Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • La Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

Economie

Pour le chef du parti socialiste grec, Lagarde a "insulté" les Grecs

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/05/2012

Les propos de la directrice du Fonds monétaire international, qui a appelé les Grecs à prendre leur destin en main en "payant leurs impôts", ont choqué la Grèce et notamment Evangélos Vénizélos, le chef du parti socialiste.

AFP - Le chef du parti socialiste grec Evangélos Vénizélos a estimé que la directrice du Fonds monétaire international Christine Lagarde avait "insulté" les Grecs en leur demandant de payer leurs impôts, rapporte dimanche la télévision grecque.

"Personne ne peut humilier le peuple grec pendant la crise, et je m'adresse en particulier à Mme Lagarde (...), qui avec son expression a insulté les Grecs", a-t-il déclaré tard samedi soir.

"Je l'appelle à revoir et à repenser ce qu'elle a voulu dire", a ajouté M. Vénizélos, dont le parti a mis en oeuvre le programme d'austérité dicté par le FMI, l'UE et la BCE en échange de leur soutien financier.

Dans un entretien publié samedi par le quotidien britannique the Guardian, la directrice du FMI juge que les Grecs devraient "commencer par s'entraider collectivement" en payant leurs impôts, se disant moins préoccupée par leur sort que par celui des enfants d'Afrique.

"Je pense que les Grecs devraient commencer par s'entraider collectivement", en "payant tous leurs impôts", a-t-elle expliqué, faisant allusion aux problèmes d'évasion fiscale que connaît la Grèce.

Samedi soir, devant le tollé provoqué par ses propos qui ont suscité plus de 7.500 commentaires sur sa page Facebook, Mme Lagarde a publié un message de conciliation adressé à ce pays.

"Je suis très compatissante envers les Grecs et les défis qu'ils relèvent. C'est pourquoi le FMI soutient la Grèce dans son effort pour surmonter la crise en cours", a-t-elle écrit.


"Une part importante de cet effort est que tout le monde devrait porter équitablement sa part du fardeau, en particulier les plus privilégiés et en particulier en payant leurs impôts", ajoute la dirigeante du FMI.

La politique d'austérité suivie en Grèce sous la pression des bailleurs de fonds internationaux, dont le FMI, a été massivement désavouée aux élections législatives du 6 mai par les électeurs.

Le Pasok, qui a accepté les mesures d'austérité pour éviter la faillite financière de ce pays, a payé le prix fort, se trouvant balayé dans les urnes et relégué à la 3e place, derrière la Nouvelle Démocratie (conservateurs) et le parti de la gauche radicale Syriza qui rejette l'austérité.

Pour les nouvelles législatives du 17 juin, le Pasok resterait troisième, selon les derniers sondages.

La Grèce se voit imposer depuis deux ans un programme d'assainissement de son économie marqué notamment par une baisse draconienne des dépenses publiques et critiqué par la gauche radicale qui y voit une "expérimentation" de l'Europe libérale.


Ce pays a également accepté de mettre en place des réformes structurelles de sa fonction publique, du système de collecte des impôts, pour s'attaquer à la corruption ou à l'évasion fiscale.

Première publication : 27/05/2012

  • ZONE EURO

    Christine Lagarde exhorte les Grecs à payer leurs impôts

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Le FMI exclut de travailler avec le gouvernement provisoire grec

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Les Grecs se rendront de nouveau aux urnes le 17 juin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)