Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

La Suède : un modèle pour tous ? (partie 2)

En savoir plus

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes françaises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il neige en hiver"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Disparition du vol AirAsia : un coup dur pour la compagnie low-cost

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Afghanistan : treize ans d'échecs"

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

FRANCE

Deux morts et dix-huit blessés après une sortie de route lors d'un rallye

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/05/2012

Le 14e rallye régional des Maures a été endeuillé ce samedi par un accident mortel. Une voiture de course a foncé sur la foule, tuant au moins deux personnes et faisant dix-huit blessés graves, dont des enfants.

AFP - Un rallye automobile a viré au drame samedi après-midi à Plan-de-la-Tour (Var) quand un pilote a semble-t-il commis une erreur de parcours et foncé dans la foule, faisant deux morts et 18 blessés, dont cinq très graves, selon le dernier bilan.

Un spectateur de 20 ans et un commissaire de course âgé de 50 ans, originaire de Nice, selon le parquet, ont été fauchés, aux environs de 16H30, par une Golf orange au premier jour du 14e rallye régional des Maures, qui a été immédiatement interrompu.

Parmi les 18 personnes blessées, cinq se trouvent en "urgence absolue", avec un pronostic vital engagé: il s'agit notamment de deux mineurs de 12 et 17 ans. Un autre garçon de neuf ans a été blessé, mais moins gravement.

"Le bilan risque de s'aggraver", a prévenu le sous-préfet de Draguignan, Stanislas Cazelles, lors d'une conférence de presse à la mairie de la commune.

"Le rallye avait obtenu un avis favorable", a-t-il souligné, ajoutant que "vu la gravité de la situation, la deuxième journée était annulée".

D'après les premiers éléments de l'enquête, confiée à la brigade de recherches de Saint-Tropez et aux gendarmes de Sainte-Maxime, il semble que le pilote ait commis une faute de conduite en se trompant dans le parcours.

Arrivé à un carrefour où il aurait dû tourner à droite, il a continué sa course, se déportant vers la gauche et percutant de plein fouet le commissaire de course et les spectateurs placés derrière les rubans de sécurité. Certains ont même été projetés à plusieurs mètres dans un champ de vignes.

"La priorité est de rechercher les causes de cet accident", a relevé le substitut du procureur, Julien Ficara. Le conducteur du véhicule, sous le choc, a été placé en garde à vue, mais cette mesure judiciaire a ensuite été levée à l'hôpital, les médecins la jugeant incompatible avec son état de santé. Le co-pilote devait également être entendu.

Sur place, la voiture numéro 63, sérieusement endommagée, se trouvait encore en fin d'après-midi en travers de la chaussée, au milieu de débris, sur les hauteurs de ce village situé au nord du golfe de Saint-Tropez, a constaté un journaliste de l'AFP. L'émotion était palpable, notamment parmi les concurrents de l'épreuve, dont certains en pleurs.

Les enquêteurs ont recueilli les photos et films amateurs des spectateurs pour déterminer plus précisément les circonstances du drame, alors que des analyses d'alcoolémie et de toxicologie étaient en cours.

Les sapeurs-pompiers du Var ont mobilisé d'importants moyens de secours: 80 hommes, une vingtaine d'ambulances et quatre hélicoptères pour évacuer les blessés vers les hôpitaux de la région.

La ministre des Sports, Valérie Fourneyron, a estimé dans un communiqué que cet accident posait "la question grave de la sécurisation du public lors des manifestations automobiles". "Avec le ministre de l'Intérieur, nous allons nous attacher au plus vite à rencontrer les acteurs concernés, afin de prendre rapidement toutes les dispositions qui s'imposent", a-t-elle annoncé.

Le député et président PS de la Région Paca Michel Vauzelle a fait part de sa "profonde émotion", rappelant que "la sécurité du public (devait) être une priorité absolue".

Plusieurs accidents mortels se sont produits récemment lors de rallyes automobiles. Le 28 avril, un spectateur de 65 ans, qui se trouvait dans une zone interdite au public, avait été fauché par une voiture à Pompidou, lors du 43e rallye national de Lozère. Le 12 novembre, un jeune homme de 19 ans avait été mortellement blessé au Rallye de la Vallée de l'Ognon, en Haute-Saône.

 

Première publication : 19/05/2012

COMMENTAIRE(S)