Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : la loi anti-djihad de Cazeneuve

En savoir plus

FOCUS

L'essor d'un bouddhisme radical

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Maintenant, fais tes prières" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Moyen-orient

Violents heurts à Beyrouth entre partisans et opposants au régime syrien

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/05/2012

Des violences entre partisans et opposants au régime syrien ont éclaté dimanche à Beyrouth, peu près la mort deux dignitaires sunnites, tués par l'armée dans le nord du Liban. Au moins deux personnes sont mortes et 18 autres ont été blessées.

AFP - Des affrontements ont fait deux morts lundi à Beyrouth, au lendemain du meurtre d'un dignitaire sunnite hostile au régime de Damas, et font craindre un débordement de la crise syrienne dans le pays.

Ces incidents ont fait monter d'un cran les inquiétudes dans un pays qui avait connu des affrontements confessionnels ayant fait une centaine de morts en 2008.

Les heurts, qui ont fait également 18 blessées, ont éclaté au petit matin dans le quartier de Tarik el-Jdideh entre un mouvement libanais sympathisant de la révolte syrienne et un autre favorable au régime de Bachar al-Assad.



Ils interviennent à la suite la mort d'un dignitaire sunnite tué dimanche par l'armée dans le nord du Liban, déjà fragilisé par des heurts confessionnels qui ont fait 10 morts ces derniers jours.

La France a condamné les violences et appelé "toutes les parties à rejeter les provocations".

Le calme est revenu le matin, mais la tension était toujours palpable à Tarik el-Jdideh, quartier à majorité sunnite dans l'ouest de Beyrouth.

"J'en ai marre, j'ai vécu plusieurs années de guerre, je ne peux plus rester une minute au Liban", s'exclame Amal Khattab, institutrice, en référence à la guerre civile (1975-1990) et les crises à répétition ces dernières années.

La révolte en Syrie exacerbe les tensions au Liban, qui a connu 30 ans d'hégémonie syrienne et est divisé entre adversaires et partisans d'Assad.

"Le Liban en ébullition après le meurtre d'un cheikh", titre le Daily Star, quotidien anglophone de Beyrouth. "Le Liban entraîné de force dans la tourmente syrienne", estime de son côté le quotidien francophone l'Orient Le Jour.

Les affrontements ont opposé des partisans du mouvement du Futur, à majorité sunnite et mené par Saad Hariri, chef de l'opposition libanaise hostile au pouvoir à Damas, et le Parti du courant arabe, une petite formation également sunnite mais qui est partisane du président syrien.

Le siège du Parti du courant arabe a été complètement incendié et portait des marques de balles, des dizaines de motos ont été brûlés et les vitres de voitures brisées, a constaté l'AFP.

L'opposition libanaise a accusé Damas de vouloir semer le chaos au Liban pour détourner l'attention de la crise en Syrie. Le mouvement du Futur a pointé du doigt "des mercenaires à la solde du régime syrien et de ses alliés au Liban" d'être derrière les troubles à Beyrouth.

La tension est montée d'un cran après la mort de Cheikh Ahmad Abdel Wahed, un sympathisant de la révolte syrienne et d'un cheikh qui l'accompagnait, par des tirs de l'armée.

Selon les services de sécurité, l'armée avait ouvert le feu lorsque leur convoi ne s'est pas arrêté à un barrage dans la région du Akkar (nord), une version contestée par des témoins.

Son corps, enveloppé du drapeau libanais, du drapeau de la révolte syrienne et de celui du mouvement du Futur, a été transporté vers son village d'El-Biré dans le Akkar où des funérailles sont prévues dans l'après-midi.

Plusieurs magasins dans le Nord ont fermé en signe de deuil.

Il y a une volonté de "provoquer des problèmes dans l'intérêt du régime syrien" et "ceux impliqués dans ce meurtre veulent exporter la crise du régime" au Liban, avait estimé M. Hariri dimanche.

Vingt-un militaires, dont trois officiers ont été arrêtés pour interrogatoire, a indiqué à l'AFP une source judiciaire .

Dans les milieux sunnites, des voix se sont élevées pour accuser l'armée libanaise de faire le jeu du régime syrien.

Le Nord a déjà été secoué par une semaine de heurts dans la grande ville de Tripoli entre sunnites hostiles au régime syrien et alaouites partisans du pouvoir à Damas, qui ont fait 10 morts.

A la suite de ces accrochages, les Emirats arabes unis et le Qatar ont appelé leurs citoyens à éviter de se rendre au Liban, suivi lundi du Koweït. L'ambassade des Etats-Unis a également mis en garde ses ressortissants contre la possibilité de violences après la mort du dignitaire.

 

Première publication : 21/05/2012

  • SYRIE

    Le conflit syrien s'exporte dans le Nord du Liban

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'armée libanaise intercepte des armes destinées aux rebelles syriens

    En savoir plus

  • LIBAN

    Tripoli, la grande ville du Nord, s'embrase sur fond de crise syrienne

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)