Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

Amériques

Un "printemps érable" souffle sur les universités québécoises

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 14/05/2012

Au Québec, alors que la contestation estudiantine contre la hausse des frais de scolarité entre dans sa 13e semaine, le mouvement semble avoir désormais dépassé le simple cadre scolaire pour se muer en une crise sociale profonde. Explications.

Le mouvement de contestation étudiant québécois serait-il en passe de devenir l'une des plus importantes crises sociales que la province francophone ait jamais connues ? Depuis treize semaines, quelque 170 000 étudiants-grévistes manifestent, sans relâche, contre la hausse des frais de scolarité (+ 75 % sur cinq ans) décrétée par le gouvernement du Premier ministre Jean Charest. Et depuis treize semaines, les autorités de la province canadienne jouent la fermeté. Si les facultés québécoises sont réputées pour leur politique de modération concernant les coûts de scolarité - par rapport au reste du Canada -, pas question pour le gouvernement de fléchir sur cette réforme jugée "cruciale". "C’est l’avenir du Québec qui se joue", a insisté à plusieurs reprises Jean Charest, qui entend ainsi rivaliser avec les meilleures universités nord-américaines.

Depuis la mi-février donc, c’est une guerre d’usure qui oppose les deux partis. Car les étudiants, non plus, ne comptent rien lâcher, quitte à perdre un semestre et invalider leur année d'études. Tour à tour, les trois principales associations étudiantes (Classé, Feuq, Fecq), fers de lance du mouvement, ont rejeté en bloc les "compromis" proposés par le gouvernement pour désamorcer le conflit : l’étalement de la hausse des frais de scolarité, la proposition d’une "bonification" des bourses étudiantes, la réduction des frais annexes…

Les "mains tendues" de Jean Charest, Premier ministre du Québec

"Un climat de changement social"

En s’enlisant, le conflit s’est peu à peu métamorphosé. Dépassant le simple cadre scolaire, il s’est désormais mué en une crise plus profonde, qui a mis en pleine lumière les craintes de milliers de jeunes de voir disparaître leurs acquis sociaux au profit du "tout libéral". "C’est là leur grande réussite", note Martin Lukacs, journaliste d'opinion au Guardian : "Ils ont fait comprendre que ce conflit dépassait une simple question de comptabilité pour devenir une réfutation d’un programme d’austérité imposé à travers le monde."

Au sein du cercle étudiant, on commence également à prendre la mesure d’un mouvement - désormais qualifié de "printemps érable" par les médias. Les étudiants eux-mêmes se définissent comme la pointe émergée d’un mouvement plus large qui souhaite contrer les inégalités grandissantes de la société. "Après quatre, cinq, six semaines de grève, […] il y a eu un bouillonnement des idées. […] Cela crée un climat de changement social. […]Vous nous donnez un monde qui n’est pas si beau que ça. Laissez-nous au moins l’améliorer en nous laissant faire des études", se défendait récemment Gabriel Nadeau-Dubois, étudiant et membre de la Classé. "Les étudiants se rendent compte que les droits de scolarité, c’est la pointe de l’iceberg néolibéral", affirme de son côté Jérémie Bédard-Wien, l'un des organisateurs de l’association universitaire.

Et la rencontre avec cet "iceberg" a rapidement mené à une radicalisation du mouvement. Loin des manifestations pacifiques du début, les rassemblements des étudiants sont devenus le théâtre d’affrontements violents avec les forces de l’ordre. Jets de pierre, largage de gaz irritants et assauts de la police anti-émeutes sont devenus monnaie courante. De quoi mettre "en péril la paix sociale", s’inquiète Gérald Tremblay, le maire de Montréal, capitale économique de la province. Le conflit est allé "trop loin", selon lui.

"Votre lutte est une lutte de civilisation"

C’est pourtant un mal nécessaire, estime de son côté Jacques Hamel, sociologue à l’université de Montréal, interrogé par l'AFP. "Bourdieu [éminent sociologue français du XXe siècle, ndlr] serait ravi. […] Il vous dirait : 'Votre lutte est une lutte de civilisation pour essayer de sauvegarder les services publics […] qu’on cherche aujourd’hui à ruiner'." Même son de cloche - encore une fois - de la part du journaliste d'opinion du Guardian, qui a clairement choisi son camp dans cette contestation historique. "Toute une génération de Québécois est en train d’apprendre une leçon qui ne s’enseigne pas sur les bancs de l’école : la violence sous-tend toutes les inégalités de la société. Et le pouvoir ne cède jamais sans bataille."

Le pouvoir québécois va-t-il céder face à cette fronde inédite ? Certaines rumeurs pronostiquent la tenue d’élections législatives anticipées comme seule solution possible pour sortir de l’impasse. Une issue qui pourrait avantager Jean Charest, selon Pascale Dufour, politologue à l’Université de Montréal. Il faut dire que, conforté par des sondages qui lui assurent, à hauteur de 58 %, le soutien de la population dans cette période de crise, Jean Charest pourrait se permettre, selon la politologue, de tirer profit de ces tensions en "laissant pourrir complètement la situation". Une façon de dévier l’attention des Québécois vers les problèmes de violences engendrés par les manifestations. Et ainsi régler la question "dans l'arène électorale plutôt que dans la rue."

Le Premier ministre Charest se moque des émeutes à Montréal

Première publication : 13/05/2012

COMMENTAIRE(S)