres, a été reporté au 10 mai, ses avocats ayant demandé qu'il se déroule devant une juridiction spéciale.

Le vice-président irakien et certains membres de sa garde rapprochée sont poursuivis pour le meurtre de six juges et de plusieurs hauts responsables, dont le directeur général du ministère de la sécurité nationale et un avocat.

Après avoir trouvé refuge mi-décembre auprès des autorités de la région autonome du Kurdistan irakien qui ont refusé de le livrer à la justice de Bagdad, il a fui au Qatar, puis en Arabie saoudite et en Turquie.

Tarek al-Hachémi se trouvait vendredi à Istanbul, où il a déclaré qu'il éprouvait "un grand manque de confiance en la justice" de son pays et justifié sa fuite en affirmant que sa vie était "en danger" à Bagdad.

Première publication : 08/05/2012

  • IRAK

    Tarek al-Hachémi rejette les accusations mais se dit prêt à être jugé au Kurdistan

    En savoir plus

  • IRAK

    Le mandat d'arrêt contre le vice-président irakien accentue la crise politique

    En savoir plus

  • IRAK

    Le vice-président irakien visé par un mandat d'arrêt

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)