Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

Amériques

Rick Santorum apporte son soutien à son ex-rival Mitt Romney

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/05/2012

Après avoir longtemps été en bonne position dans la course à l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine de novembre, le sénateur de Pennsylvanie, Rick Santorum (photo), a annoncé son ralliement à Mitt Romney.

REUTERS - Rick Santorum a apporté tard lundi soir son soutien à Mitt Romney, qui sera selon toute vraisemblance le candidat du Parti républicain à l’élection présidentielle du 6 novembre aux Etats-Unis.

Dans un communiqué, Santorum, qui a un temps brigué l’investiture républicaine et a durement bataillé contre Romney, admet les divergences qui les opposent tous deux.

Mais, ajoute-t-il, il est ressorti d’une récente rencontre avec Romney impressionné par la "profonde compréhension" de l’ancien gouverneur du Massachusetts sur les questions économiques et familiales, les thèmes de prédilection de Santorum.

"Par dessus tout le reste, nous sommes tous deux convenus que le président Obama devait être battu. Cette tâche ne sera pas aisée. Tout le monde devra mettre la main à la pâte si nous voulons que notre candidat soit victorieux", poursuit-il.

"Le gouverneur Romney sera ce candidat, et il a mon approbation et mon soutien pour remporter cette élection, la plus cruciale de nos existences", ajoute-t-il.

Révélation des primaires républicaines, Rick Santorum a annoncé le 10 avril qu’il se retirait de la course à l’investiture républicaine. Il était alors le dernier adversaire crédible de Mitt Romney.

Selon un sondage Reuters/Ipsos rendu public jeudi dernier, il est avec Marco Rubio l’une des deux personnalités préférées des électeurs républicains pour former un "ticket" avec Mitt Romney et devenir son vice-président s’il est élu à la Maison blanche le 6 novembre.

Le candidat du Parti républicain sera investi lors de la convention nationale du parti, fin août à Tampa, en Floride.

Mitt Romney n’a plus qu’un rival, le libertarien Ron Paul, qui n’a gagné à ce stade aucune consultation organisée dans le cadre des primaires.

Le ralliement de Santorum pourrait l’aider, dans la perspective de la présidentielle, à attirer plus fermement l’électorat le plus conservateur du pays. L’ancien sénateur de Pennsylvanie a en effet mené campagne contre l’avortement et contre les droits des homosexuels.

Santorum, qui a remporté onze consultations avant de se retirer des primaires, a multiplié les attaques contre Romney au cours des débats télévisés ou dans ses spots de campagne et a tardé à se ranger derrière celui qu’il qualifiait de "modéré du Massachusetts".

Mais il explique avoir changé d’avis après s’être entretenu avec lui vendredi dernier à Pittsburgh.

 

 

Première publication : 08/05/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Un conseiller homosexuel de l'équipe de Mitt Romney démissionne

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Quel vice-président pour le républicain Mitt Romney ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)