Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Ajax Amsterdam - PSG en direct

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

EUROPE

Un mort et huit blessés dans l'explosion d'une bombe à Brindisi

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/05/2012

Une bombe a explosé samedi matin devant un lycée à Brindisi, ville du sud de l'Italie, tuant au moins un élève et en blessant huit autres, rapporte un responsable de la protection civile. L'attentat n'a pas encore été revendiqué.

AFP - Une bombe a explosé samedi devant un lycée de Brindisi (sud-est de l'Italie), tuant une élève de 16 ans et en blessant huit autres, un attentat sans explications immédiates, les médias faisant toutefois le rapprochement avec le 20e anniversaire de l'assassinat du juge anti-mafia Giovanni Falcone.

Une jeune fille, qui avait 16 ans selon la presse, "n'a pas survécu" et "deux autres élèves sont dans un état critique" dont une autre adolescente qui est "entre la vie et la mort et est en train d'être opérée", a déclaré le conseiller régional Fabiano Amati à la chaîne télévisée en continu Sky TG24.

Les huit blessés souffrent de brûlures à divers degrés, selon les médias qui citent des sources sanitaires. Les médecins seraient assez optimistes pour l'état de la jeune fille qui a été opérée, dont la soeur a aussi été blessée, selon le site internet du journal Repubblica.

L'explosion s'est produite vers 7H45 (5H45 GMT) à l'heure où les élèves entraient dans l'enceinte du lycée professionnel Francesca Morvillo Falcone, du nom de l'épouse du célèbre juge anti-mafia, Giovanni Falcone. En Italie, les lycéens ont généralement cours le samedi matin.

La bombe était composée de bonbonnes de gaz reliées entre elles, cachées dans des sacs à dos et avait été placée près d'un muret du lycée, selon les premiers éléments donnés par les forces de l'ordre aux médias.

Les carabiniers et la police ont établi rapidement un périmètre de sécurité autour du lycée et des artificiers étaient sur place. L'attentat n'a fait l'objet d'aucune revendication dans l'immédiat.

Les télévisions montraient des dégâts matériels plutôt limités: le mur du lycée noirci par la fumée de la déflagration, des objets épars appartenant aux élèves de ce lycée pour jeunes filles mais pas de trou dans la chaussée ni d'autres dommages apparents.

L'attentat pourrait être imputé au crime organisé
"Les premiers à secourir les blessés ont été un enseignant, un surveillant et un agent technique. Ils ont parlé d'une forte explosion qui a projeté à terre plusieurs élèves", a indiqué à Repubblica Valeria Vitale, directrice administrative de l'institut Morvillo Falcone. "Les élèves sont sous le choc, le proviseur est tout de suite parti pour l'hôpital", a-t-elle ajouté.

Aucune évacuation massive n'a été décrétée mais les élèves des autres lycées de la ville ont immédiatement quitté leurs établissements, accompagnés par leurs parents venus les chercher.

Des médias ont fait le rapprochement avec le 20e anniversaire de l'attentat du 23 mai 1992 qui tua Falcone ainsi que sa femme et leurs trois gardes du corps. La mafia sicilienne avait fait exploser au passage de leur voiture 500 kg de dynamite enterrée sous l'autoroute entre l'aéroport de Palerme et le centre ville.

Interrogé par l'agence Ansa, le maire Mimmo Consales a estimé qu'il y avait "trop de coïncidences dans cette affaire", dans une allusion à l'anniversaire et au fait qu'une "caravane de la légalité" devait passer samedi près de Brindisi pour le commémorer.

La direction départementale anti-mafia a dépêché sur place le procureur de Lecce et une réunion était en cours samedi matin à Brindisi.

Mais les enquêteurs n'ont pas confirmé ce qui reste seulement une hypothèse, certains médias évoquant l'action d'un déséquilibré ou d'une vengeance.

Le président italien Giorgio Napolitano, informé par la ministre de l'Intérieur, Annamaria Cancellieri, a dit suivre les événements "avec appréhension et a exprimé sa proximité envers les familles de la victime, des blessés et de toute la population de la région".

Le président de la région des Pouilles (sud) Nichi Vendola s'est rendu sur les lieux de l'explosion et le ministre de l'Education nationale Francesco Profumo était attendu dans la journée.

 

Première publication : 19/05/2012

  • ITALIE

    Attentat de Brindisi : le procureur écarte la piste mafieuse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)