Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

  • Liga : Munir El Haddadi, la nouvelle perle du Barça

    En savoir plus

  • Mineurs, lieux publics... l'OMS prend position contre la e-cigarette

    En savoir plus

Asie - pacifique

Hollande désigne Pékin comme "l'adversaire" économique de l'Europe

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/05/2012

Pendant sa campagne, François Hollande s’est positionné par rapport à la Chine, laissant entendre qu'il voulait s’attaquer frontalement à l’hégémonie économique du pays : "Le problème, il est chinois", a-t-il déclaré dans un ouvrage paru jeudi.

Alors que l’attention de la presse et des analystes économiques s’est concentrée, depuis l’élection de François Hollande, sur l’évolution des relations entre l’Allemagne et la France, le président élu semble avoir une autre nation en ligne de mire. Un pays plus éloigné, plus important dans le cadre de l’économie mondiale et qui, selon le président élu, serait "l’adversaire" principal de l’Union européenne : la Chine.

La politique économique et monétaire de Pékin, maintes fois critiquée par les Etats-Unis et l’UE par le passé, sera certainement abordée lors du sommet du G8, aux Etats-Unis, les 18 et 19 mai prochain. Le président François Hollande pourra alors mesurer à quel point la question du rôle de la Chine dans l’économie mondiale est épineuse.

La question de la Chine abordée de front

Durant sa campagne, François Hollande a pourtant choisi de l’aborder frontalement. D’après les propos relatés par le journaliste Eric Dupin dans son livre paru le 10 mai, "La victoire empoisonnée" *, le candidat socialiste n’y va pas par quatre chemins : "La crise européenne doit être l’occasion de remises en cause bien plus profondes", commence-t-il. Et de poursuivre : "Je suis arrivé à un moment où je pense qu'il faut nommer l'adversaire. Je l'avais fait pour la finance. Il faudra le faire pour les Chinois. Le problème, il est chinois. Ils trichent sur tout : sur la monnaie, en matière de recherche."

Des propos qui sonnent comme une condamnation partiale, mais qui sont certifiés conforme par le journaliste : ils ont été tenus lors d’un déjeuner avec le candidat, à micro ouvert, et avec l’accord que le livre serait publié une fois l’élection présidentielle passée, précise Eric Dupin sur le site d'Arrêt sur Images.

S’adressant à la chaîne de télévision shanghaienne SMG durant sa campagne électorale, François Hollande ne cachait pas sa volonté de faire bouger les lignes commerciales entre l’Europe et Pékin : "Nous vivons une situation déséquilibrée. Il y a un déficit commercial au profit de la Chine [pour les quatre premiers mois de l'année 2012, le pays, premier exportateur mondial, a enregistré un excédent de 19,3 milliards de dollars, NDLR], ce qui prouve la qualité des produits chinois et leur compétitivité. Mais cela suppose que l’on puisse en parler. Il faut voir comment rééquilibrer, avoir davantage de réciprocité et des investissements dans les deux sens. Quand on a un excédent commercial, la logique économique veut que la monnaie se réévalue."

La diplomatie asiatique au premier plan

Le futur président français est inconnu à Pékin, où il ne s’est jamais rendu. La Chine fait partie de ses destinations prioritaires, à présent, en dépit d’un premier abord difficile lors de la campagne. En février dernier, Laurent Fabius, ancien Premier ministre missionné par François Hollande, avait cherché à nouer des premiers contacts à Pékin. Mais constatant qu’aucun des hauts dirigeants chinois ne souhaitait le rencontrer, il avait dû écourter sa visite.

Ces réticences ont été oubliées dès le lendemain du scrutin du 6 mai, quand l’ambassadeur chinois à Paris, Kong Quan, a passé une heure au QG du candidat élu, encourageant la France à nouer "des relations fortes" avec la Chine. Signe avant-coureur que Pékin figurera parmi les priorités de François Hollande, ce dernier a choisi un diplomate spécialiste de l'Asie, Paul Jean-Ortiz, comme principal conseiller en affaires internationales. Bilingue (français et mandarin), il est l’un des meilleurs connaisseurs de la civilisation chinoise au Quai d'Orsay et a effectué l'essentiel de sa carrière en Asie.

Reste à convaincre les partenaires européens de tirer dans le même sens que François Hollande. Le président français avoue que ce sera sa première tâche, et pas la moins ardue. "Il faudra ouvrir le conflit en ayant le soutien d'un certain nombre de pays européens. Là aussi, c’est compliqué. Les Allemands ont quand même beaucoup d’intérêts en Chine, d’autres pays moins", déclarait-il lors de son entretien avec Eric Dupin.

Engluée dans une crise de la dette, l’Union européenne est actuellement en position de faiblesse face à la Chine. Pékin propose de venir en aide au Vieux Continent si, en échange, plusieurs enquêtes antidumping et anti-subventions lancées par l’UE sont abandonnées. Des premiers pas ont été accomplis par la Chine, qui a apporté son soutien, verbal pour le moment, au Fonds de soutien européen (FESF). François Hollande s'était fermement opposé, en octobre dernier, à une contribution chinoise : "Il s'agit là d'une dépendance de fait qui traduit un aveu de faiblesse." Il aurait préféré des euro-obligations qui auraient "permis à l'Europe de prendre en main son destin, plutôt que de le confier à d'autres".

* aux Editions du Seuil

Première publication : 12/05/2012

  • FRANCE

    Déficit : malgré les prévisions de Bruxelles, Hollande reste ferme

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande déjà rattrapé par la crise grecque

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)