Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Amériques

L'épineux dossier afghan au programme du sommet de l'Otan

Vidéo par Julie ALBET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/05/2012

Dans la foulée du sommet du G8 à Camp David, François Hollande se rend ce dimanche à Chicago au sommet de l'Otan, où il tentera de convaincre l'Alliance du bien-fondé d'un retrait anticipé des troupes françaises d'Afghanistan.

Le président américain Barack Obama accueille, ce dimanche à Chicago, une cinquantaine de chefs d'État étrangers pour déterminer une stratégie pour sortir du conflit en Afghanistan.

Les discussions s'annoncent bien compliquées, le dossier afghan restant la principale pierre d’achoppement entre Washington et Paris. Le président français devrait répéter, sans surprise, son intention de retirer les troupes combattantes d’ici à la fin 2012 - soit deux ans avant la date fixée par ses alliés de la Force internationale d'assistance et de sécurité (Isaf), qui soutient Kaboul face à la rébellion des Taliban.

Le retrait des troupes en Afghanistan au coeur des discussions


Ce retrait anticipé, qui avait déjà été amorcé par Nicolas Sarkozy après la mort de plusieurs soldats mi-janvier, passe mal auprès des Américains. Sans viser particulièrement la France, les États-Unis avaient rappelé aux 28 pays de l’Otan leur engagement à maintenir leurs troupes jusqu’à la fin 2014 : "Washington a peur de l’effet boule de neige que ce retrait pourrait engendrer sur les troupes des autres partenaires de l’Alliance", analyse Stanislas de Saint-Hippolyte, correspondant de FRANCE 24 à Washington.

Une "alliance importante et durable"

Malgré des divergences patentes, les deux présidents semblent ouverts à la discussion. Leur entourage diplomatique n’affiche aucune inquiétude quant à cette rencontre, mettant en avant la volonté de poursuivre le partenariat transatlantique. Au soir du 6 mai, le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, affichait sa confiance : "Le président Obama et le président élu François Hollande ont tous les deux rappelé l’alliance importante et durable entre Américains et Français."

François Hollande a d’ailleurs assoupli sa position sur l’Afghanistan, précisant que seules les troupes combattantes se retireraient, et que, pour des questions logistiques, le retrait matériel prendrait du temps. Il a enfin assuré que l’opération se ferait "en bonne intelligence avec nos alliés." Pour sa part, "le président américain n’a aucun intérêt à s’opposer à François Hollande sur ce sujet", estime Pascal Boniface, directeur de l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris). "La France reste un allié nécessaire sur de nombreux autres dossiers, ajoute-t-il. D’autant que la guerre en Afghanistan est perdue depuis longtemps et que les troupes vont être amenées à se retirer petit à petit."

Entamé en novembre 2001, le conflit afghan est de plus en plus mal perçu par les opinions publiques occidentales, en raison des victimes qu'il engendre mais également de son coût - les États-Unis dépensent environ 120 milliards de dollars (82 milliards d'euros) par an pour financer cette guerre. 

Les forces afghanes prêtes à prendre le relai ?

Première publication : 20/05/2012

  • DIPLOMATIE

    Le retrait d'Afghanistan au menu du sommet de l'Otan à Chicago

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le retrait des troupes françaises d'Afghanistan, un dossier délicat pour Hollande

    En savoir plus

  • FRANCE

    Laurent Fabius, l’ancien adversaire de Hollande, au Quai d’Orsay

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)