Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... : à J-1 du scrutin, le pays inquiet (Partie 1)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Xavier Dolan nous fait trembler !

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Marathon de Boston, un an après

En savoir plus

FOCUS

Les Algériens de France : un vote courtisé

En savoir plus

  • En direct : une élection jouée d'avance en Algérie ?

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : accrochages dans l'Est, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

EUROPE

Ratko Mladic face aux juges du Tribunal pénal international

©

Vidéo par Sandrine GOMES

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/05/2012

Le procès de l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, accusé de de génocides, crimes contre l'humanité et crimes de guerre, s'est ouvert mercredi devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie à La Haye.

AFP - Le procès de l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic, accusé notamment du massacre de Srebrenica en juillet 1995, s'est ouvert mercredi devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY).
              
Ratko Mladic "a pris en main le nettoyage ethnique de la Bosnie", a affirmé Dermot Groome, représentant du bureau du procureur : "il a pleinement participé à une entreprise criminelle qui était en marche".
             
Assis derrière son avocat, à la droite des juges,

l'accusé, âgé de 70 ans, en costume gris foncé et chemise claire, a brièvement applaudi l'entrée des juges dans la salle d'audience à 09H00 (07H00 GMT). Il n'a pas pris la parole, comme l'avait annoncé son avocat.
              
Arrêté le 26 mai 2011 en Serbie après avoir échappé pendant seize ans à la justice internationale, Ratko Mladic est accusé de génocides, crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis par ses troupes lors de la guerre de Bosnie, qui avait fait 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés entre 1992 et 1995.
              
"L'accusation présentera des éléments de preuve qui démontreront au-delà de tout doute raisonnable la main du général Mladic dans chacun de ces crimes", a assuré Dermot Grome.
              
La déclaration liminaire de l'accusation doit durer six heures au total, mercredi et jeudi. Le procès se poursuivra le 29 mai avec l'audition du premier témoin de l'accusation, selon laquelle le procès pourrait durer trois ans.
              
L'ancien général est poursuivi pour les mêmes crimes que son alter ego politique Radovan Karadzic, 66 ans, jugé à La Haye depuis octobre 2009.
              
Les deux hommes ont été des personnages-clés, selon l'accusation, d'une "entreprise criminelle commune" dont le but était de chasser à jamais les musulmans et Croates de Bosnie du territoire revendiqué par les Serbes en Bosnie-Herzégovine.
              
Dermot Groome a décrit comment la "situation était devenue plus volatile" peu de temps avant le début de la guerre de Bosnie, comment "le feu et les peurs de la population ont été ravivés" par la rhétorique de politiciens comme Radovan Karadzic.
              
Le représentant du bureau du procureur a cité le témoignage d'un enfant dont le père et l'oncle ont été tués lors de la guerre de Bosnie.
              
Il a été décidé "de nettoyer ethniquement le territoire, de déplacer les musulmans et non-Serbes de leurs maisons et terres", a déclaré M. Groome, se référant à une carte de la Bosnie-Herzégovine sur laquelle était entourée la région de Srebrenica, à l'est de la Bosnie.
              
Ratko Mladic, qui plaide non coupable et encourt la prison à vie, doit notamment répondre du massacre de Srebrenica en juillet 1995, lors duquel près de 8.000 hommes et garçons musulmans avaient été tués par les forces serbes de Bosnie, le pire massacre en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.
              
Une vingtaine de mères et veuves d'hommes et garçons tués à Srebrenica ont fait le déplacement à La Haye et se sont rassemblées devant le TPIY peu avant le début de l'audience, qualifiant M. Mladic de "boucher" et de "mal incarné".
              
Certaines d'entre elles ont pris place dans la galerie du public pour assister à l'audience.
              
Ratko Mladic est également poursuivi pour son rôle dans le siège de Sarajevo, au cours duquel 10.000 civils avaient été tués, et de la prise en otage de 200 soldats et observateurs de l'ONU en 1995.
              
L'ancien militaire, qui a subi trois attaques cérébrales en 1996, 2008 et février 2011, est à demi-paralysé, du côté droit de son corps, selon son avocat. Il s'était plaint à plusieurs reprises de problèmes de santé lors des audiences de préparation à son procès.
              

 

Première publication : 16/05/2012

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    Le TPIY considère que Ratko Mladic plaide non coupable

    En savoir plus

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    Devant le TPIY, Ratko Mladic estime avoir "défendu son pays"

    En savoir plus

  • SERBIE

    Ratko Mladic, génocidaire méthodique et implacable

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)