Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Economie

Pour le chef du parti socialiste grec, Lagarde a "insulté" les Grecs

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/05/2012

Les propos de la directrice du Fonds monétaire international, qui a appelé les Grecs à prendre leur destin en main en "payant leurs impôts", ont choqué la Grèce et notamment Evangélos Vénizélos, le chef du parti socialiste.

AFP - Le chef du parti socialiste grec Evangélos Vénizélos a estimé que la directrice du Fonds monétaire international Christine Lagarde avait "insulté" les Grecs en leur demandant de payer leurs impôts, rapporte dimanche la télévision grecque.

"Personne ne peut humilier le peuple grec pendant la crise, et je m'adresse en particulier à Mme Lagarde (...), qui avec son expression a insulté les Grecs", a-t-il déclaré tard samedi soir.

"Je l'appelle à revoir et à repenser ce qu'elle a voulu dire", a ajouté M. Vénizélos, dont le parti a mis en oeuvre le programme d'austérité dicté par le FMI, l'UE et la BCE en échange de leur soutien financier.

Dans un entretien publié samedi par le quotidien britannique the Guardian, la directrice du FMI juge que les Grecs devraient "commencer par s'entraider collectivement" en payant leurs impôts, se disant moins préoccupée par leur sort que par celui des enfants d'Afrique.

"Je pense que les Grecs devraient commencer par s'entraider collectivement", en "payant tous leurs impôts", a-t-elle expliqué, faisant allusion aux problèmes d'évasion fiscale que connaît la Grèce.

Samedi soir, devant le tollé provoqué par ses propos qui ont suscité plus de 7.500 commentaires sur sa page Facebook, Mme Lagarde a publié un message de conciliation adressé à ce pays.

"Je suis très compatissante envers les Grecs et les défis qu'ils relèvent. C'est pourquoi le FMI soutient la Grèce dans son effort pour surmonter la crise en cours", a-t-elle écrit.


"Une part importante de cet effort est que tout le monde devrait porter équitablement sa part du fardeau, en particulier les plus privilégiés et en particulier en payant leurs impôts", ajoute la dirigeante du FMI.

La politique d'austérité suivie en Grèce sous la pression des bailleurs de fonds internationaux, dont le FMI, a été massivement désavouée aux élections législatives du 6 mai par les électeurs.

Le Pasok, qui a accepté les mesures d'austérité pour éviter la faillite financière de ce pays, a payé le prix fort, se trouvant balayé dans les urnes et relégué à la 3e place, derrière la Nouvelle Démocratie (conservateurs) et le parti de la gauche radicale Syriza qui rejette l'austérité.

Pour les nouvelles législatives du 17 juin, le Pasok resterait troisième, selon les derniers sondages.

La Grèce se voit imposer depuis deux ans un programme d'assainissement de son économie marqué notamment par une baisse draconienne des dépenses publiques et critiqué par la gauche radicale qui y voit une "expérimentation" de l'Europe libérale.


Ce pays a également accepté de mettre en place des réformes structurelles de sa fonction publique, du système de collecte des impôts, pour s'attaquer à la corruption ou à l'évasion fiscale.

Première publication : 27/05/2012

  • ZONE EURO

    Christine Lagarde exhorte les Grecs à payer leurs impôts

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Le FMI exclut de travailler avec le gouvernement provisoire grec

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Les Grecs se rendront de nouveau aux urnes le 17 juin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)