Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Croissance : l'Insee prévoit embellie en 2015

En savoir plus

DÉBAT

Rapprochement États-Unis - Cuba : la fin du castrisme ?

En savoir plus

DÉBAT

Russie : Poutine sous pression en pleine crise du rouble

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

asie

Barack Obama lève certaines sanctions contre la Birmanie pour encourager les réformes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/05/2012

Le président américain a décidé d'assouplir sa politique restrictive à l'égard de la Birmanie en levant certaines restrictions aux investissements. Barack Obama refuse néanmoins la levée totale des sanctions.

AFP - Washington a décidé de lever certaines restrictions aux investissements en Birmanie pour encourager les réformes, mais le cadre des sanctions américaines contre le pays reste pour l'instant en place.

"Nous permettrons certains types d'investissement dans les services financiers afin de permettre aux entreprises de faire des affaires en Birmanie", a déclaré jeudi à l'AFP un haut responsable américain, tout en soulignant que Washington continuerait à imposer des sanctions aux personnes liées à l'ancienne junte.

"Il s'agit d'une reconnaissance des progrès (effectués), il s'agit d'une reconnaissance

Barack Obama nomme un ambassadeur en Birmanie pour la première fois depuis 20 ans

Le président des Etats-Unis Barack Obama a nommé un diplomate au poste d'ambassadeur en Birmanie qui, s'il est confirmé par le Sénat, deviendra le premier Américain à occuper ce poste dans ce pays depuis plus de 20 ans, a annoncé jeudi la Maison Blanche.

Le candidat de M. Obama est Derek Mitchell, jusqu'ici émissaire spécial des Etats-Unis pour la Birmanie, pays où les intérêts américains sont actuellement représentés par un chargé d'affaires. (AFP)

Washington avait rappelé son ambassadeur de Birmanie après la répression par la junte militaire d'un soulèvement populaire en faveur de la démocratie en 1988.

 

du fait qu'ouvrir davantage la porte à des échanges économiques entre nos deux pays est important pour soutenir les réformateurs", a ajouté ce responsable sous couvert de l'anonymat.

Plus tôt jeudi, le président Barack Obama avait annoncé avoir reconduit pour au moins un an le cadre juridique des sanctions contre la Birmanie en soulignant que les réformes engagées étaient encore à l'état "embryonnaire".

"Le gouvernement birman a fait des progrès dans de nombreux domaines, dont la libération de centaines de prisonniers politiques, le fait de discuter de cessez-le-feu avec plusieurs groupes ethniques armés ainsi qu'avec le principal groupe d'opposition en faveur de la démocratie", a noté M. Obama.

"Les Etats-Unis s'engagent à soutenir les efforts de réforme entrepris par la Birmanie, mais la situation en Birmanie continue à représenter une menace inhabituelle et extraordinaire à la sécurité nationale et à la politique étrangère des Etats-Unis", a ajouté M. Obama, employant l'expression consacrée pour justifier la situation "d'urgence nationale", cadre juridique préalable aux sanctions.

"La Birmanie a effectué des avancées importantes, mais l'ouverture politique est embryonnaire, et nous continuons à être inquiets, notamment au sujet des prisonniers politiques qui subsistent, des conflits en cours, et de graves violations des droits de l'homme" vis-à-vis de certaines ethnies, a encore précisé le président.

Selon le responsable précité, les Etats-Unis souhaitent maintenir le cadre général de ces sanctions pour encourager les réformes, et pouvoir agir rapidement en cas de "rétropédalage" du gouvernement birman.

Mercredi, l'opposante birmane Aung San Suu Kyi s'était dite prête à accepter une suspension des sanctions contre son pays mais avait averti que les changements politiques et les signes d'ouverture du régime n'étaient pas "irréversibles". Elle avait conseillé "d'agir avec précaution" et mis en garde contre un excès d'optimisme.

Lundi, le sénateur John McCain avait souhaité que les Etats-Unis gèlent temporairement la plupart des sanctions imposées à la Birmanie comme certains pays l'ont déjà fait et comme d'autres envisagent de le faire.

Le gouvernement qui a succédé à la junte en mars 2011 mais demeure contrôlé par les militaires a multiplié les signes d'ouverture et permis des progrès en matière de droits de l'homme et de démocratie.

L'un des signes de cette ouverture a été l'élection au parlement de Mme Suu Kyi, qui avait été placée de longues années en résidence surveillée.

 

Première publication : 17/05/2012

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi entre au Parlement et endosse son premier mandat électoral

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Ban Ki-moon rencontre le président birman Thein Sein

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    L'Union européenne suspend temporairement des sanctions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)