Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au "Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Vidéo : à Novoazovsk, "il semblerait que les Russes soient déjà partis"

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'EI à Amerli

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

Amériques

Rick Santorum apporte son soutien à son ex-rival Mitt Romney

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/05/2012

Après avoir longtemps été en bonne position dans la course à l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine de novembre, le sénateur de Pennsylvanie, Rick Santorum (photo), a annoncé son ralliement à Mitt Romney.

REUTERS - Rick Santorum a apporté tard lundi soir son soutien à Mitt Romney, qui sera selon toute vraisemblance le candidat du Parti républicain à l’élection présidentielle du 6 novembre aux Etats-Unis.

Dans un communiqué, Santorum, qui a un temps brigué l’investiture républicaine et a durement bataillé contre Romney, admet les divergences qui les opposent tous deux.

Mais, ajoute-t-il, il est ressorti d’une récente rencontre avec Romney impressionné par la "profonde compréhension" de l’ancien gouverneur du Massachusetts sur les questions économiques et familiales, les thèmes de prédilection de Santorum.

"Par dessus tout le reste, nous sommes tous deux convenus que le président Obama devait être battu. Cette tâche ne sera pas aisée. Tout le monde devra mettre la main à la pâte si nous voulons que notre candidat soit victorieux", poursuit-il.

"Le gouverneur Romney sera ce candidat, et il a mon approbation et mon soutien pour remporter cette élection, la plus cruciale de nos existences", ajoute-t-il.

Révélation des primaires républicaines, Rick Santorum a annoncé le 10 avril qu’il se retirait de la course à l’investiture républicaine. Il était alors le dernier adversaire crédible de Mitt Romney.

Selon un sondage Reuters/Ipsos rendu public jeudi dernier, il est avec Marco Rubio l’une des deux personnalités préférées des électeurs républicains pour former un "ticket" avec Mitt Romney et devenir son vice-président s’il est élu à la Maison blanche le 6 novembre.

Le candidat du Parti républicain sera investi lors de la convention nationale du parti, fin août à Tampa, en Floride.

Mitt Romney n’a plus qu’un rival, le libertarien Ron Paul, qui n’a gagné à ce stade aucune consultation organisée dans le cadre des primaires.

Le ralliement de Santorum pourrait l’aider, dans la perspective de la présidentielle, à attirer plus fermement l’électorat le plus conservateur du pays. L’ancien sénateur de Pennsylvanie a en effet mené campagne contre l’avortement et contre les droits des homosexuels.

Santorum, qui a remporté onze consultations avant de se retirer des primaires, a multiplié les attaques contre Romney au cours des débats télévisés ou dans ses spots de campagne et a tardé à se ranger derrière celui qu’il qualifiait de "modéré du Massachusetts".

Mais il explique avoir changé d’avis après s’être entretenu avec lui vendredi dernier à Pittsburgh.

 

 

Première publication : 08/05/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Un conseiller homosexuel de l'équipe de Mitt Romney démissionne

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Quel vice-président pour le républicain Mitt Romney ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)