Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Economie

Pour le chef du parti socialiste grec, Lagarde a "insulté" les Grecs

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/05/2012

Les propos de la directrice du Fonds monétaire international, qui a appelé les Grecs à prendre leur destin en main en "payant leurs impôts", ont choqué la Grèce et notamment Evangélos Vénizélos, le chef du parti socialiste.

AFP - Le chef du parti socialiste grec Evangélos Vénizélos a estimé que la directrice du Fonds monétaire international Christine Lagarde avait "insulté" les Grecs en leur demandant de payer leurs impôts, rapporte dimanche la télévision grecque.

"Personne ne peut humilier le peuple grec pendant la crise, et je m'adresse en particulier à Mme Lagarde (...), qui avec son expression a insulté les Grecs", a-t-il déclaré tard samedi soir.

"Je l'appelle à revoir et à repenser ce qu'elle a voulu dire", a ajouté M. Vénizélos, dont le parti a mis en oeuvre le programme d'austérité dicté par le FMI, l'UE et la BCE en échange de leur soutien financier.

Dans un entretien publié samedi par le quotidien britannique the Guardian, la directrice du FMI juge que les Grecs devraient "commencer par s'entraider collectivement" en payant leurs impôts, se disant moins préoccupée par leur sort que par celui des enfants d'Afrique.

"Je pense que les Grecs devraient commencer par s'entraider collectivement", en "payant tous leurs impôts", a-t-elle expliqué, faisant allusion aux problèmes d'évasion fiscale que connaît la Grèce.

Samedi soir, devant le tollé provoqué par ses propos qui ont suscité plus de 7.500 commentaires sur sa page Facebook, Mme Lagarde a publié un message de conciliation adressé à ce pays.

"Je suis très compatissante envers les Grecs et les défis qu'ils relèvent. C'est pourquoi le FMI soutient la Grèce dans son effort pour surmonter la crise en cours", a-t-elle écrit.


"Une part importante de cet effort est que tout le monde devrait porter équitablement sa part du fardeau, en particulier les plus privilégiés et en particulier en payant leurs impôts", ajoute la dirigeante du FMI.

La politique d'austérité suivie en Grèce sous la pression des bailleurs de fonds internationaux, dont le FMI, a été massivement désavouée aux élections législatives du 6 mai par les électeurs.

Le Pasok, qui a accepté les mesures d'austérité pour éviter la faillite financière de ce pays, a payé le prix fort, se trouvant balayé dans les urnes et relégué à la 3e place, derrière la Nouvelle Démocratie (conservateurs) et le parti de la gauche radicale Syriza qui rejette l'austérité.

Pour les nouvelles législatives du 17 juin, le Pasok resterait troisième, selon les derniers sondages.

La Grèce se voit imposer depuis deux ans un programme d'assainissement de son économie marqué notamment par une baisse draconienne des dépenses publiques et critiqué par la gauche radicale qui y voit une "expérimentation" de l'Europe libérale.


Ce pays a également accepté de mettre en place des réformes structurelles de sa fonction publique, du système de collecte des impôts, pour s'attaquer à la corruption ou à l'évasion fiscale.

Première publication : 27/05/2012

  • ZONE EURO

    Christine Lagarde exhorte les Grecs à payer leurs impôts

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Le FMI exclut de travailler avec le gouvernement provisoire grec

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Les Grecs se rendront de nouveau aux urnes le 17 juin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)