Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"J'ai toujours su qu'il serait au rendez-vous"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

Afrique

L’abstention, principal enjeu des législatives algériennes

Vidéo par Khalil BECHIR , Eve IRVINE

Texte par Jean-Baptiste MAROT

Dernière modification : 10/05/2012

Pour la première fois depuis le printemps arabe, les Algériens étaient appelés aux urnes ce jeudi pour élire leurs députés. Un scrutin dont les principaux enjeux résident dans le score des partis islamistes et l’ampleur de l’abstention.

 
Quelque 22 millions d’Algériens étaient appelés aux urnes, ce jeudi 10 mai, pour renouveler l’Assemblée populaire nationale (APN), dont le nombre de sièges a été porté de 389 à 462 par rapport aux législatives de 2007. Quarante-quatre partis et près de 25 000 candidats ont participé au scrutin à travers tout le pays. 

Première consultation électorale organisée dans le pays depuis les manifestations qui s’y sont déroulées dans le sillage de la révolution tunisienne, ce scrutin à la proportionnelle à un tour représente une échéance politique majeure pour les autorités. Après avoir multiplié les concessions pour ne pas connaître le même destin que ses homologues de Tunis, du Caire ou de Tripoli, le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, entend en effet se servir de ces législatives pour tester la portée des réformes qu’il a adoptées dans le but d'enrayer la contagion du printemps arabe : autorisation de créer de nouveaux partis, libération de la presse et féminisation de la vie politique, notamment. Et, accessoirement, assurer l'avenir de son clan, à deux ans de la prochaine échéance présidentielle...
 
Objectif : 45 %... de participation
 
Dans un pays où les électeurs ont tourné le dos à la vie politique depuis plus de deux décennies, la transformation de l’essai suppose toutefois qu’un taux de participation significatif soit au rendez-vous. En la matière, Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du Front de libération nationale (FLN, au pouvoir), le parti présidentiel, s’est d’ailleurs fixé un objectif : atteindre le seuil de 45 % de votants, à partir duquel le scrutin sera considéré comme un succès. Pour l’heure, selon les chiffres fournis par le ministère algérien de l’Intérieur, le taux de participation à l’échelle nationale s’élevait à 34,95 % à 17h30 heure locale.
 
Si certaines irrégularités sont rapportées par la presse algérienne au niveau local, José Ignacio Salafranca, le chef de la mission d’observation de l’Union européenne qui a déployé pour la première fois quelque 150 observateurs dans le pays, a indiqué en fin de matinée que, d’une "façon générale", les opérations se déroulent "normalement".  
 
Reste que, dans les rues d’Alger, le désintérêt pour les législatives est patent, si bien que nombre de politologues s’attendent à un taux d’abstention encore supérieur à celui de 2007, où il avait déjà atteint le chiffre de 64 %... En milieu de matinée en effet, les électeurs ne se présentaient qu’au compte-gouttes dans les bureaux de vote. Ainsi, au centre Malek Berrabia, dans le quartier de Bab-el-Oued, les salles de classes où ont été installées les isoloirs étaient quasi-vides. Dans la capitale, beaucoup ne font d’ailleurs pas mystère de leurs intentions. Rue Ali Boumendjel, Faiçal, 26 ans, diplômé en gestion électronique, explique ainsi qu'il n’ira pas voter. "Je n'attends rien de ce scrutin, assure-t-il en sirotant son thé dans un gobelet en plastique à l'ombre d'un arbre, cigarette aux lèvres. Certains doivent y aller parce qu'ils peuvent perdre leur boulot, mais moi, je suis au chômage... Parlons plutôt de François Hollande !", lance-t-il avant de confier qu'il souhaiterait s'exiler au Canada.
 
Face à un pouvoir qu’ils considèrent comme usé, corrompu et incapable de lutter contre le fléau du chômage qui touche plus de 20 % d'entre eux, beaucoup de jeunes comme lui ne voient pas ce qu'un bulletin de vote pourrait changer, en dépit de la promesse faite par les autorités d’organiser des élections transparentes.
 
"L'Histoire ne se répétera pas"
 

Dans ce contexte, les partis islamistes algériens - au nombre de sept - entendent bien tirer leur épingle du jeu en surfant sur la vague créée par les victoires des partis frères au Maroc, en Tunisie et en Égypte. "Les électeurs islamistes participeront au vote. Au cours de la campagne électorale, ils étaient mobilisés. Nos adversaires, qui ont peiné à remplir les salles, vont pâtir de la défection de leurs électeurs", a ainsi affirmé à l’AFP Kamel Mida, le porte-parole du Mouvement de la société pour la paix (MSP), qui compose, avec deux autres formations religieuses, l’alliance L’Algérie verte. Selon lui, cette dernière remportera "au moins 120 sièges" dans la nouvelle Assemblée.
 
Un pronostic auquel beaucoup, toutefois, ne souscrivent pas. "L’Algérie a vécu cette expérience en 1991 et l’Histoire ne se répétera pas", juge ainsi Abdelaziz Belkhadem. "L’ouverture politique a fait éclater le clan des islamistes. Le passage à un système électoral à la proportionnelle intégrale rend par ailleurs peu probable qu’un parti remporte la majorité absolue. De ce fait, l’alliance entre le FLN et le RND [Rassemblement national démocratique ndlr] devrait perdurer, décrypte pour FRANCE 24 le politologue Rachid Grim, rencontré à Alger. Enfin, il faut rappeler qu’en Algérie l’islamisme a déjà été au pouvoir : le MSP, s’il a quitté l’alliance présidentielle en janvier, a conservé ses quatre ministres au gouvernement."
  

 

Première publication : 09/05/2012

  • ALGÉRIE

    "J'ai voté au hasard, je ne connaissais pas un seul nom de candidat…"

    En savoir plus

  • ALGÉRIE - LÉGISLATIVES

    Les électeurs algériens partagés entre résignation et optimisme

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    NessNews, le site qui bouscule le champ médiatique algérien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)