Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

FRANCE

Les avocats de DSK dénoncent un acharnement des médias et de la justice

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/05/2012

Après l'ouverture d'une enquête préliminaire pour "viol en réunion" dans l'affaire du Carlton de Lille, les avocats français de Dominique Strauss-Kahn accusent la justice et les médias de s'acharner contre ce dernier pour obtenir sa perte.

AFP - Les avocats français de Dominique Strauss-Kahn ont accusé lundi justice et médias d'être "mus par une volonté acharnée conduisant à la perte d'un homme", après l'ouverture à Lille d'une enquête préliminaire pour viols en réunion dans le cadre de l'affaire du Carlton.
           

Henri Leclerc, avocat de Dominique Strauss-Kahn

"Dans cette affaire, on assiste incrédule et scandalisé, à un pas de deux entre les médias et la justice, sans que l'on distingue lequel des deux entraîne l'autre, mais tous deux indubitablement mus par une volonté acharnée conduisant à la perte d'un homme", selon un communiqué conjoint de Mes Frédérique Baulieu, Richard Malka et Henri Leclerc.
              
A l'issue de l'enquête préliminaire, destinée à vérifier la véracité des faits allégués, le parquet peut décider de classer sans suite, de citer directement devant un tribunal les personnes mises en cause, ou de confier une information judiciaire à un ou des juges d'instruction. Il n'est tenu à aucun délai pour prendre sa décision.
              
Les faits sur lesquels va enquêter la police judiciaire lilloise se seraient déroulés à Washington en décembre 2010, lors d'une soirée dans la capitale américaine à laquelle participait notamment l'ancien patron du FMI.
              
Les témoignages de deux prostituées belges sont à l'origine de cette enquête. L'une d'entre elles - qui n'a toutefois pas porté plainte - avait expliqué en décembre aux policiers belges avoir subi lors d'une soirée, le 16 décembre 2010, certains actes sexuels de manière non consentie.
              
"Cette enquête établira que Dominique Strauss-Kahn n'a jamais commis des faits de violence ni eu quelque relation que ce soit sans le consentement de ses partenaires", ont assuré dans leur communiqué les avocats de DSK.
              
Ils ont également insisté sur le fait que le parquet n'avait pas décidé de désigner un juge d'instruction dans le cadre d'une information judiciaire: "Sur des faits portés à sa connaissance par les juges conformément à la procédure, le parquet a décidé que les éléments ne permettaient pas de saisir un juge. Il a donc ouvert une enquête préliminaire confiée à la police".

 

Première publication : 21/05/2012

  • FRANCE

    Affaire du Carlton de Lille : DSK pourrait être poursuivi pour viol en réunion

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire DSK : le procès au civil pourrait se tenir fin février

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire du Carlton : les avocats de DSK dénoncent un dossier "vide et surfait"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)