Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

#ActuElles

Le vin a-t-il un sexe ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : la francophonie à la traîne !

En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

EUROPE

Le président du Conseil d'État nommé chef du gouvernement provisoire

Vidéo par Aurore DUPUIS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/05/2012

Après l'échec des négociations pour former un gouvernement de coalition, le président du Conseil d’État grec Panagiotis Pikrammenos a été chargé de former un gouvernement provisoire jusqu'aux nouvelles élections législatives, fixées au 17 juin.

REUTERS - La Grèce a chargé mercredi le président du Conseil d’Etat de mener un gouvernement provisoire jusqu’aux nouvelles élections législatives prévues le 17 juin, après l’échec des tractations en vue de former un gouvernement de coalition.

Alexis Tsipras accuse Merkel de jouer "avec la vie des gens"

Les dirigeants européens "et spécialement Mme Merkel doivent arrêter de jouer au poker avec les vies des gens", a lancé le chef du parti de gauche radicale Syriza à l'intention, entre autres, de la chancelière allemande Angela Merkel, dans une interview à la BBC.         

Alexis Tsipras souligne dans cet entretien au site internet de la BBC que "la maladie de l'austérité détruit la Grèce, et va s'étendre au reste de l'Europe".
        
Les banques tirent avantage de la crise au détriment de milliers d'Européens, en Espagne, en Italie aussi bien qu'en Grèce, abandonnés à la pauvreté et aux difficultés, a-t-il expliqué.
           
"C'est pour cela que les dirigeants européens et spécialement Mme Merkel doivent arrêter de jouer au poker avec les vies des gens", a-t-il ajouté.

Après avoir rencontré le président Karolos Papoulias, les dirigeants de plusieurs partis représentés au parlement ont nommé comme chef provisoire du gouvernement Panagiotis Pikrammenos, qui préside le Conseil d’Etat grec.

Les législatives du 6 mai n’ont pas permis de faire émerger une majorité stable et le chef de l’Etat, dont les pouvoirs sont limités, a été contraint d’en appeler à de nouvelles élections.

Le principal parti de droite, Nouvelle Démocratie (ND), avait obtenu 108 des 300 sièges à pourvoir à la Vouli, le Parlement grec, devant la Coalition de la gauche radicale (Syriza), 52 élus, et le Pasok (socialiste), 41 députés.

Selon un sondage, la gauche radicale consoliderait sa percée et pourrait même devenir le plus important groupe parlementaire à la faveur des élections de juin. L’enquête de l’institut VPRC entre le 10 et le 14 mai montre que Syriza passerait de près de 17% lors des élections du 6 mai à plus de 20% des suffrages.

Cette nouvelle poussée se traduit par un net repli de ND, chutant de 19% à 14% des intentions de vote, et du Pasok qui passerait de 13% à moins de 11%.

Inquiétudes européennes 

Les deux partis ont exprimé leur soutien au plan de sauvetage européen de la Grèce en échange d’une nouvelle série de mesures de rigueur. En revanche, Syriza a affiché son opposition aux demandes d’austérité formulées par l’Union européenne et le Fonds monétaire international.

Le parti dit être en mesure de faire annuler le plan de sauvetage tout en maintenant le pays dans la zone euro, mais plusieurs dirigeants européens ont prévenu qu’une transgression des accords conclus avec la Grèce la conduirait à la faillite et à un retrait de la zone euro.

« Il est important que le peuple grec prenne maintenant une décision en étant pleinement informé des conséquences de celle-ci », a déclaré mercredi le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

L’Allemagne a de son côté affirmé qu’elle souhaitait que la Grèce se stabilise et demeure au sein de la zone euro. « C’est le but de notre politique depuis le début », a dit Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière Angela Merkel.

Au Royaume-Uni, le Premier ministre, David Cameron, a estimé que la zone euro devait agir vite pour éviter une éventuelle dissolution. « Elle doit prendre des mesures pour sécuriser les membres les plus faibles », a t-il déclaré au Parlement britannique. « Soit elle se réconcilie, soit elle va vers une possible désagrégation. C’est le choix qu’elle doit faire et c’est un choix qui ne peut être différé longtemps. »

Retraites bancaires

Depuis le début de la semaine, les Grecs ont procédé à des retraits massifs face à l’hypothèse de plus en plus ouvertement évoquée d’un retrait de la zone euro et de la dévaluation rapide d’une nouvelle drachme.

D’après la transcription de discussions que le président Karolos Papoulias a eues mardi avec les chefs de file des partis politiques grecs, 700 millions d’euros ont été retirés aux guichets pour la seule journée précédente, lundi. 

« M. (George) Provopoulos (gouverneur de la banque centrale grecque-NDLR) m’a dit qu’il ne s’agissait pas de panique, mais d’une grande peur qui pourrait évoluer en panique », a dit le président grec à ses interlocuteurs.

Les retraits se sont poursuivis au même rythme mardi, et ont dans l’ensemble confirmé les estimations données par le président, selon des sources provenant de deux banques grecques.

Un cadre du secteur bancaire a cependant précisé qu’il n’y a pas eu de signes d’une panique équivalente à celle qui avait éclaté en avril 2010. Huit milliards d’euros avaient été retirés, juste avant le premier plan de sauvetage de la Grèce.  

Selon des chiffres de la banque centrale, les dépôts des entreprises et des ménages grecs atteignaient 165 milliards d’euros fin mars. 

Depuis janvier 2010, un tiers des dépôts bancaires, soit 72 milliards d’euros, ont été retirés, ce que les analystes expliquent par une fuite des capitaux et par le fait que les Grecs confrontés à la crise ont dû entamer leurs économies.

Première publication : 17/05/2012

  • GRÈCE

    Les Grecs se rendront de nouveau aux urnes le 17 juin

    En savoir plus

  • EXCLUSIF - FRANCE 24

    Christine Lagarde évoque une "sortie ordonnée" de la Grèce de la zone euro

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Syriza, le poil à gratter des créanciers de la Grèce

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)