Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

FRANCE

La guérilla des Farc formule des exigences pour la libération du journaliste Roméo Langlois

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/05/2012

Selon un communiqué diffusé dimanche, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) seraient prêtes à libérer le journaliste français Roméo Langlois, capturé le 28 avril, en présence d'un représentant de François Hollande.

AFP - La guérilla marxiste des Farc a proposé de libérer le journaliste français Roméo Langlois, capturé le 28 avril en Colombie, pour le remettre à une délégation humanitaire et un représentant du président français François Hollande, dans un communiqué diffusé dimanche.

Les Forces armées révolutionnaires de Comlobie (Farc) "ont fait part aujourd'hui leur disposition à relâcher le journaliste français Roméo Langlois", dans un message publié par l'agence cubaine Prensa latina et repris sur le compte Twitter de l'agence colombienne Anncol, proche de la guérilla.

Dans ce message signé par sa direction nationale, les Farc proposent de faire appel, outre à un représentant français, au comité international de la Croix-Rouge (CICR), et à ex-sénatrice colombienne Piedad Cordoba, méditatice auprès de la guérilla, au nom de la "sécurité" du journaliste.

"Pour garantir encore plus sa vie et sa sécurité", la guérilla propose de "le remettre dans un lieu sûr à une commission comprenant la Croix-Rouge internationale, l'ex-sénatrice Piedad Cordoba et un représentant personnel du nouveau président français François Hollande", précise le communiqué.

Correspondant de la chaîne France 24, M. Langlois, 35 ans, a été capturé lors d'un combat entre les Farc et une brigade de l'armée qu'il accompagnait pour un reportage sur une opération anti-drogue dans le département de Caqueta, fief de la guérilla dans le sud du pays.

La rébellilon l'avait initalement qualifié de "prisonnier de guerre", au motif qu'il portait un casque et un gilet pare-balles de l'armée, liant sa remise en liberté à l'organisation d'un débat sur l'information en Colombie.

Fondée en 1964, la guérilla des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie), la principale du pays, compte encore 9.200 combattants, repliés dans les régions de montagne et de forêt. Elle s'était engagée en février dernier à renoncer à la pratique des enlèvements contre rançon.

"Appréhender au milieu d'un combat quelqu'un revêtu de l'uniforme de l'ennemi ne remet en rien en cause cet engagement. Seule une vision franchement biaisée pourrait parler d'un otage", a souligné les Farc dans le message publié dimanche.

Première publication : 13/05/2012

  • COLOMBIE

    Roméo Langlois : les Farc revendiquent sa capture dans une vidéo

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    Le correspondant de FRANCE 24 toujours porté disparu en Colombie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)