Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leur frontière aérienne avec la Libye

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

Afrique

"J'ai voté au hasard, je ne connaissais pas un seul nom de candidat…"

Vidéo par Kamel Zait , Carlotta RANIERI

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 10/05/2012

Ils sont 800 000 électeurs algériens sur le territoire français à élire leurs députés. Dans le bureau de vote de Versailles, beaucoup reconnaissent avoir "voté à l’aveuglette" en raison de l’absence totale de campagne en France. Reportage.

À Versailles, la salle des Matelots Nationale a été reconvertie en bureau de vote à l’occasion des élections législatives qui se tiennent ce jeudi 10 mai en Algérie. Mercredi après-midi, les votant arrivent au compte-gouttes pour élire leurs députés. Deux femmes proches de la soixantaine et vêtues chacune d’un manteau noir et d’un foulard s’approchent des 23 paquets de bulletins frappés du nom des candidats avant de se regarder interloquées : "Pour qui tu vas voter ?", demande l’une. "Je ne sais pas…", rétorque l’autre en piochant plusieurs bulletins. "Est-ce qu’on doit prendre les 23 dans l’isoloir ?", interroge la première femme un peu perdue. "Un minimum de quatre bulletins", répond un assesseur.

En France, les quelque 800 000 électeurs ont jusqu’au 10 mai pour participer à ce scrutin proportionnel majoritaire à un tour. Dans la moitié nord de la France (zone 1), les 489 545 électeurs ont le choix entre 23 listes, contre 18 listes pour les 311 963 autres électeurs de la zone 2 (moitié sud). Au total, quatre députés seront élus en France pour représenter leurs concitoyens à l'Assemblée populaire nationale (APN) à Alger, forte de 462 sièges. 

"On n'a reçu aucun programme"

Deux électrices, Fatima et Fateha, sont perplexes devant la quantité de candidatures à l'élection législative algérienne. (Crédit : France24/Ségolène Allemandou)

Après avoir glissé leur précieux bulletin dans l'urne, Fatima et Fateha ont apposé leur index gauche trempé dans l'encre bleue sur le registre d'émargement, sous le contrôle d'observateurs qui veillent à la bonne tenue du scrutin. En sortant du bureau de vote, elles reviennent sur leur choix. "Franchement, j’ai voté au hasard. Je ne connaissais pas un seul nom de candidat…", indique la première. "J’ai choisi un jeune car je suis pour le changement. Je souhaiterais que la situation s’améliore pour les jeunes là-bas. Ici, nos enfants ont des emplois mais en Algérie, la jeune génération n’a pas encore trouvé sa place dans la société." En Algérie, 75 % de la population est âgée de moins de 30 ans. Fateha aussi rêve au progrès. "On vote pour faire changer les choses, pour que le coût de la vie baisse, pour améliorer la coopération entre la France et l’Algérie, détaille-t-elle. Les billets d’avion entre les deux pays sont trop chers."

Les deux Algériennes s’érigent contre le manque de communication et d’information concernant ce scrutin. "On n’a reçu aucun programme, aucune information sur les candidats…. ", énumèrent-elles en chœur. Une critique partagée par d’autres électeurs du bureau, à l’instar de Boualem, 67 ans, qui dit avoir "voté à l’aveuglette !" Et de s'exclamer : "J’ai quand même pris soin de choisir un parti avec un nom républicain histoire de faire barrage aux islamistes, mais je ne serai même pas capable de vous donner son nom exact !" Boualem, qui n’a pas de connexion Internet chez lui, reproche aux institutions de ne pas avoir envoyé d’informations par courrier. "Je ne savais même pas où je devais voter ! C’est un ami qui m’a renseigné". Même colère chez Charef, 34 ans, qui pensait recevoir les programmes des partis avant d’entrer dans l’isoloir. "Je n’ai rien reçu !", déplore-t-il.

"Un Hollande en Algérie"

Contacté par téléphone, Ahmed Hachemi, ministre à l’Ambassade d’Algérie, met en avant la responsabilité des partis politiques. "L’administration de l’ambassade et du consulat ont fait leur travail d’information. L’autre part du contrat relève des partis politiques", déclare-t-il. De son côté, Amine, 25 ans, bénévole dans le bureau de vote versaillais regrette également que les partis politiques n’aient pas fait campagne pour toucher les Algériens en France, estimant que les législatives ont plus d’importance que l’élection présidentielle. "C’est l’occasion pour l’opposition d’exister !"

Dans le bureau de vote, beaucoup d’électeurs plaident aussi pour un renouvellement des effectifs à la tête du pays, à l’image de Momo, 37 ans : "Certes, le président Bouteflika a fait des choses bien pour le pays, mais il faut que les vieux laissent leur place. Il nous faut un Hollande en Algérie…"

Première publication : 09/05/2012

  • ALGÉRIE

    L’abstention, principal enjeu des législatives algériennes

    En savoir plus

  • ALGÉRIE - LÉGISLATIVES

    Les électeurs algériens partagés entre résignation et optimisme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)