Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Afrique

Les députés approuvent une loi prévoyant l'amnistie des putschistes

Vidéo par Hélène RENAUX

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/05/2012

Vendredi, l'Assemblée nationale malienne a approuvé à l'unanimité un projet de loi visant à écarter toute poursuite judiciaire contre les auteurs du coup d'État du 22 mars contre le régime d'Amadou Toumani Touré.

AFP - L'Assemblée nationale malienne a approuvé vendredi un projet de loi prévoyant l'amnistie des auteurs du coup d'Etat du 22 mars contre le régime d'Amadou Toumani Touré (ATT), a constaté un journaliste de l'AFP.

Le texte a été adopté par 122 députés présents à l'Assemblée nationale: tous ont voté pour lors du débat en plénière. Pour entrer en vigueur comme loi, il doit être promulgué par le chef de l'Etat, fonctions qu'occupe par intérim Dioncounda Traoré depuis le 12 avril.

Selon un document de l'Assemblée dont l'AFP a obtenu copie, l'amnistie concerne les faits commis "entre la période allant du 21 mars, date du début de la mutinerie" de militaires ayant débouché, le 22 mars, sur le renversement d'ATT, jusqu'"au 12 avril 2012, date de la prestation de serment du Président de la République" par intérim.

Les infractions amnistiées sont notamment "mutinerie, atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat, atteinte à la sûreté extérieure de l'Etat, destructions d'édifices, opposition à l'autorité légitime, violences et voies de fait, homicide volontaire, involontaire, pillage, atteintes aux biens publics".

"Le projet de loi portant amnistie des faits survenus lors de la mutinerie ayant abouti à la démission du Président de la République" (ATT) - intitulé exact de ce texte adopté - concerne non seulement les auteurs de la mutinerie et du putsch, mais aussi les "personnes (leur) ayant apporté un concours", selon un amendement adopté par les députés.

Dans le texte initial, l'amnistie visait les "officiers, sous-officiers, hommes de rang et toutes autres personnes (...) ayant pris part à quelque titre que ce soit" à la mutinerie et au coup d'Etat.

Aucune indication n'était immédiatement disponible sur le nombre de personnes susceptible d'être concernées par cette mesure.

Le putsch à Bamako a précipité la crise dans le nord du Mali, où divers groupes armés, rebelles touareg et islamistes notamment, menaient une offensive contre l'armée et plusieurs localités depuis mi-janvier.

Cette vaste zone en majorité désertique, regroupant trois régions administratives - Kidal (nord-est), Gao (nord-est) et Tombouctou (nord-ouest) - est tombée sous le contrôle des assaillants en trois jours, entre les 30 mars et 1er avril, au terme d'une progression-éclair qui a coupé le pays en deux.

L'amnistie votée par les députés est prévue par un accord-cadre signé le 6 avril par les putschistes et la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) pour un retour à l'ordre constitutionnel au Mali.

Elle est un des "textes législatifs d'accompagnement du processus de transition" envisagés, avec une "loi portant indemnisation des victimes de la guerre" dans le Nord "et des victimes de la guerre et du mouvement insurrectionnel du 22 mars" (coup d'Etat), une loi portant prorogation du mandat des députés jusqu'à la fin de la transition et une loi portant création d'un Comité militaire pour suivre une réforme des forces de défense et de sécurité du pays.

Ce vote se tient alors que l'impasse politique est totale au Mali: les putschistes gardent une forte influence à Bamako et, bien qu'ayant accepté de rendre le pouvoir à des civils, s'opposent au maintien du président par intérim Dioncounda Traoré au-delà de 40 jours, soit le 22 mai.

Cette semaine, le chef des putschistes, le capitaine Amadou Haya Sanogo, a réclamé l'organisation urgente d'une "convention nationale" pour choisir le président de transition jusqu'à l'organisation prévue d'ici à un an d'un nouveau chef de l'Etat. Mercredi soir à Abidjan, Dioncounda Traoré a estimé que ce n'était "pas une solution" pour sortir de la crise.

Première publication : 19/05/2012

  • AFRIQUE DE L'OUEST

    La Cédéao en quête de succès diplomatique au Mali et en Guinée-Bissau

    En savoir plus

  • MALI

    La peur s’est installée dans le nord du Mali, selon Amnesty International

    En savoir plus

  • MALI

    Selon des sources sécuritaires, Aqmi occupe une position dominante dans le nord du Mali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)