Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

Santé

Le Truvada, un "outil supplémentaire" pour lutter contre le virus du sida

Vidéo par France 2

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 12/05/2012

Un premier traitement préventif contre le sida, le Truvada, pourrait rapidement arriver sur le marché américain. Une perspective saluée par le professeur Willy Rozenbaum alors que des associations redoutent l'abandon du préservatif.

La lutte contre le sida pourrait connaître un tournant décisif le 15 juin prochain, jour où l’Agence américaine des médicaments (Food and Drug Administration, FDA) devrait autoriser la mise sur le marché du Truvada. Un comité d’experts indépendants a en effet validé, jeudi 10 mai, la commercialisation de cette combinaison de deux anti-rétroviraux, dont l’efficacité a été mise en évidence lors d'un essai clinique mené dans six pays de juillet 2007 à décembre 2009.

Un médicament qui diminue le risque de contamination

Les résulats de cette vaste expérimentation indiquent que le risque de contamination par le VIH est réduit en moyenne de 42 % avec le Truvada. S’il est autorisé par la FDA, le médicament deviendrait le premier traitement préventif contre le sida en s'adressant à la fois aux personnes séronégatives et aux porteurs du VIH.

Interrogé par FRANCE 24, le président du Conseil national du sida, Willy Rozenbaum, se félicite de cette “annonce attendue”, qui valide l’existence “d’un outil supplémentaire dans le panel de moyens qui existe aujourd’hui pour éviter la transmission du virus”. “Les études ont démontré qu’un traitement pris par des personnes non contaminées, en association avec d’autres méthodes de prévention, diminue le risque de contamination”, s’enthousiame celui qui a fait parti de l’équipe ayant identifié le virus du sida au début des années 1980. “Le traitement pourra notamment être utilisé par des personnes porteuses du virus afin d’éviter de le transmettre à autrui et notammment au sein des couples sérodifférents [un individu contaminé, l’autre non ndlr] et chez les femmes enceintes contaminées”, explique-t-il.

Risque d’abandon du préservatif

Mais l’annonce de cette avancée scientifique majeure a pourtant été fraîchement accueillie par plusieurs associations de lutte contre le sida, notamment en France.

Ainsi, loin de se réjouir, le président de l’ASIGP-VIH, (Association de suivi et d'information des gays sur la prévention du VIH), Stéphane Minouflet, qualifie de “catastrophique” une éventuelle mise sur le marché du Truvada. “Après des années de combat pour éduquer la population à se protéger, ce médicament va les pousser à abandonner le préservatif”, déplore-t-il.

Fort de son expérience au sein de la communauté gay de Paris, il estime que de nombreuses personnes sont susceptibles de faire du médicament leur unique moyen de prévention. “Déjà aujourd’hui, les porteurs du VIH sous trithérapie qui se savent peu 'contaminantes' tendent à ne plus mettre de préservatif”, renchérit-il.

Aux États-Unis, des professionnels de santé se sont par ailleurs inquiétés du non-respect de la posologie par les patients. En effet, pour être efficace, le médicament doit être pris quotidiennement. Une occurrence rare, selon ceux qui ont suivi des patients pendant les phases de test.

”Plus il y a d’outils, mieux c’est”

Willy Rozenbaum refuse, lui, d’opposer les traitements à visée préventive aux modes de prévention plus classiques et veut croire que “le préservatif ne perdra pas sa place” avec l’arrivée du Truvada, notamment en raison de la lourdeur du traitement. “Prendre ce médicament ne sera pas une démarche facile, cela nécessite un dépistage au préalable, puis une médicalisation et des prises de sang régulières”, explique-t-il.

S’il a conscience des risques inhérents à l’arrivée sur le marché de ce que certains peuvent considérer comme un “médicament miracle”, il souhaite la poursuite du programme Truvada, au nom du but que se sont fixés les chercheurs spécialisés : la diminution du risque d’être infecté par le VIH. ”Plus il y a d’outils, mieux c’est”, résume-t-il.

Première publication : 11/05/2012

  • JOURNÉE MONDIALE

    La lutte contre le sida se heurte à la crise économique

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Onusida envisage une possible fin de la pandémie de VIH

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Dans un bidonville, la circoncision a permis de limiter la transmission du VIH

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)