Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Coup d'état au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Violences au Burkina Faso : vers un nouveau coup d'état ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Inès Boujbel, PDG de Deyma

En savoir plus

POLITIQUE

Drame de Sivens : Placé dénonce "l’absence absolue d’empathie" du gouvernement

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de servir du drame de Sivens

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

Amériques

Une cinquantaine de cadavres mutilés retrouvés au bord d'une route

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/05/2012

Les corps mutilés de quarante-neuf personnes ont été retrouvés dimanche dans des sacs plastique au bord d'une route dans le nord du Mexique, près de la zone métropolitaine de Monterrey. Le massacre a été revendiqué par le groupe criminel des Zetas.

AFP - Quarante-neuf cadavres décapités, mains et pieds sectionnés, ont été trouvés dimanche dans des sacs en plastique au bord d'une route du Nord du Mexique, un massacre revendiqué par le groupe criminel des Zetas, selon un porte-parole de l'Etat du Nuevo Leon.
              
Les corps des victimes, 43 hommes et six femmes, ont été déposés dans un lieu peu fréquenté près de la municu Mexique et caipalité de Cadereyta, à une trentaine de kilomètres à l'est de Monterrey, troisième ville dpitale de l'Etat du Nuevo Leon, a précisé au cours d'une conférence de presse le porte-parole pour les questions de sécurité, Jorge Domene.
              
"Tout indique que les personnes trouvées ce matin ont perdu la vie il y a au moins un ou deux jours. Ce qui laisse supposer qu'elle n'ont pas été assassinées sur les lieux", a-t-il souligné.
              
Selon M. Domene, "cet acte est une nouvelle manifestation de violence entre bandes du crime organisé, ce n'est pas une attaque contre la population civile, il faut le souligner".
              
Pour sa part, le gouvernement fédéral "a condamné avec toute son énergie" ce massacre en l'attribuant à la guerre entre organisations criminelles.
              
Le procureur du Nuevo Leon, Adrian de la Garza, a toutefois souligné que les enquêteurs "n'écartaient aucune hypothèse". Ainsi il a évoqué la possibilité que les victimes soient des immigrants.
              
Selon lui, certaines mutilations, comme celles des mains, ont été faites pour rendre difficile l'identification des victimes, sur lesquelles ont commencé des prélèvements d'ADN.
              
Sur les lieux a été trouvé un message de revendication des Zetas, groupe criminel créé et dirigé par d'anciens militaires d'élite de l'armée mexicaine, particulièrement implanté dans le nord et le nord-est du Mexique.
              
Les autorités avaient été alertés par téléphone dimanche à l'aube et c'est une patrouille militaire qui a découvert les corps, probablement transportés par camion sur les lieux.
              
Cette nouvelle découverte macabre intervient quatre jours après celle de 18 cadavres dans deux automobiles abandonnés sur une route proche de Guadalajara, dans l'ouest du Mexique.
              
Cette tuerie aurait elle-même été le fruit d'une vengeance du cartel des Zetas pour 23 assassinats survenus le 4 mai à Nuevo Laredo, ville frontalière des Etats-Unis, située dans l'Etat du Tamaulipas (nord-est). On avait alors retrouvé neuf corps pendus à un pont et 14 autres décapités.
              
Ces représailles et contre-représailles qui le disputent en horreur interviennent dans le contexte de la lutte sanglante entre les deux principaux groupes de trafiquants de drogue du Mexique, les Zetas, et le cartel de Sinaloa dirigé par Joaquin "El Chapo Guzman", l'hommme le plus recherché au Mexique et aux Etats-Unis.
              
Ces actes se sont multipliés depuis début mai, alors que le Mexique est en pleine campagne électorale pour les élections présidentielle et législatives du 1er juillet.
              
La violence liée au trafic de drogue a fait plus de 50.000 morts au Mexique depuis décembre 2006, date de l'arrivée au pouvoir du président Felipe Calderon qui a déclenché une offensive militaire contre les trafiquants de stupéfiants. On compte parmi ces morts aussi bien des victimes d'affrontements entre cartels, que d'opérations militaires.

Première publication : 14/05/2012

  • MEXIQUE

    Plus de 40 morts dans des affrontements entre détenus dans la région de Monterrey

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Cinq membres des "Zetas" arrêtés pour l'incendie du casino de Monterrey

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    Fusillade sanglante lors d'une tentative d'évasion d'une prison à Ciudad Juarez

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)