Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Amériques

L'épineux dossier afghan au programme du sommet de l'Otan

Vidéo par Julie ALBET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/05/2012

Dans la foulée du sommet du G8 à Camp David, François Hollande se rend ce dimanche à Chicago au sommet de l'Otan, où il tentera de convaincre l'Alliance du bien-fondé d'un retrait anticipé des troupes françaises d'Afghanistan.

Le président américain Barack Obama accueille, ce dimanche à Chicago, une cinquantaine de chefs d'État étrangers pour déterminer une stratégie pour sortir du conflit en Afghanistan.

Les discussions s'annoncent bien compliquées, le dossier afghan restant la principale pierre d’achoppement entre Washington et Paris. Le président français devrait répéter, sans surprise, son intention de retirer les troupes combattantes d’ici à la fin 2012 - soit deux ans avant la date fixée par ses alliés de la Force internationale d'assistance et de sécurité (Isaf), qui soutient Kaboul face à la rébellion des Taliban.

Le retrait des troupes en Afghanistan au coeur des discussions


Ce retrait anticipé, qui avait déjà été amorcé par Nicolas Sarkozy après la mort de plusieurs soldats mi-janvier, passe mal auprès des Américains. Sans viser particulièrement la France, les États-Unis avaient rappelé aux 28 pays de l’Otan leur engagement à maintenir leurs troupes jusqu’à la fin 2014 : "Washington a peur de l’effet boule de neige que ce retrait pourrait engendrer sur les troupes des autres partenaires de l’Alliance", analyse Stanislas de Saint-Hippolyte, correspondant de FRANCE 24 à Washington.

Une "alliance importante et durable"

Malgré des divergences patentes, les deux présidents semblent ouverts à la discussion. Leur entourage diplomatique n’affiche aucune inquiétude quant à cette rencontre, mettant en avant la volonté de poursuivre le partenariat transatlantique. Au soir du 6 mai, le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, affichait sa confiance : "Le président Obama et le président élu François Hollande ont tous les deux rappelé l’alliance importante et durable entre Américains et Français."

François Hollande a d’ailleurs assoupli sa position sur l’Afghanistan, précisant que seules les troupes combattantes se retireraient, et que, pour des questions logistiques, le retrait matériel prendrait du temps. Il a enfin assuré que l’opération se ferait "en bonne intelligence avec nos alliés." Pour sa part, "le président américain n’a aucun intérêt à s’opposer à François Hollande sur ce sujet", estime Pascal Boniface, directeur de l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris). "La France reste un allié nécessaire sur de nombreux autres dossiers, ajoute-t-il. D’autant que la guerre en Afghanistan est perdue depuis longtemps et que les troupes vont être amenées à se retirer petit à petit."

Entamé en novembre 2001, le conflit afghan est de plus en plus mal perçu par les opinions publiques occidentales, en raison des victimes qu'il engendre mais également de son coût - les États-Unis dépensent environ 120 milliards de dollars (82 milliards d'euros) par an pour financer cette guerre. 

Les forces afghanes prêtes à prendre le relai ?

Première publication : 20/05/2012

  • DIPLOMATIE

    Le retrait d'Afghanistan au menu du sommet de l'Otan à Chicago

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le retrait des troupes françaises d'Afghanistan, un dossier délicat pour Hollande

    En savoir plus

  • FRANCE

    Laurent Fabius, l’ancien adversaire de Hollande, au Quai d’Orsay

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)