Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

FRANCE

Échec des négociations entre le PS et le Front de gauche

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/05/2012

Les négociations entre le PS-les Verts et le Front de gauche sur les circonscriptions où le Front national fait peser un risque d'élimination de la gauche au premier tour des législatives de juin ont échoué. Ce que regrette Martine Aubry.

AFP - La première secrétaire du PS, Martine Aubry, a réagi vendredi à l'absence d'accord entre son parti et le Front de gauche, "une responsabilité qui dépend d'eux, que nous respectons, que nous regrettons".

"Aucun accord national n'a été trouvé" avec le PS et EELV pour les législatives sur les circonscriptions où il y a un risque d'élimination de la gauche à l'issue du premier tour à cause du Front national, avait un peu plus tôt affirmé Lydie Benoît, responsable élections du PCF.

A l'issue d'un entretien de deux heures avec le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, Mme Aubry a confirmé vendredi qu'il n'y avait "pas d'accord avec le Front de gauche, parce qu'il y a des désaccords au sein du Front de gauche" (PCF et Parti de gauche).

Selon elle, "le travail a été mené avec le Parti communiste dans de très bonnes conditions, un très bon climat".

"C'est une responsabilité qui dépend d'eux, que nous respectons, que nous regrettons, mais le travail a été fait dans de bonnes conditions", a-t-elle précisé à la presse.

Mme Aubry a toutefois estimé que cette absence d'accord ne devrait pas faire perdre de circonscriptions à la gauche, puisque les discussions portaient sur des zones où elle ne partait pas favorite mais où il s'agissait d'éviter son élimination dès le premier tour.

Première publication : 18/05/2012

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Rachida Dati renonce à se présenter contre François Fillon à Paris

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    L’UMP veut afficher son unité jusqu’aux législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)