Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vidéo : Le difficile retour des musulmans de Bangui dans leur quartier de PK5

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

Asie - pacifique

Hollande désigne Pékin comme "l'adversaire" économique de l'Europe

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/05/2012

Pendant sa campagne, François Hollande s’est positionné par rapport à la Chine, laissant entendre qu'il voulait s’attaquer frontalement à l’hégémonie économique du pays : "Le problème, il est chinois", a-t-il déclaré dans un ouvrage paru jeudi.

Alors que l’attention de la presse et des analystes économiques s’est concentrée, depuis l’élection de François Hollande, sur l’évolution des relations entre l’Allemagne et la France, le président élu semble avoir une autre nation en ligne de mire. Un pays plus éloigné, plus important dans le cadre de l’économie mondiale et qui, selon le président élu, serait "l’adversaire" principal de l’Union européenne : la Chine.

La politique économique et monétaire de Pékin, maintes fois critiquée par les Etats-Unis et l’UE par le passé, sera certainement abordée lors du sommet du G8, aux Etats-Unis, les 18 et 19 mai prochain. Le président François Hollande pourra alors mesurer à quel point la question du rôle de la Chine dans l’économie mondiale est épineuse.

La question de la Chine abordée de front

Durant sa campagne, François Hollande a pourtant choisi de l’aborder frontalement. D’après les propos relatés par le journaliste Eric Dupin dans son livre paru le 10 mai, "La victoire empoisonnée" *, le candidat socialiste n’y va pas par quatre chemins : "La crise européenne doit être l’occasion de remises en cause bien plus profondes", commence-t-il. Et de poursuivre : "Je suis arrivé à un moment où je pense qu'il faut nommer l'adversaire. Je l'avais fait pour la finance. Il faudra le faire pour les Chinois. Le problème, il est chinois. Ils trichent sur tout : sur la monnaie, en matière de recherche."

Des propos qui sonnent comme une condamnation partiale, mais qui sont certifiés conforme par le journaliste : ils ont été tenus lors d’un déjeuner avec le candidat, à micro ouvert, et avec l’accord que le livre serait publié une fois l’élection présidentielle passée, précise Eric Dupin sur le site d'Arrêt sur Images.

S’adressant à la chaîne de télévision shanghaienne SMG durant sa campagne électorale, François Hollande ne cachait pas sa volonté de faire bouger les lignes commerciales entre l’Europe et Pékin : "Nous vivons une situation déséquilibrée. Il y a un déficit commercial au profit de la Chine [pour les quatre premiers mois de l'année 2012, le pays, premier exportateur mondial, a enregistré un excédent de 19,3 milliards de dollars, NDLR], ce qui prouve la qualité des produits chinois et leur compétitivité. Mais cela suppose que l’on puisse en parler. Il faut voir comment rééquilibrer, avoir davantage de réciprocité et des investissements dans les deux sens. Quand on a un excédent commercial, la logique économique veut que la monnaie se réévalue."

La diplomatie asiatique au premier plan

Le futur président français est inconnu à Pékin, où il ne s’est jamais rendu. La Chine fait partie de ses destinations prioritaires, à présent, en dépit d’un premier abord difficile lors de la campagne. En février dernier, Laurent Fabius, ancien Premier ministre missionné par François Hollande, avait cherché à nouer des premiers contacts à Pékin. Mais constatant qu’aucun des hauts dirigeants chinois ne souhaitait le rencontrer, il avait dû écourter sa visite.

Ces réticences ont été oubliées dès le lendemain du scrutin du 6 mai, quand l’ambassadeur chinois à Paris, Kong Quan, a passé une heure au QG du candidat élu, encourageant la France à nouer "des relations fortes" avec la Chine. Signe avant-coureur que Pékin figurera parmi les priorités de François Hollande, ce dernier a choisi un diplomate spécialiste de l'Asie, Paul Jean-Ortiz, comme principal conseiller en affaires internationales. Bilingue (français et mandarin), il est l’un des meilleurs connaisseurs de la civilisation chinoise au Quai d'Orsay et a effectué l'essentiel de sa carrière en Asie.

Reste à convaincre les partenaires européens de tirer dans le même sens que François Hollande. Le président français avoue que ce sera sa première tâche, et pas la moins ardue. "Il faudra ouvrir le conflit en ayant le soutien d'un certain nombre de pays européens. Là aussi, c’est compliqué. Les Allemands ont quand même beaucoup d’intérêts en Chine, d’autres pays moins", déclarait-il lors de son entretien avec Eric Dupin.

Engluée dans une crise de la dette, l’Union européenne est actuellement en position de faiblesse face à la Chine. Pékin propose de venir en aide au Vieux Continent si, en échange, plusieurs enquêtes antidumping et anti-subventions lancées par l’UE sont abandonnées. Des premiers pas ont été accomplis par la Chine, qui a apporté son soutien, verbal pour le moment, au Fonds de soutien européen (FESF). François Hollande s'était fermement opposé, en octobre dernier, à une contribution chinoise : "Il s'agit là d'une dépendance de fait qui traduit un aveu de faiblesse." Il aurait préféré des euro-obligations qui auraient "permis à l'Europe de prendre en main son destin, plutôt que de le confier à d'autres".

* aux Editions du Seuil

Première publication : 12/05/2012

  • FRANCE

    Déficit : malgré les prévisions de Bruxelles, Hollande reste ferme

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Hollande déjà rattrapé par la crise grecque

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)