Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Des mercenaires russes en Centrafrique"

En savoir plus

L’invité du jour

Jacky Moiffo : "Ils ont vendu mon frère", migrant du Cameroun

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Emmanuel Macron aux États-Unis : une visite pour renforcer les liens économiques

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce que nous achetons bon marché peut coûter très cher à d'autres"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : nouvelle journée de mobilisation à Antananarivo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : tensions à la frontière franco-italienne

En savoir plus

LE DÉBAT

Rencontre Macron-Trump aux États-Unis : entre complicité et désaccords

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Uberisation : naissance de l’entreprise 2.0

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Naïssam Jalal et le trio Amzik, nouveaux visages des musiques orientales

En savoir plus

SPORT

Sans bras, ni jambes, Philippe Croizon franchit la première étape de son tour du monde à la nage

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/05/2012

"Ç’a été très dur" a confessé Philippe Croizon, le nageur amputé de ses quatre membres. Le Français a gagné l'Asie depuis l'Océanie à la nage. Il signe la première étape d'un tour du monde de l'extrême en traversant les eaux des cinq continents.

AFP - Le Français Philippe Croizon, amputé des quatre membres, est passé jeudi de l'Océanie à l'Asie, après une vingtaine de km de nage, première étape d'un tour du monde de l'extrême qui doit lui faire relier par les eaux les cinq continents.

Auteur en septembre 2010 de la traversée de la Manche, Croizon, 43 ans, a quitté l'Océanie jeudi tôt dans la matinée depuis le village de pêcheurs de Wutung, en Papouasie-Nouvelle Guinée.

Après un peu plus de sept heures et demi de nage et une vingtaine de kilomètres de trajet, il est arrivé dans le hameau de Pasar Skow, en Indonésie, situé sur le continent asiatique.

"C'a été très, très dur", a raconté à l'AFP le nageur de l'extrême, sur la plage de sable volcanique de Pasar Skow où une centaine de villageois sont venus l'accueillir, certains en tenue tribale papoue. "Nous avons mis une heure et demie de plus car on a dû nager à contre-courant. Ca nous a pris 07 heures, 35 minutes et 35 secondes", a-t-il expliqué tentant de reprendre son souffle sous les cocotiers.

"On a nagé lentement car nous n'avons pas pu faire de repérage auparavant", a souligné le sportif. L'équipe n'a en effet reçu l'autorisation des autorités indonésiennes que tard mercredi soir, ce qui l'a empêchée de faire un voyage de reconnaissance.

"Ca n'a pas été une partie de plaisir", a renchéri le documentariste Robert Iséni, qui suivait les nageurs en zodiac. "Ils ont eu des vents contraires au début puis de forts courants. Mais ils n'ont pas fait de rencontres fortuites, avec des méduses ou des requins", a-t-il ajouté.

 

Première publication : 17/05/2012

  • NATATION

    Laure Manaudou guidera l'équipe de France aux JO de Londres

    En savoir plus

  • NATATION

    James Magnussen, nouveau "Missile" des bassins australiens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)