Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton 1 - Trump 0"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Gabon, retour au calme, mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire en France : Hollande à Calais pour la première fois de son mandat

En savoir plus

LE DÉBAT

Clinton – Trump : un duel décisif ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

Afrique

Le n° 4 de la LRA capturé par l'armée ougandaise en Centrafrique

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/05/2012

Le n° 4 de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) a été fait prisonnier en Centrafrique par l'armée ougandaise. Une réussite pour l'Ouganda, alors que trois chefs de la rébellion sont sous le coups de mandats d'arrêt de la CPI.

AFP - Caesar Acellam, numéro 4 de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), rébellion tristement réputée pour ses enlèvements d'enfants et ses mutilations de civils, a été fait prisonnier en Centrafrique par l'armée ougandaise, a annoncé celle-ci dimanche.

Un journaliste de l'AFP a pu rencontrer le prisonnier dans une base de l'armée ougandaise à Djema en Centrafrique. Celui-ci a confirmé être Caesar Acellam.

"Le général de division, Caesar Acellam, qui a combattu dans la jungle depuis 1984, est désormais entre les mains de l'UPDF" (armée ougandaise), a déclaré, en parlant de lui-même, le prisonnier à quelques journalistes, emmenés sur place par l'armée ougandaise.

Acellam est le quatrième plus haut responsable de la LRA, juste derrière ses trois principaux chefs, Joseph Kony, Okot Odhiambo et Dominic Ongwen, qui sont recherchés par la Cour pénale internationale (CPI).

Le mandat d'arrêt de la CPI vise également un quatrième homme, Vincent Otti, présenté comme le commandant en second et vice-président de la LRA, mais dont tout porte à croire qu'il est mort.

"Il s'agit d'un gros poisson", a estimé le porte-parole de l'armée ougandaise, Felix Kulayigye, qui a précisé qu'il avait été capturé samedi matin près de la frontière centrafricaine avec la République démocratique du Congo (RDC) après un bref échange de tirs avec les soldats ougandais, à l'issue duquel il s'est rendu.

Il était en compagnie seulement d'une Ougandaise, d'une adolescente centrafricaine et d'un bébé. Personne n'a été blessé et tous trois sont entre les mains de l'armée ougandaise.

L'armée ougandaise dirige une force de l'Union africaine (UA) chargée, avec le soutien de forces spéciales américaines, de traquer la LRA et plus particulièrement son chef, Joseph Kony, en Ouganda, en Centrafrique et au Soudan du Sud.

Première publication : 13/05/2012

  • OUGANDA

    53 personnes soupçonnées de préparer un coup d'État inculpées

    En savoir plus

  • INTERNET

    Déferlement de critiques contre la campagne Kony 2012

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)