Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Le Front al-Nosra revendique l'éxécution d'un soldat libanais

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

asie

Barack Obama lève certaines sanctions contre la Birmanie pour encourager les réformes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/05/2012

Le président américain a décidé d'assouplir sa politique restrictive à l'égard de la Birmanie en levant certaines restrictions aux investissements. Barack Obama refuse néanmoins la levée totale des sanctions.

AFP - Washington a décidé de lever certaines restrictions aux investissements en Birmanie pour encourager les réformes, mais le cadre des sanctions américaines contre le pays reste pour l'instant en place.

"Nous permettrons certains types d'investissement dans les services financiers afin de permettre aux entreprises de faire des affaires en Birmanie", a déclaré jeudi à l'AFP un haut responsable américain, tout en soulignant que Washington continuerait à imposer des sanctions aux personnes liées à l'ancienne junte.

"Il s'agit d'une reconnaissance des progrès (effectués), il s'agit d'une reconnaissance

Barack Obama nomme un ambassadeur en Birmanie pour la première fois depuis 20 ans

Le président des Etats-Unis Barack Obama a nommé un diplomate au poste d'ambassadeur en Birmanie qui, s'il est confirmé par le Sénat, deviendra le premier Américain à occuper ce poste dans ce pays depuis plus de 20 ans, a annoncé jeudi la Maison Blanche.

Le candidat de M. Obama est Derek Mitchell, jusqu'ici émissaire spécial des Etats-Unis pour la Birmanie, pays où les intérêts américains sont actuellement représentés par un chargé d'affaires. (AFP)

Washington avait rappelé son ambassadeur de Birmanie après la répression par la junte militaire d'un soulèvement populaire en faveur de la démocratie en 1988.

 

du fait qu'ouvrir davantage la porte à des échanges économiques entre nos deux pays est important pour soutenir les réformateurs", a ajouté ce responsable sous couvert de l'anonymat.

Plus tôt jeudi, le président Barack Obama avait annoncé avoir reconduit pour au moins un an le cadre juridique des sanctions contre la Birmanie en soulignant que les réformes engagées étaient encore à l'état "embryonnaire".

"Le gouvernement birman a fait des progrès dans de nombreux domaines, dont la libération de centaines de prisonniers politiques, le fait de discuter de cessez-le-feu avec plusieurs groupes ethniques armés ainsi qu'avec le principal groupe d'opposition en faveur de la démocratie", a noté M. Obama.

"Les Etats-Unis s'engagent à soutenir les efforts de réforme entrepris par la Birmanie, mais la situation en Birmanie continue à représenter une menace inhabituelle et extraordinaire à la sécurité nationale et à la politique étrangère des Etats-Unis", a ajouté M. Obama, employant l'expression consacrée pour justifier la situation "d'urgence nationale", cadre juridique préalable aux sanctions.

"La Birmanie a effectué des avancées importantes, mais l'ouverture politique est embryonnaire, et nous continuons à être inquiets, notamment au sujet des prisonniers politiques qui subsistent, des conflits en cours, et de graves violations des droits de l'homme" vis-à-vis de certaines ethnies, a encore précisé le président.

Selon le responsable précité, les Etats-Unis souhaitent maintenir le cadre général de ces sanctions pour encourager les réformes, et pouvoir agir rapidement en cas de "rétropédalage" du gouvernement birman.

Mercredi, l'opposante birmane Aung San Suu Kyi s'était dite prête à accepter une suspension des sanctions contre son pays mais avait averti que les changements politiques et les signes d'ouverture du régime n'étaient pas "irréversibles". Elle avait conseillé "d'agir avec précaution" et mis en garde contre un excès d'optimisme.

Lundi, le sénateur John McCain avait souhaité que les Etats-Unis gèlent temporairement la plupart des sanctions imposées à la Birmanie comme certains pays l'ont déjà fait et comme d'autres envisagent de le faire.

Le gouvernement qui a succédé à la junte en mars 2011 mais demeure contrôlé par les militaires a multiplié les signes d'ouverture et permis des progrès en matière de droits de l'homme et de démocratie.

L'un des signes de cette ouverture a été l'élection au parlement de Mme Suu Kyi, qui avait été placée de longues années en résidence surveillée.

 

Première publication : 17/05/2012

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi entre au Parlement et endosse son premier mandat électoral

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Ban Ki-moon rencontre le président birman Thein Sein

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    L'Union européenne suspend temporairement des sanctions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)