Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

FRANCE

Les membres du gouvernement signent une charte de déontologie

©

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 20/05/2012

Jeudi, lors du premier conseil des ministres de l'ère Hollande, les membres du gouvernement ont signé une charte de déontologie. Objectif : prévenir les conflits d’intérêt et améliorer l’information des citoyens sur l’action gouvernementale.

Jeudi après-midi, dès le début de leur premier conseil des ministres, les membres du gouvernement Ayrault se sont vu distribuer une "charte de déontologie". Un règlement intérieur de la présidence "normale" qu’ils ont été tenus de signer dans la foulée.

Ce texte de deux pages a été rédigé par l’équipe de Laurent Fabius chargée de préparer la première année de gouvernement, puis revu par le président, François Hollande, et le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Il apparaît comme une réponse directe aux nombreuses polémiques qui ont émaillé le mandat précédent.

Des ministres tenus d’être irréprochables

Les membres du gouvernement, tenus d’être "à l’écoute des citoyens", doivent se consacrer à plein temps à l’exercice de leurs fonctions ministérielles. De ce fait, ils doivent "renoncer aux mandats exécutifs locaux". Ils sont par ailleurs tenus de se prémunir de "tout soupçon d’intérêt privé" et devront donc signer une déclaration d'intérêts rendue publique lors de leur entrée en fonction et "confier la gestion de leur patrimoine mobilier à un intermédiaire agréé". Les cadeaux d'ordre non-privés d’une valeur supérieure à 150 euros devront être remis au service France Domaine. En outre, toute invitation d’un membre du gouvernement pour un séjour privé émanant d’un autre État, de personnes ou d’entreprises en relation directe avec son ministère doit être classée sans suite. Allusion à l’affaire Alliot-Marie, ex-ministre des Affaires étrangères, invitée à passer des vacances en Tunisie par un homme d'affaires proche du clan de Ben Ali, le leader tunisien d'alors.

L’exemplarité comme ligne de conduite

"Seules les dépenses directement liées à l'exercice des fonctions sont prises en charge par l'État", précise même la charte. Les ministres "disposant d'un logement de fonction déclarent l'avantage en nature correspondant". Par ailleurs, ceux disposant de logements sociaux devront les quitter. Le Premier ministre a ainsi annoncé vendredi matin sur France Inter que la nouvelle ministre déléguée à la Justice, Delphine Batho, devra trouver rapidement un nouvel appartement.

Pour leurs déplacements, les membres du gouvernement devront préférer le train si la durée de transport n’excède pas trois heures. Engagement qu’avait déjà pris François Hollande pendant sa campagne. Quand cela est possible, finies les lourdes escortes motocyclistes lors des déplacements en voiture. Ils devront désormais se faire "dans la discrétion et le respect des règles du code de la route". Allusion là encore à un événement de l'équipe de Nicolas Sarkozy : l’escorte de la ministre Nadine Morano avait, en janvier dernier, renversé un piéton. Là encore, ce n’est pas la première fois qu’une nouvelle équipe prend cet engagement. Ces bonnes intentions n'ont pas résisté au rythme infernal des journées de ministre.

Collégialité et solidarité gouvernementale

Oubliées aussi les divisions de ces dix dernières années au sein du Parti socialiste. La bonne entente - de façade du moins - devra être de mise. Concrètement, si "l’expression des points de vue, la confrontation des idées en toute confiance sont nécessaires", une fois la décision prise le "principe de solidarité" sera de mise pour prévenir "le scepticisme des citoyens à l’égard de la crédibilité de l’action politique". Cela dit, la "solidarité gouvernementale" est une règle à peu près aussi vieille que la République. Elle résiste en général mal à l'exercice du pouvoir...

Transparence et accessibilité des données de l'administration

La France poursuit son évolution vers un système équivalent au "Freedom of information act" en vigueur aux États-Unis - une charte prévoyant la possibilité, pour tout citoyen, de demander à consulter les données récoltées par l'administration publique - mais elle en reste encore assez loin. Les décisions gouvernementales devront donc être prises en concertation avec l’ensemble des partenaires institutionnels traditionnels. Mais François Hollande veut aller plus loin. Sans évoquer le concept de "démocratie participative" porté par Ségolène Royal, la charte déontologique appelle au développement de la "consultation du public en utilisant les possibilités offertes par l’internet". Ce qui était jusqu'à présent l’exception en ce qui concerne les projets gouvernementaux, devrait donc devenir la règle. La charte consacre aussi l’open data, appelant à "la mise à disposition gratuite et commode sur internet d’un grand nombre de données publiques". La mission EtaLab, entamée sous Nicolas Sarkozy et François Fillon, devrait donc se poursuivre et même s'accentuer sous François Hollande et Jean-Marc Ayrault.

Première publication : 18/05/2012

  • FRANCE

    La réduction du salaire des ministres et du président adoptée en Conseil des ministres

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le nouveau gouvernement français en chiffres

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les principaux conseillers de François Hollande à l’Élysée

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)