Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

EUROPE

Au moins six morts après un séisme au nord de Bologne

Vidéo par Sonia LOGRE-GREZZI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/05/2012

Au moins six personnes ont été tuées à la suite d'un séisme de magnitude 5,9 survenu dans la nuit de samedi à dimanche, près de Bologne, dans la région de Modène et Ferrare (centre-nord de l'Italie). Des dizaines d'autres personnes ont été blessées.

AFP - Au moins six personnes sont mortes et des dizaines d'autres ont été blessées après un fort séisme qui a frappé dans la nuit de samedi à dimanche la célèbre région de Ferrare (nord-est de l'Italie), au patrimoine classé, détruisant hangars, maisons et clochers.

Parmi les victimes figurent quatre ouvriers qui travaillaient de nuit dans des usines. Un Marocain de 29 ans a été tué par la chute d'une poutrelle lors de l'écroulement d'un hangar d'une fabrique de polystyrène expansé à Ponte Rodoni di Bondeno. Deux autres ouvriers italiens ont succombé dans une usine de céramique à Sant-Agostino, quand le toit est tombé sur eux.

L'un des deux, Nicola Cavicchi, 35 ans, "voulait aller à la mer mais avec les prévisions météos mauvaises, il avait décidé d'aller travailler, pour remplacer un collègue malade", ont raconté ses parents en larmes.

Le corps d'un quatrième ouvrier a été retrouvé dans la matinée sous les décombres d'une fonderie dans un autre village de la zone.

Deux femmes sont décédées après avoir été prises de malaise à la suite du déclenchement du séisme : une Allemande de 37 ans qui était en déplacement de travail, près de Bologne et une femme de plus de cent ans.

En revanche, une petite fille de 5 ans restée emprisonnée sous les ruines de sa maison à Finale Emilia a été sauvée par les pompiers grâce à un échange téléphonique par delà l'Atlantique.

"Mon fils, à New-York était sur internet quand il a vu la nouvelle du tremblement de terre. Il nous a tout de suite appelés. Et c'est d'Amérique qu'il a réussi à alerter les secours que nous n'arrivions pas à joindre", a raconté à l'Ansa Adriano Ziosi, 64 anni, décorateur à la retraite.

"La fillette est restée calme, alors qu'elle était recouverte d'un mètre et demi de décombres. Son papa s'est démenée comme un lion pour lui libérer le visage et la faire respirer. La protection civile a fait le reste", a raconté un voisin, Andrea Giovanardi, 50 ans, qui a participé aux premiers secours.

Une cinquantaine de personnes ont été blessées dans la région de Ferrare et de Modène, zone de l'épicentre, mais aucune ne serait gravement atteinte.

Le séisme, de magnitude révisée à 6 (5,9 dans un premier temps), a été enregistré par l'institut national de géophysique à 04H04 (02H04 GMT). Il est survenu à 5,1 km de profondeur. Son épicentre a été localisé à Finale Emilia, à 36 km au nord de Bologne.

La forte secousse sismique a duré une vingtaine de secondes interminables. Elle a été ressentie dans tout le nord-est de la péninsule, de l'Emilie-Romagne à la Vénétie -une famille de touristes colombiens a raconté à l'AFP avoir été prise de panique à Venise-, et même plus légèrement en Lombardie, dans le Frioul ou en Toscane.

Elle avait été précédée d'une première, qui n'avait pas causé de dommages, et suivie de deux autres, moins fortes. Selon des experts, cette atténuation des secousses laisse présager que le pire est passé.

"Nous avons eu très peur, tout le village est descendu dans la rue après la première secousse, après la deuxième, beaucoup ont trouvé refuge dans leur voiture mais heureusement, les dégâts sont plutôt limités et concernent surtout les églises", a indiqué à l'agence Ansa, Umberto Mazza, le maire de Ostiglia, près de Mantoue.

Dans une manifestation de confiance visant à rassurer les citoyens, les bureaux électoraux se sont ouverts comme prévu pour le deuxième tour des élections municipales à Piacenza, Parme, Budrio et Comacchio.

Autre signe de normalisation: les principales liaisons ferroviaires ont repris.

Dans la zone la plus touchée, se succèdent maisons à demi écroulées, amoncellements de gravats sur les routes, corniches d'églises ou de tours détachées.

Les images de télévision montrent des milliers d'habitants descendus de nuit dans les rues de villes comme Bologne, parfois encore en pyjamas et recouverts de couverture, mais gardant le calme.

Sous l'impact de ce séisme, qui est équivalent dans son intensité à celui de L'Aquila en 2009, plusieurs joyaux architecturaux de villages proches de Ferrare ont été endommagés.

Des dégâts importants sont ainsi survenus dans la petite ville de San Felice, où une église s'est écroulée. De nombreux monuments historiques, dont l'hôtel de ville, y ont été endommagés, leurs murs lézardés.

Dans la région de Bologne, la partie supérieure d'une tour du château de Galeazza s'est détachée.

Plusieurs hôpitaux ont été évacués par mesure de sécurité, dans la crainte de nouvelles secousses.

Selon Enzo Boschi, sismologue très connu en Italie, "il n'est pas vrai qu'il n'y a pas de séisme dans la plaine du Pô". "Ferrare en a subi un très important au quinzième siècle dont on peut encore voir les traces", a-t-il rappelé.

"L'Italie est un pays hautement sismique. Ce que nous savons avec précision est que 5,9 de magnitude ou 6 est le maximum qui s'est produit dans ces zones par le passé", a-t-il dit.

L'Italie est encore traumatisée par le séisme de l'Aquila, dans les Abruzzes, plus au sud de la péninsule, qui avait causé la mort de 309 personnes et privé 80.000 de leurs logements.

 

Première publication : 20/05/2012

COMMENTAIRE(S)