Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Ajax Amsterdam - PSG en direct

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

Economie

Les banques espagnoles dans un état critique

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 21/05/2012

Le secteur bancaire espagnol inquiète de plus en plus les dirigeants européens, qui considèrent ce dernier comme le prochain talon d’Achille de la zone euro. Pourtant, Madrid assure pouvoir faire face à la situation sans aide extérieure.

L"'Espagne n’a besoin d’aucun type d’aide extérieure” pour sauver son secteur bancaire. Si Luis de Guindos, ministre espagnol de l’Économie, a ressenti la nécessité, lundi 21 mai, de souligner la capacité de son pays à surmonter seul ses difficultés, c’est que de plus en plus de monde s’inquiète de ce nouveau grand corps malade européen.

L’agence de notation Moody’s a jeté, jeudi 17 mai, un grand froid en dégradant la note de 16 établissements bancaires espagnols. François Hollande, le nouveau président français, avait appelé, dès le lendemain, à l'activation d'un “mécanisme de solidarité européenne” pour assainir les comptes des banques espagnoles. Enfin, Bruxelles a exhorté Madrid à lancer au plus vite un audit de son secteur financier et le Premier ministre, Mariano Rajoy, a mandaté, en fin de semaine, des “experts indépendants” à cette fin.

Toujours plus de créances douteuses

Le secteur bancaire espagnol semble, en effet, être entré dans une phase critique de son existence. “À l’heure actuelle, 60 % des créances immobilières détenues par les banques sont douteuses”, résume pour FRANCE 24 Pascal de Lima, économiste spécialiste du secteur bancaire et enseignant à Sciences-Po Paris. Ce sont donc plus de 180 milliards d’euros - prêtés durant les années d’euphorie immobilière (2000-2007) - dont les établissements financiers espagnols risquent de ne jamais revoir la couleur.

La faute à l’explosion de la bulle immobilière en Espagne en 2007. “Depuis lors les prix de la pierre baissent et la récession dans laquelle le pays s’enfonce aggrave encore la situation”, explique Danielle Schweisguth, spécialiste de l’Espagne à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). En 2012, la quatrième économie européenne devrait voir son PIB chuter de près de 2 % (1,7 % d’après les dernières projections du gouvernement publié ce lundi). Une contraction qui risque d'"augmenter encore le nombre de ménages en difficulté qui ne peuvent plus payer leur crédit immobilier”, craint Pascal de Lima.

Les banques risquent donc de devoir augmenter encore leurs provisions pour faire face à d’éventuels impayés. “Tout cet argent que les banques espagnoles mettent de côté, elles ne le prêtent pas aux entreprises et aux ménages, ce qui fragilise davantage encore l’économie”, souligne Pascal de Lima qui estime que l’Espagne est entrée dans un cercle vicieux dont il est difficile de sortir.

Cartouche de la dernière chance

La marge de manœuvre pour sauver le soldat bancaire est très mince. Les principales fusions dans le secteur ont déjà eu lieu, et ce depuis 2007 “celà n’a visiblement pas suffi à le rendre solide”, note Pascal de Lima. Par ailleurs, Si le gouvernement a nationalisé, il y a deux semaines, Bankia, “Madrid n’a pas les ressources nécessaires pour nationaliser toutes les banques en difficulté”, remarque le spécialiste.

Reste la perspective d’un soutien financier international comme celui dont bénéficient la Grèce, l’Irlande et le Portugal. Un tel plan - qui pourrait atteindre 300 milliards d’euros - risque cependant de vider les caisses du Mécanisme européen de stabilité financière. Or, la situation n’exigerait pas encore de griller cette cartouche de la dernière chance, selon Pascal de Lima. Ce spécialiste préfère que la Banque centrale européenne joue les pompiers... en espérant que les banques espagnoles résistent le temps de sortir de la récession.

Première publication : 21/05/2012

  • ESPAGNE

    Moody's abaisse la note de 16 banques espagnoles

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Neuf banques espagnoles dégradées par Standard and Poor's

    En savoir plus

  • CRISE DE LA DETTE

    La zone euro doit-elle craindre une débâcle espagnole ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)